N°1 mondial dans les services aux entreprises, Rentokil Initial est aujourd’hui à la pointe de l’innovation dans son domaine. Janie Le Maout (ISC Paris 2004) se confie sur son rôle de Directrice Talent Management et Communication et sur toutes les opportunités offertes par son groupe.

 

Vous êtes Directrice Talent Management et Communication, quelle traduction concrète au quotidien ?

Mes missions recouvrent le recrutement, le développement RH et la gestion des mobilités. L’objectif est d’acquérir, développer et retenir les talents de l’entreprise. Ces enjeux sont importants car nous faisons face aux nouvelles attentes des générations Y et Z et à la pénurie de compétences sur certains métiers. Mon rôle vise également à développer la marque employeur et les valeurs qui animent notre quotidien pour que les candidats puissent évaluer l’environnement de travail au sein duquel ils pourront évoluer s’ils nous rejoignent. En interne, nous organisons une enquête d’opinion annuelle des salariés que nous analysons ensuite afin de définir les plans d’actions des managers.

Comment le digital a-t-il bousculé vos pratiques ?

Le digital impacte tous les niveaux de l’entreprise, de l’organisation du travail à la redéfinition des process et des compétences attendues. Les fonctions supports sont également touchées avec, par exemple, la mise en place progressive d’un SIRH. Nous avons embrassé cette révolution numérique, avec notamment l’élaboration de notre plateforme d’e-learning.

Quelles sont les innovations développées par Rentokil Initial ?

Nous innovons énormément dans tous nos secteurs d’activité. Dans notre branche Textile nous venons de créer une nouvelle ligne d’équipements de protection individuelle et de vêtements appelée Illum’in®. Elle permet à nos clients d’être mieux vus sur les chantiers. Nous avons également développé de nombreuses innovations technologiques, comme PestConnect®, un boîtier de capture de nuisibles connecté. Ce nouvel outil permet aux techniciens de recevoir une notification quand un rongeur a été attrapé et de planifier plus facilement une intervention.

Quelles opportunités offrez-vous aux jeunes diplômés ?

Rentokil Initial recrute énormément pour tous ses métiers, des fonctions supports aux métiers commerciaux, en passant par les techniciens. Travailler chez nous, c’est l’assurance de se confronter à des clients diversifiés, des TPE aux clients Grands Comptes dans tous les secteurs d’activités. L’entreprise est un booster d’évolution personnelle. Tout reste encore à inventer, aménager, transformer. Le développement des compétences se vit au quotidien. La richesse des contacts humains, l’intérêt des missions, la gestion de projets de A à Z et la dynamique apportée par l’innovation continue sont les atouts maîtres mis en avant par nos jeunes recrues.

Pourquoi avoir choisi l’ISC Paris ? Parce que cette école car elle répondait parfaitement aux enjeux stratégiques de management des ressources humaines liés à la conduite du changement  des entreprises qui doivent faire face à la mondialisation. De plus, la qualité de l’enseignement m’a permis d’avoir les grilles de lecture pour appréhender les comportements collectifs et individuels qui sous-tendent le mode de fonctionnement des entreprises et donc leur performance. C’est une compétence qui m’est très utile au quotidien dans mes missions.

Quel conseil donneriez-vous à la jeune manager que vous étiez il y a 10 ans ? De croire davantage en son intuition. C’est très important, surtout dans univers en pleine mutation.

Chiffres clés 2017

Rentokil Group : CA  2,4 Mds / 30 000 collaborateurs

Rentokil France : CA  386,6 M€ / 3 000 collaborateurs

 

contact : http://rijobs.fr

 

Devenez un communicant de choc grâce au Communicator !

Céline Mas, coauteur du Communicator, livre ses cinq conseils pour être un as de la communication. Avis aux étudiants, professionnels ou simples curieux !

Femmes dans les CA : stabilisation un peu au-dessus du quota de la loi Copé-Zimmermann

Le Baromètre de la Diversité dans les Conseils d’Administration, publié chaque année depuis 2014 par Burgundy School of Business (BSB), présente les premières tendances après les AG 2018.

SMarketing : coupler ventes et marketing pour booster de performance commerciale ?

De plus en plus d’entreprises font appel au SMarketing pour booster le commercial. Quèsaco ? Tawid Chtioui et Romain Zerbib nous éclairent

Directeur marketing 2.0, l’ère de la personnalisation

Dans une époque d’hyper-connexion, les moyens d’atteindre les consommateurs sont toujours plus nombreux. Ces derniers sont de plus en plus exigeants vis-à-vis des marques et attendent une expérience la plus personnalisée possible. Pour répondre à ces nouvelles...

Les nouveaux P du marketing à l’ère du numérique

Avec le numérique, les 4P du marketing se sont transformés. Anne Launois (Audencia) et Yann Gourvennec (GEM) nous éclairent sur les nouveaux P du marketing web

Tech et santé : un duo de malade !

IRM, télémédecine, exosquelettes, comment la tech investit-elle la santé ? Jean-Marc Grognet (Genopole), Jacques Fages et Laurence Galet (IMT Mines Albi) nous disent tout !

RGPD : qu’est-ce qui change pour les entreprises et les citoyens ?

Le RGPD est applicable dans nos vies numériques il y a un mois déjà, le 25 mai 2018. Mais, le RGPD qu’est-ce que c’est vraiment ? Quel impact réel pour les entreprises ? Qu’est-ce qui change pour les usagers ? Réponse de Xavier Strubel, professeur, directeur du Mastère Spécialisé® Data Protection Management d’Institut Mines-Télécom Business School.

Comment les algorithmes sont-ils devenus des outils de décision majeurs ?

De la requête sur un moteur de recherche à l’utilisation du GPS sur son téléphone, en passant par les réseaux sociaux, les algorithmes influencent nos vies et sont de plus en plus présents dans la sphère professionnelle. Christine Balagué, professeure à Télécom École...

L’industrie française est-elle écolo ?

L’industrie n’est plus synonyme de pollution ! Ce secteur s’empare des problématiques liées à l’écologie. Focus avec les experts de l’école IMT Mines Albi

La place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français

KEDGE Business School a réalisé avec l’IFOP une étude* sur la place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français. Menée auprès d’étudiants et de cadres