Pour la CDEFI il faudrait former 15 000 ingénieurs de plus d’ici 5 ans, en France uniquement. Fort de ce constat, le groupe ESEO a décidé de mener une enquête auprès des professionnels pour mieux connaître leurs attentes et leurs besoins. Point sur la situation avec Olivier Paillet, directeur du groupe ESEO.

 

Le besoin d’ingénieurs s’explique par le fait que les entreprises sont en pleine transformation, accélérée par les technologies. « Toutes les sociétés revoient leurs business models. Il y a un réel besoin d’acteurs du changement capables de maîtriser les technologies, l’opérationnel, le commercial et les enjeux économiques. Les ingénieurs sont les mieux placés pour être ces acteurs du changement, car ils sont le couteau suisse de l’entreprise. Ils sont capables d’avoir une vision large de la problématique de l’innovation et du changement », résume Olivier Paillet.

Les révolutions numériques

Pour Olivier Paillet, on ne peut plus parler de « la » révolution numérique, mais « des » révolutions numériques. Explications. « Il y a eu 3 grands bouleversements dans notre société :

• La première révolution numérique avait pour ambition de connecter les hommes avec Internet, le mobile et les réseaux sociaux

• La seconde révolution voulait connecter les entreprises. Aujourd’hui, elles ont toutes ou sont toutes, en train de basculer dans le numérique

• La troisième, c’est celle de la connexion avec le monde et les objets physiques. Pour maîtriser cette vague, il faut des compétences nouvelles. »

 

Le groupe ESEO a défini les raisons de ces transformations de la société et ses besoins. « Les évolutions sont de plus en plus rapides et nécessitent d’être agile. Les consommateurs craignent aussi parfois les technologies. Il y a donc des enjeux éthiques. C’est pourquoi nous formons des ingénieurs qui savent faire bon usage de la technologie et savent la rendre utile»

Quelles compétences pour quels secteurs ?

Le groupe ESEO a profité du 3e colloque IOT [Internet of Things ou Internet des Objets, NDLR] et du World Electronics Forum pour comprendre les enjeux du « Smart World ». C’est avec une enquête nationale auprès des professionnels et après plus de 700 réponses que l’école a pu prendre la mesure des secteurs impactés. Dans le top 5, nous retrouvons : la santé, les villes, les véhicules autonomes, l’industrie et le logement. « Les entreprises veulent recruter des ingénieurs capables de maîtriser les technologies en matière de sécurité, les nouveaux capteurs, les logiciels d’analyse de données en temps réel, l’intelligence artificielle et la gestion de l’énergie », explique Olivier Paillet.

Le groupe ESEO a ainsi isolé 5 compétences clés dont doivent se doter les futurs ingénieurs :

• La capacité d’imaginer de nouveaux usages et de définir les besoins auxquels l’objet ou le service va répondre

• La gestion massive des données : stockage, analyse et sécurité

• La capacité à développer des applications qui vont de pair avec les objets connectés, de travailler les fonctionnalités et l’interface

• La capacité à savoir intégrer l’électronique dans la mécanique, le plastique ou même le textile

• Les capacités d’organisation, de gestion de projet et de prototypage.

Ainsi, le métier d’ingénieur est un domaine d’avenir pour les lycéens en recherche d’opportunités. « C’est un très beau métier pour les hommes et les femmes, un métier avec lequel on peut tout faire. Il faut que les jeunes s’engagent dans cette voie », conclue Hubert Cospain, Président du groupe ESEO.

 

Pour découvrir des opportunités dans les plus grandes entreprises et des témoignages de dirigeants inspirants, c’est par ici : 

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre

Lesaffre fait pousser ses talents

« Vous ne verrez plus jamais la levure ni les autres ferments de la même façon ! » clame Antoine Baule, DG du Groupe Lesaffre. Venez découvrir les 1001 possibilités des micro-organismes.

Exxelia : le composant clé de l’électronique

Jérôme Tabourel (Polytech 2000, HEC 2011) Vice-Président Ventes et Marketing vous invite à rejoindre le circuit d’Exxelia, fabricant de composants passifs complexes et de sous-systèmes innovants !

AXA : l’assurance tout risque

Leader mondial de l’assurance, la mission principale d’AXA : apporter des services et solutions adaptées aux besoins de 105 millions de clients à travers le monde.