Concours d’admissions parallèles regroupant 13 business schools françaises, Passerelle fête ses 30 ans cette année. L’occasion de revenir sur la recette de son succès, alors que les inscriptions pour 2018 s’ouvrent aujourd’hui. A vos marques, prêts… candidatez !

 

Une aventure collective

Burgundy School of Business, CDC Paris Business School, EM Normandie, EM Strasbourg, ESC Pau Business School, GEM, Groupe ESC Clermont, ICN Business School, IMT – Télécom EM, La Rochelle Business School, Montpellier Business School, Rennes School of Business et SUBS : le concours Passerelle, c’est avant tout un collectif. « C’est d’ailleurs ce qui fait sa force et qui lui permet de s’imposer aujourd’hui comme le 1e concours d’admissions parallèles », indique Jean-Guy Bernard, président de Passerelle et directeur d’EM Normandie.

Un succès lié également à la stabilité de l’ambition initiée par ses fondateurs il y a 30 ans, « combiner solidarité de ses membres et respect de leur diversité dans leur capacité à attirer des étudiants et ce, sans jamais s’immiscer dans la stratégie des écoles. »

 

Les candidats sont au rdv

Une stratégie synonyme de croissance. En effet, 6 994 candidats se sont inscrits en 2017 (soit + 8% par rapport à 2016) avec une hausse importante pour Passerelle 1 (concours ouvert au niveau Bac +2). Fort de ce succès, 2 733 candidats ont ainsi été intégrés cette année (soit 322 de plus qu’en 2016).

 

« Tout l’enjeu de ce concours est de drainer un maximum d’étudiants en amont. Nous devons donner à chaque candidat la possibilité de trouver son école et donner des candidats à chaque école. Un défi ambitieux que nous relevons chaque année grâce à ce concours, sans doute le plus structuré et le plus exigeant des admissions parallèles » – Stéphan Bourcieu, directeur de BSB et trésorier de Passerelle

 

DI-VER-SI-TE !

Le concours tire aussi son succès de la diversité de ses recrutements. Ainsi, s’il existe bien sûr des politiques de barres d’admissibilité et d’admission, il prend en compte la diversité de l’attractivité des écoles. « Plus on a de candidats dans les tuyaux, mieux on remplit les places au bénéfice de toutes les écoles. On voit souvent Passerelle comme une banque d’épreuves. C’en est effectivement une en aval, mais en amont, c’est un système de marketing mutualisé où on chasse en meute pour maximiser le nombre de candidats. Ils sont ensuite sélectionnés via un concours qui donne ses chances à tout le monde et à tous les parcours (y compris des profils issus de formations en LEA, en biologie, en maths…) », précise-t-il.

 

Passerelle, ça coute combien ?

Pour passer le concours, il vous en coûtera 255 € pour les 3 épreuves écrites (gratuit pour les boursiers) + 65 € pour le TAGE2 / TAGE MAGE. Pour ceux qui auront passé la barre des admissibilités, comptez 50€ / école pour l’épreuve orale (25 € pour les boursiers).

Objectif préparation

Et pour optimiser les chances de chaque candidat, Passerelle propose un training d’enfer. 25 sessions gratuites seront ainsi organisées dans 22 villes de France de janvier à mars 2018. Ces Training Days mettront l’accent sur la synthèse avec la distribution d’un sujet inédit. Les candidats pourront aussi se challenger sur différentes disciplines, notamment en anglais. Ils auront également accès gratuitement, 24h/24 et 7j/7 à la Learning box, une plateforme digitale leur proposant des fiches, des vidéos, des annales et un forum d’échange. Nouveauté 2018 : les étudiants en stage à l’étranger auront la possibilité de passer des épreuves à distance.

 

Le timing Passerelle

Inscriptions du 27 novembre 2017 au 27 mars 2018

Epreuves écrites le 11 avril 2018

Admissibilités le 16 mai 2018

Epreuves orales du 25 mai au 14 juin 2018

Admissions le 22 juin 2018