Le numérique transforme nos vies quotidiennes dans une nouvelle dimension où tous les secteurs de notre activité (santé, villes intelligentes, climat, business, loisirs, etc.) tirent avantage de ces bénéfices. Les sciences et la technologie sont au cœur de cette révolution du 21e siècle.

 

Cette révolution est le résultat d’une double rupture, en partie produite par les avancées technologiques, de l’intelligence artificielle, mais elle est aussi liée à une modification profonde des usages et comportements. L’impact de ce changement est considérable mais il ne peut être compris uniquement à travers ses défis scientifiques : il nécessite également l’analyse de ses dimensions sociales, stratégiques, managériales ou éthiques. C’est pour répondre aux défis de ce siècle que CentraleSupélec et l’ESSEC Business School ont développé plusieurs programmes communs. Ils apportent aux jeunes professionnels une maîtrise des défis technologiques et une capacité à répondre aux besoins de la société, des entreprises et des citoyens. Ce sont les pionniers du progrès économique et social du 21e siècle.

Les leaders digitaux

Depuis 2009, l’ESSEC et CentraleSupélec proposent un double diplôme d’ingénieur-manager qui forme les digital leaders, les managers de demain. Aujourd’hui, plus de 150 double-diplômés de ce parcours sont tout autant créateurs d’entreprises aéronautiques ou dans le domaine de la santé, chercheurs en physique, dirigeants dans le luxe, l’énergie, qu’acteurs de l’économie sociale et solidaire. Ces étudiants dessinent leur voie de manière autonome : ils mènent leur projet professionnel et contribuent au développement de la société.

Une de nos missions est de répondre aux défis contemporains par la formation des décideurs et influenceurs de demain, en s’impliquant et agissant sur les questions scientifiques au cœur de l’activité économique. Un enjeu majeur pour tous les secteurs réside dans l’usage des données, leur traitement et leur exploitation afin de les rendre intelligentes et créatrices de valeur, de solutions pour les entreprises et institutions.

Ingénieur : un métier d’avenir, un métier qui fait l’avenir

Une hybridation des compétences

En effet, la société est entrée dans une nouvelle ère numérique où la création, la consommation et l’utilisation de contenu numérique ont changé nos vies. La prolifération des capteurs, des objets connectés et des services numériques produisent en continu des données très hétérogènes, non structurées et de très grande dimension guère interprétable par l’homme. Le numérique est omniprésent dans l’ensemble du tissu économique mondial. La création et l’intelligibilité des données qui en résultent sont devenues un véritable enjeu pour les entreprises. La donnée est devenue l’un des principaux actifs de l’entreprise quel que soit le secteur d’activité concerné. Mais cela va bien au-delà, tous les citoyens sont aujourd’hui concernés par l’analyse des comportements – et leur possible influence – issus des développements techniques des réseaux sociaux, de la sécurité des données et de la surveillance numérique.

Pour répondre à ces défis, l’ESSEC et CentraleSupélec proposent depuis 2015 la première formation au monde en « Data Sciences & Business Analytics » entièrement en anglais où les deux disciplines coexistent dans un cursus d’un contenu scientifique de très haut niveau couplé à une expertise managériale liée aux analyses techniques dans les sciences économiques et de gestion. L’hybridation portée par ce programme semble particulièrement pertinente au regard des nouveaux besoins exprimés par le monde professionnel. Il ne s’agit pas simplement de juxtaposer les compétences mais bien de répondre aux nouveaux défis scientifiques et managériaux en formant – par des allers et retours incessants – de jeunes gens capables d’intégrer aussi bien les composantes scientifiques et techniques que les enjeux business et stratégiques.

 

Guillaume Chevillon

Guillemette Breysse

Nikos Paragios