Une excellente formation technique doublée d’une vision globale de l’importance des technologies dans l’évolution de la société : les jeunes diplômés de Supélec correspondent en tout point au profil de talents que recherche la Banque de France pour réaliser sa transformation. Témoignage de Thierry Bedoin (Supélec 82) récemment nommé au poste de Chief Digital Officer.

 

Qu’est-ce qui vous a attiré à la Banque de France il y a 34 ans ?

J’étais en processus de recrutement dans d’autres sociétés, lorsque le directeur des études de Supélec m’a annoncé qu’il avait pris rdv pour moi à la Banque de France, qui cherchait un jeune ingénieur  IT. J’y suis allé avec hésitation, ne voyant pas bien ce que cette institution impressionnante et mystérieuse pouvait m’apporter professionnellement. Quand j’ai été reçu par le responsable du SI, il a schématisé le réseau informatique de l’établissement par un dessin à main levée. Tout tenait sur une page A4 ! Réalisant le potentiel d’évolution de la fonction, je me suis empressé d’accepter le poste.

 

Les arguments qui vous y ont attaché jusqu’ici ?

J’ai découvert une entreprise à échelle humaine, qui avait à cœur de partager sa stratégie et sa vision avec ses collaborateurs pour les impliquer au maximum. La Banque de France c’est avant tout un environnement exigeant et motivant. Dans tous les postes que j’ai occupés, on m’a offert une grande latitude pour lancer des projets ambitieux et structurants.

 

Au delà de bons techniciens, nous recherchons des ingénieurs capables de saisir la dimension stratégique de la transformation digitale dans l’entreprise, ce que l’on retrouve automatiquement chez diplômés de Supélec.

 

Votre plus grande fierté ?

Avoir largement contribué à ce que le digital soit pris en compte dans la stratégie globale de la Banque. Fin 2016 notre gouverneur François Villeroy de Galhau a jugé utile de placer la transformation digitale de l’entreprise sous l’égide d’un Chief Digital Officer, poste que j’occupe désormais. Ma mission ne se limite pas à l’innovation technologique, mais englobe l’accompagnement de la transformation de la culture et des métiers de la Banque par le digital.

 

Rendre la banque plus performante, plus visible, plus innovante, c’est le projet de votre Ambition 2020 ?

Tout à fait. La transformation digitale se décline en 4 axes :

– la transformation culturelle en insufflant des méthodes de travail plus collaboratives, et en décloisonnant l’entreprise

– l’enrichissement de l’exploitation de nos données et leur ouverture sur l’extérieur

– la digitalisation et la simplification des processus métiers

– l’innovation à travers le laboratoire Banque de France, un lieu d’échange avec des startups, des Think Tanks, des écoles et universités pour construire ensemble la banque du futur

 

© Banque de France

La Banque de France confirme ainsi sa position comme chef de file de l’innovation dans le secteur bancaire ?

Notre laboratoire ouvert aux start-up, avec des espaces de travail collaboratifs, des lieux propices à la créativité, un table de ping-pong pour se détendre entre deux brainstorming, symbolise la modernité de notre approche. Parmi les plus avancés de toutes les banques centrales sur le plan technologique, nous nous impliquons déjà énormément dans la construction du système bancaire européen, où je préside un groupe de travail mensuel. Nous sommes par exemple à l’origine du système de gestion d’identité de droit d’accès à l’ensemble des banques centrales européennes. Le Lab dans sa démarche d’open innovation nous permet  de centraliser les expérimentations dans le domaine bancaire que nous mettrons ensuite au service de la BCE et des banques commerciales.

 

La transformation digitale, une mine d’opportunités pour les jeunes Supélec ?

Leur profil correspond parfaitement avec les nouveaux challenges que nous souhaitons relever. La Banque de France compte de nombreux Supélec parmi ses talents et continue à accueillir ces jeunes diplômés à bras ouverts. Pour ma part je garde un lien étroit avec l’école en étant chargé de cours dans le domaine de la sécurité et du digital et en participant au jury de diplôme. Une manière motivante de transmettre mon expérience et participer à la formation de nos potentiels futurs collaborateurs !

 

Contact : dgrh.relations_ecoles@banque-france.fr

Murex : le mariage de l’expertise et de la collaboration