Auteure d’un mémoire sur les créatifs culturels devenu livre, Ariane Vitalis s’est pris au jeu du phénomène qu’elle observait et a décidé d’apporter sa propre pierre à l’édification d’un monde meilleur. Avec son projet « Ré-enchanter le monde », elle entend proposer aux jeunes des voyages initiatiques pour les aider à trouver leur « ikigaï ». Explications…

 

Au moment de choisir le thème du mémoire qui allait clore son Master 2, Ariane Vitalis s’est dit qu’il serait bien qu’il vienne en complément de son premier mémoire (Lettres Modernes) consacré aux « Spiritualités orientales dans le Grand Jeu et à la Beat Génération ». La conclusion de ce premier opus ayant été consacrée aux créatifs culturels, c’est donc sur cette frange de la population engagée depuis une quinzaine d’années dans une puissante dynamique collective visant à changer le monde qu’elle va travailler.

 

Des mots aux actes…

Parallèlement à son stage de fin d’études chez TedXParis, elle s’intéresse donc à ces quelques centaines de millions de personnes « engagées dans une écologie intérieure et une philosophie de l’action responsable » qui, partout dans le monde, essaient de mettre en place une société moins destructrice, plus juste et plus conviviale. Au terme de sa soutenance, à son directeur de mémoire qui lui demande ce qu’elle compte faire désormais, Ariane répond : « Publier mon mémoire et faire le tour du monde des créatifs culturels ». Exactement ce qu’elle est en train de faire…

Couverture du livre : "Les créatifs culturels"

Couverture du livre : « Les créatifs culturels : l’émergence d’une nouvelle conscience »

Du « Je » au « Nous »

Mais tandis que les éditions Yves Michel publient en effet son travail sous le titre « Les créatifs culturels : l’émergence d’une nouvelle conscience », Ariane, se souvenant que plus l’on est de fous, plus on rit, décide d’ouvrir son projet de « voyage apprenant » aux autres. Ainsi nait « Un monde réenchanté » qui verra, d’ici quelques mois, plusieurs équipes de 6 à 12 jeunes partir en immersion auprès des « héros » de leur choix, ces acteurs de l’économie sociale et solidaire qui, un peu partout dans le monde, œuvrent déjà de manière exemplaire et sont partenaires du projet.

Accompagnés d’un coach, d’un réalisateur vidéo et abordant successivement des phases d’inspiration, introspection puis action, ces porteurs de projet  auront pour mission de trouver leur ikigaï, ce concept japonais désignant le « point de rencontre entre ce que vous aimez, ce pour quoi vous êtes doué et ce dont le monde a besoin »…

 

Ensemble, c’est Tout…

Mais naturellement, pour réaliser ce merveilleux programme, il faut des sous. Si Ariane a déjà convaincu nombre de coachs et partenaires de la rejoindre, il lui manque encore quelques-uns de ces mécènes indispensables pour que l’aventure soit accessible au plus grand nombre (autour de 400 €). Ariane a par ailleurs lancé une campagne de crowdfunding pour réunir les 60.000 € qui serviront à envoyer les 50 premiers réenchanteurs à la rencontre de leurs « héros », sur 3 continents.

A l’heure où 77% des jeunes estiment qu’ils ont été mal accompagnés, un petit coup de pouce à cette enthousiaste éclaireuse serait le bienvenu…

Car ne l’oublions pas : « Seuls ceux qui pensent qu’ils sont assez fous pour changer le monde y parviennent ». L’homme ayant prononcé ses paroles ayant, d’évidence, largement rempli sa part du contrat (Henri Dunand, fondateur de la Croix Rouge). Dont acte, comme disent les juristes…