Jean-Michel Carboni (ESCP, 77) est un jeune entrepreneur de… 62 ans ! Après 40 années passées à des postes de direction au sein de grands groupes tels qu’EDF ou ENGIE, il a en effet décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat en créant en 2017 son propre cabinet de conseil : EFTHIA CONSULTING. Preuve qu’il n’y a pas d’âge pour se lancer dans l’aventure. Il souhaite aujourd’hui faire profiter de son expérience les jeunes talents. Portrait d’un entrepreneur hors du commun.

 

Jean-Michel Carboni a évolué pendant de nombreuses années au sein du groupe ENGIE, en France mais aussi en Europe. Il partage avec nous sa vision du secteur, de ses enjeux et de son avenir ! Mais aussi son point de vue sur le rôle que les femmes ont à jouer.

Quels changements majeurs affectent en particulier le secteur de l’énergie à l’heure actuelle ?

Le secteur de l’énergie vit dans la période présente une véritable « révolution ». L’évolution vers une économie de plus en plus décarbonée modifie en profondeur les modes de production, vers des entités de plus petite taille, décentralisées proches des endroits où l’on en a besoin, rééquilibrant au niveau global la part énergie fossile ou nucléaire/énergies renouvelables (solaire, éolien…), avec des bâtiments « intelligents » (qui peuvent stocker l’énergie par exemple) et des « smart grids » qui permettent à l’énergie de circuler suivant des technologies proches de l’Internet.

Comment ces mutations vont-elles évoluer ?

Comme dans toute période de transformation, le monde ancien cohabite avec le monde nouveau, les initiatives sont multiples au travers de start-ups qui développent des services nouveaux mais, après un certain écrémage, c’est un paysage du marché de l’énergie profondément transformé auquel nous assisterons.

J’ai déjà pu observer ces changements il y a quelques années, notamment quand j’ai effectué la mutualisation des services informatiques du groupe (à la suite de la fusion de GDF et de Suez) et lorsque j’ai créé et dirigé la filiale Information & Technologies de l’énergéticien : Engie IT (600 M€ de chiffre d’affaires en 2013 N.d.A.).

Quels sont les principaux challenges aujourd’hui associés au secteur de l’énergie et qui attendent les jeunes diplômé-e-s ?

Dans ce nouvel environnement, les talents pourront y trouver de nombreux débouchés car à côté de fonctions je dirais classiques, d’ingénieurs (par exemple : ingénieur maintenance dans une centrale de production) ou de gestionnaires (par exemple : contrôleur de gestion ou responsable formation), de nouvelles fonctions émergeront, associant et combinant des compétences très diverses « sur le papier » – comme technique / IT / Analytics – Big data / Finance – d’ailleurs pas forcément enseignées aujourd’hui dans les mêmes écoles.

Les modes de management s’en trouveront alors fortement modifiés, avec des circuits de décision et de management plus courts, moins hiérarchisés, plus matriciels, ce qui correspond mieux, me semble-t-il, aux générations actuelles.

Pour en savoir plus sur la place des femmes dans le secteur de l’énergie, consultez le blog de notre journaliste Violaine Cherrier : Moins de 30 % de femmes dans le secteur de l’énergie !

 

Vous avez créé EFTHIA CONSULTING en 2017. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’entreprendre après une carrière déjà bien remplie ?

Jean-Michel_Carboni_et_Alain_Cauffet cofondateurs d'Efthia Consulting

Jean-Michel Carboni et Alain Cauffet, cofondateurs d’Efthia Consulting

L’envie de poursuivre, en capitalisant sur l’expérience, les succès et les erreurs, les relations humaines nouées tout au long de ces années sur des sujets de conseil aux directions générales, des projets de nature économique et de systèmes d’information, d’intermédiation et de rapprochement entre entreprises.…

En choisissant d’accompagner des structures à taille humaine, pour les aider à progresser en efficacité (le mot EFTHIA signifie en grec « droit au but », « droiture », « rectiligne »), en travail d’équipe, de manière éthique et responsable… Je reste fidèle, je crois, à mes valeurs et à ce que j’ai essayé de développer au long de ma carrière, dans des environnements souvent compliqués.

Quelles sont les qualités nécessaires pour entreprendre et les atouts des jeunes talents à l’heure actuelle pour, eux aussi, se lancer dans l’aventure ?

Je ne crois pas à l’image longtemps véhiculée du cadre jeune, sûr et dynamique, à qui tout réussit. Probablement ce schéma existe encore mais il est de plus en plus en décalage avec la réalité de l’évolution des entreprises et des générations Y, Millenials…

Ce que j’aimerais mettre en avant, pour les jeunes qui veulent se lancer, et là j’enfonce quelques portes ouvertes, c’est d’abord être en adéquation avec qui on est, ce qui veut dire se connaître le mieux possible : quelqu’un de profondément introverti ne peut prétendre à un job de communicant.

Dès lors faire preuve de conviction et de motivation, de curiosité et de ténacité (pas d’entêtement ou d’arrogance), d’adaptabilité (car une carrière sera faite de nombreux changements) et d’autonomie, de résistance au stress, de rigueur (on parle de ce que l’on sait) et, enfin, un côté convivial, plaisant, voire original sous certains aspects, qui peut faire la différence. Pour les entrepreneurs, en dehors de ces qualités, avoir l’IDÉE, l’IDÉE, encore l’IDEE qui va créer la différenciation, l’avantage compétitif.

Au regard de vos 40 années d’expérience, quels conseils pourriez-vous envoyer aux étudiant-e-s et jeunes diplômé-e-s ?
Déjà, avant d’être sur le marché du travail, multipliez les expériences, les initiatives, les centres d’intérêt… comme des petits jobs, des participations à des associations, des engagements dans ses passions : musique, sport, voyages, communautés… Des actions, si possible, marquantes, valorisantes, pas juste « Pratique du tennis 2 fois par semaine » mais « J’ai présidé une association scientifique de 30 membres qui s’est réunie X fois par an ». Cela démontre clairement des talents qui pourront s’épanouir ensuite dans une entreprise.

Ainsi, soigner son CV (toujours avec des exemples concrets de réalisation) et sa présentation, le diffuser sur les innombrables supports aujourd’hui disponibles, en faisant état, lors des entretiens (qu’il faut préparer « professionnellement »), et en dehors des qualités dont j’ai parlé plus haut, des valeurs humaines qui vous animent : loyauté, respect, honnêteté, modestie… par exemple. Car l’entreprise, petite ou grande, posera de plus en plus l’éthique de comportement comme valeur cardinale. Alors confiance et foncez !

 

Fondateurs d’Efthia Consulting : Jean-Michel Carboni, Alain Cauffet, François Boltz.
www.efthia.net – Photos Jean-Michel Carboni : © Efthia Consulting.

Lire aussi

Moins de 30 % de femmes dans le secteur de l’énergie !