Troisième laboratoire pharmaceutique français, Ipsen a initié voici quelques années une révolution culturelle qui l’a fait entrer dans une phase de croissance pionnière extrêmement dynamique. Recruté l’an dernier pour prêter main forte à cette nouvelle impulsion, Stéphane André (Maîtrise UPMC, Doctorat Toxicologie UPEC 85), son Senior Vice-President Head Global Regulatory Affairs, Global Patient Safety and R&D Quality explique combien les conditions sont actuellement idéales pour se créer un beau parcours, au service d’une activité riche de sens.

 

Quand on demande à Stéphane André ce qui l’a impressionné en arrivant chez Ipsen l’an passé, sa réponse est immédiate : « La capacité à entreprendre et la capacité de l’entreprise à se transformer. Et rapidement ! J’étais avant cela dans un grand groupe, lent dans la prise de décision et lourd administrativement. Je souhaitais intégrer une entreprise agile et souple qui intégrerait de plus la dimension de l’épanouissement personnel. Ipsen est tout cela. » 

 Mutation !

« Entreprise historique de la pharmacie française ayant longtemps fonctionné sur un portfolio de molécules pour des traitements en oncologie, en neurosciences ou en santé familiale, Ipsen, sous l’impulsion d’un nouveau président, fait aujourd’hui sa révolution. Développant à un rythme soutenu, de nouvelles molécules pour appuyer son ambition, le groupe a recruté des seniors expérimentés (dont je fais partie) auxquels il a donné carte blanche pour faire monter en puissance l’expertise de ses jeunes talents au moment où, boosté par sa pharmacie d’innovation, Ipsen est entré dans une phase pionnière et conquérante au niveau mondial. »

Multiculturel

C’est principalement en oncologie et dans les neurotoxines que le groupe se déploie aujourd’hui. Deux aires thérapeutiques visant à améliorer sensiblement la vie des patients et où les progrès sont aujourd’hui très rapides en raison de la forte compétition animant partout dans le monde des équipes internationales de chercheurs et de développeurs. « La diversité culturelle importante dans notre secteur d’activité favorise grandement l’ouverture d’esprit, la souplesse et l’innovation. J’ai effectué près de la moitié de mon parcours à l’étranger : USA, Europe, Japon, Asie… il n’existe aucun modèle unique dans la manière de travailler et c’est donc au manager de prendre en compte la diversité des approches, de s’y adapter. Le respect de l’autre est la base de tout, il permet d’assoir la confiance et de travailler de la manière la plus pragmatique possible. Il faut ensuite expliquer encore et encore à ses équipes les enjeux compétitifs qui ne sont pas forcément immédiatement perceptibles à travers leur propre grille culturelle. Cela jusqu’à leur faire prendre pleinement conscience de leur importance dans le développement global de nos molécules et les gagner à la cause commune. »

« Au même titre que l’expertise, le développement personnel contribue à améliorer les performances »

Coaching rapproché

Ayant eu carte blanche pour transformer son domaine d’activités (avec quelque succès), Stéphane André s’est vu confier récemment deux nouveaux secteurs du groupe à encadrer et organiser. « J’ai fait venir des talents internes et externes que j’appréciais et suis très attaché à faire évoluer mes équipes. Dans un secteur d’activité où les carrières sont longues, le rôle des leaders est certes d’apporter leur expertise aux jeunes talents, mais également de les aider à améliorer leur manière personnelle de travailler. En plus des formations purement rattachées aux compétences métier, l’évolution de mes équipes passe par un training en développement personnel. A l’heure du travail collaboratif et de la mise en place d’une certaine brillance collective dans la résolution de problèmes de développement très complexes, ce travail sur soi aide beaucoup. L’adhésion permanente à l’engagement actif des collaborateurs « empowerment » fait d’ailleurs partie des valeurs clés d’Ipsen qui m’a, notamment, embauché pour mes convictions dans ce domaine. Le but, à terme, étant de créer une académie interne en R&D au sein de laquelle seront formés les meilleurs talents. »

Donner du sens

Engagé, le groupe Ipsen l’est à plusieurs titres.

Au service de la santé : «  Nous sommes focalisés sur des maladies graves, impactant la durée de vie et/ou la qualité de vie de patients souffrant parfois de maladies rares,, pour lesquelles les solutions thérapeutiques sont limitées et où les besoins médicaux sont importants pour les patients »

Au service de la sécurité des patients : « Si la première qualité d’un médicament est d’être actif, nous sélectionnons et développons des molécules avec un rapport bénéfice/risque favorable pour que les effets secondaires ne viennent pas amoindrir le bénéfice thérapeutique».

De l’environnement : « Cet impératif de sécurité que nous avons optimisé à destination des patients, nous l’appliquons également au personnel et à l’environnement de nos sites de R&D et de production industrielle, adhérant sans réserve à toutes démarches permettant de contrôler et améliorer nos procédés de fabrication en respectant les règles de santé au travail.».

De la solidarité, enfin. « Notre vocation est d’améliorer la qualité de vie des patients. Il est donc essentiel de nous rapprocher des patients que l’on soigne pour mieux comprendre leurs besoins et y répondre. C’est d’autant plus important que les autorisations de mise sur le marché, accordées en Europe rendent les nouveaux médicaments  disponibles dans tous les pays de l’UE selon les principes du Traité de Rome. Enfin, nous vivons une époque où le consommateur, averti et curieux, s’informe et s’implique de plus en plus dans les choix de produits qui lui sont proposés. Il faudra donc logiquement collaborer de plus en plus avec les patients ou leurs représentants tant dans le domaine pharmaceutique que médical. ».

Des chiffres et des êtres : 1,58 Mds € de CA en 2016 (+ 12 %) / 5 100 collaborateurs / 115 pays / + de 13 % du CA consacré à la R&D (3 centres) en 2016

Rigueur scientifique : « C’est à l’université, où j’ai été formé à la recherche que j’ai acquis l’indispensable rigueur scientifique et la démarche du raisonnement scientifique. Aussi bien en cours magistraux qu’en TD, l’encadrement proposé par l’UPMC était remarquable. On doit, dans ce métier du développement pharmaceutique, écarter toute subjectivité. La qualité des données et leur reproductibilité sont LES éléments clés permettant de développer un médicament efficace avec un bénéfice/risque acceptable. Nous sommes dans une profession « data driven » ; c’est uniquement par la qualité de ses données que l’on reconnaît un bon médicament. Chaque étude coûtant entre  50 à >200 M $, celles-ci doivent donc être in-dis-cu-ta-bles ! Il est en conséquence capital pour notre industrie que l’appétit des étudiants pour la génération, la collecte et l’analyse de données quantitatives et qualitatives soient valorisés de manière importante. »

 

5 mots pour qualifier l’ambiance interne : « Talent, Transformation, Collaboration, Rapidité, Empowerment »

 

POUR CONTACTER STEPHANE ANDRE C’EST PAR ICI !




Votre CV :