Être recruté par son professeur, c’est possible ! La plupart des collaborateurs de SETEC TPI, société spécialisée dans la maîtrise d’œuvre en génie civil, enseignent dans les plus grandes écoles d’ingénieurs, véritables viviers de talents. Gregory Viel (X96, Ecole des Ponts ParisTech 2001), son DG, a lui-même rejoint l’entreprise en tant que stagiaire !

 

Un rêve d’enfant

« J’ai su très tôt que je deviendrais ingénieur génie civil pour avoir la satisfaction de réaliser un travail concret. Partir d’une page blanche et construire pour la communauté, avec cet œil de concepteur mais aussi d’usager. » Une détermination qui permet à Grégory Viel d’emprunter la voie royale de l’X et des Ponts et Chaussées, avant d’intégrer SETEC TPI. Il débute en tant que calculateur sur le  Viaduc de la Grande Ravine à la Réunion, la terre de son grand-père. Y consacrant 8 ans, il apprend le métier et termine chef de projet. « J’ai eu la chance d’être impliqué sur l’île de mes ancêtres dans un projet qui a désenclavé une partie du territoire. Mais quel que soit l’ouvrage, on y trouve facilement du sens ! »

Un pont école-entreprise

Pourquoi SETEC TPI ? « Ne vous moquez pas, mais j’ai été sensible à la poésie que dégageait mon prof de béton armé lorsqu’il nous parlait d’une tour qu’il construisait à La Défense. Je l’ai rejoint chez SETEC TPI pour un stage. » Sous le charme au bout de quelques mois, il n’hésite pas quand le DG lui demande simplement : « Alors, on continue ? » 2 ans après avoir pris ses fonctions, Grégory Viel commence à enseigner comme la majorité des collaborateurs. « Nous avons tout intérêt à participer à la formation des futurs talents. Il n’existe pas de meilleur moyen de recruter et de nous perfectionner en permanence. »

Une fidélité à toute épreuve

« Je passe pour un extraterrestre dans une génération qui change de société tous les 3 ans, mais ici c’est le cas pour la majorité d’entre nous. » Cet attachement profond à l’entreprise naît de sa philosophie et de la multiplicité des disciplines et des projets qu’elle propose. « Actuellement nous  gérons 350 projets actifs, de l’ouvrage d’art aux infrastructures urbaines en passant par des centrales nucléaires… En fonction de leurs affinités, les équipes à taille humaine suivent les projets de A à Z en autonomie. Avec cette organisation horizontale, on n’enferme personne dans des cases. » Confiance, responsabilité, indépendance, voilà ce qui booste les collaborateurs. Un état d’esprit alimenté par le fait que l’actionnariat soit 100 % salarié. « Nous travaillons pour nous et cela change tout ! »

o Grand Paris Express Ligne 15 Sud – Gare IGR (Institut Gustave Roussy) – © Anne-Claude Barbier

Encourager les initiatives personnelles

Dans un environnement aussi propice à l’esprit entrepreneur, les idées fusent. Et la société donne les moyens à ses employés de les développer. « Une collaboratrice a souhaité transmettre son expérience sur la construction du Palais de Justice de Paris en créant une plateforme digitale pédagogique. » Le DG l’a bien sûr soutenue, au même titre que l’idée de thèse d’une stagiaire sur le réemploi. « Il s’agit d’anticiper la manière dont sera exploité un bâtiment dans sa deuxième vie. Il est conçu de façon à ce qu’on n’ait pas à détruire et recycler le matériau mais à le réemployer. » Et pour des projets de plus grande envergure, Grégory et ses collaborateurs peuvent compter sur SETEC INNOVATION, une structure du groupe spécialement dévolue à l’intrapreneuriat !

Les DG cassent les codes ! Et vous ? En promouvant l’intelligence collective. Et en gardant un pied dans le vif du sujet ! Chaque lundi matin, la direction rencontre une équipe qui présente ses projets. On ne parle pas budget, ni gestion. Et ça fait du bien !

Un défouloir ? La course, le vélo, la nage, je pense à me mettre au triathlon

Une personne inspirante ? Le Corbusier !

Si vous aviez une baguette magique ? Je redonnerais le pouvoir à la bienveillance

Un conseil aux jeunes ? Souriez, soyez confiants et responsables

 » Issu de la promotion interne, je connais chacun des 300 collaborateurs. Un atout puisqu’en tant que DG mon rôle consiste à les mettre en situation pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. »

Contact : recrutement@tpi.setec.fr

 

Society & Organizations Center d’HEC : Un nouveau rapport de référence sur la mesure d’impact social

Dans leur dernier rapport, les chercheurs du Society & Organizations Center d’HEC Paris ont dévoilé un outil de mesure d’impact social qui standardise l’évaluation économique et sociale des initiatives de responsabilité des entreprises engagées dans différents secteurs et types d’organisation. Cette nouvelle méthode a pour objectif d’améliorer considérablement l’efficacité, le passage à l’échelle et le retour sur investissement des initiatives d’impact social.

#MyTeam – Zoom sur l’entourage du PDG

Les plus proches collaborateurs du CEO constituent les premiers leviers de la diffusion et de l’acceptation de sa vision et de sa stratégie managériale. Mais au-delà de cette garde rapprochée, le CEO peut aussi compter sur les oreilles de ses...

Les tips du leadership

Les best practices pour dompter la complexité du monde et la traduire en performance durable pour l’entreprise ? Les conseils d’Olivier de Pembrock, Président du CJD

Les secrets des entrepreneurs qui réussissent

Le point commun entre Guillaume Gibault, Oprah Winfrey, Steve Jobs et Hans Riegel ? Ce sont tous des entrepreneurs qui ont réussi. Envie de connaître leurs secrets ? Séverine Le Loarne-Lemaire, Professeur à Grenoble École de Management, les...

Devenez une luck machine !

Attracteur et passeur de chance, transformateur d’inattendu, le grand chanceux est un aimant à opportunités. Décryptage avec Philippe Gabilliet

Peut-on détecter un potentiel à réussir ?

Observatrice privilégiée des attentes des entreprises, Isabelle Bastide, présidente de Page Group France, partage son analyse

Domalys, pour une entreprise vertueuse

Les fondateurs de Domalys, entreprise qui facilite le quotidien des personnes dépendantes, promeuvent une entreprise vertueuse, explications

Les 5 secrets du manager juste et donc performant

Faut-il manager juste pour faire réussir ses collaborateurs et son entreprise ? Sans aucun doute pour Thierry Nadisic, professeur à emlyon

SKEMA décrypte les nouvelles valeurs du secteur du luxe

Parce que le secteur du Luxe doit répondre à la quête des clients pour de nouvelles expériences, les marques doivent à la fois se réinventer et réinventer la relation-client dans son ensemble. Elles doivent aussi recruter les talents qui seront capables de conduire ces changements. SKEMA Business School, acteur de référence de la formation dans le Luxe avec plusieurs programmes masters dont le Global Luxury & Management, a organisé une table-ronde le 7 février 2019 au Meurice pour faire le point des défis du secteur et apporter de nouvelles réponses en faisant témoigner plusieurs acteurs

Les compétences pour réussir au 21è siècle

Face à l’invasion de l’IA, il faudra compter sur les compétences 100 % humaines. Le point avec Jérémy Lamri, cofondateur du Lab RH