Directeur général d’IMT Mines Albi, Narendra Jussien a été nommé le 1er mai 2017. Il évoque pour nous ses premiers projets. Au cœur de son ambition : renforcer les continuum entre formation, recherche, développement économique et diffusion de l’information scientifique et technique d’une part, et entre formation et vie professionnelle d’autre part. Explications.

 

Comment se sont passés vos premiers mois à la tête d’IMT Mines Albi ?

Je suis arrivé avant l’été. C’était une très bonne chose de prendre mes marques, de découvrir l’école avant une rentrée scolaire, de mûrir ma réflexion. J’ai en quelque sorte vécu une année en concentré : avec la remise des diplômes et la rentrée en 3 mois !

Quelles ont été vos premières impressions ?

Après Nantes et Lille, je découvre Albi, une ville moyenne qui s’avère très dynamique, avec une vie sociale et culturelle du niveau d’une grande ville. IMT Mines Albi a un lien très fort avec sa ville, et est un de ses premiers ambassadeurs.

Autre découverte très positive et agréable : un fort attachement et engagement des équipes. Toujours là, disponibles pour aider les élèves, participer à la vie de l’école et de son écosystème, et montrant une réelle envie de valoriser leur institution.

Vous avez eu une autre bonne surprise concernant les élèves ?

Oui, je suis très heureux d’arriver dans une école d’ingénieurs avec 40 % de jeunes filles. C’est inédit et historique. Elles sont présentes dans tous nos domaines y compris ceux qui souffrent d’un déficit d’attractivité ou d’idées préconçues auprès des filles comme les matériaux ou les bâtiments à énergie positive. En outre, depuis deux ans nos jeunes diplômées sont mieux payées que leurs camarades garçons !

L’ouverture et la diversité sont des valeurs fortes d’IMT Mines Albi ?

L’établissement s’engage depuis de nombreuses années. Tout comme ses élèves qui se sont déjà investis auprès de 400 jeunes dans le cadre des cordées de la réussite. Nous avons reçu un prix de l’Assemblée Nationale à ce titre en 2017.

Et dans votre découverte de l’école ?

Je retrouve à Albi le cœur et la force des cursus des écoles de l’IMT : un continuum entre la formation, la recherche, le développement économique et la diffusion de l’information scientifique et technique. IMT Mines Albi est à ce titre organisée autour de centres de recherche correspondant à 4 plateformes technologiques où se concrétise le lien entre recherche académique et applications industrielles.

4 domaines de force

Poudres, santé et nutrition
Energies renouvelables, biomasse et éco activités
Matériaux et procédés pour l’industrie aéronautique et le spatial
Amélioration des processus d’entreprises

Quels sont les atouts de ces plateformes technologiques ?

Elles sont caractéristiques et une grande force pour IMT Mines Albi. Elles fédèrent un ensemble de moyens et ressources dédiés à une thématique. Du prototype au développement industriel, ces lieux sont à disposition de nos partenaires scientifiques et industriels pour tester des idées et nouveaux procédés.

GALA®, la plateforme santé, fonctionne depuis 8 ans avec les industriels du médicament.

Celle dédiée aux matériaux et procédés de l’aéronautique, MIMAUSA, dispose de moyens uniques au monde pour tester grandeur nature des procédés, process de fabrication et méthodologies. C’est le cas de notre machine de fabrication additive par fusion laser de poudres métalliques. Des pièces pour les roues d’un robot du CNES destiné à aller sur la lune y sont fabriquées.

Nous offrons aussi des dispositifs uniques de thermooptique pour la surveillance de procédés sur la plateforme VALTHERA sur l’amélioration des processus. Des caméras thermiques observent en temps réel l’échauffement de matériaux de machines en fonctionnement.

Quel usage pédagogique des plateformes ?

Les étudiants y participent à des ateliers pour travailler sur des dispositifs qu’ils retrouveront dans l’industrie. Nous sommes ici en plein dans le continuum que j’évoquais plus haut.

Parmi vos projets stratégiques, la certification ISO 9001 version 2015, dans quel but ?

Cette démarche de certification nous place dans une perspective d’amélioration continue. L’objectif est qu’à fin 2018, nous ayons organisé nos processus internes. L’objectif n’est pas d’être certifié pour être certifié, mais bien de changer notre manière de nous organiser, de penser, de travailler. In fine, nous ne laisserons plus passer un seul dysfonctionnement.

Votre projet phare est la refonte de la formation pour 2020 ?

Nous sommes en train de préparer la refonte de l’ossature d’une dizaine de nos programmes, dont le cycle ingénieur, nos MSc et MS®. Nous réalisons cette évolution en simultané avec l’idée de mutualiser nos locaux et ressources pédagogiques. Le fondement de cette évolution est qu’il faut se former tout au long de la vie. Une école est à la fois un tremplin, un point de départ dans la vie active, et une base de repli où mettre à jour ses connaissances, prendre du recul sur ses pratiques tout au long de sa vie professionnelle. Nous réformons nos formations afin de permettre ce continuum entre formation et vie professionnelle, mutualisant les briques de nos différents programmes. Cela va permettre une grande personnalisation des cursus, d’ouvrir le spectre pour les étudiants et d’intégrer le numérique de façon transversale.

IMT Mines Albi fête ses 25 ans en 2018 !

Forte de 1 000 élèves, 20 diplômes, 3 500 alumni et 320 permanents, IMT Mines Albi fête ses 25 ans. « Il ne s’agit pas de regarder vers le passé mais bien de se projeter vers les 75 ans à venir ! »
L’évènement phare sera l’inauguration le 11 octobre 2018, d’un nouveau bâtiment à énergie positive. Il mettra en avant l’innovation, avec des espaces collaboratifs, des salles de TP, des lieux d’expérience pour les étudiants, des espaces pour les partenaires académiques et entreprises de l’albigeois. « Sa situation à mi-chemin entre notre école et la technopole est symbolique. Il est ouvert des deux côtés, fait le lien entre ces deux pôles. »
L’inauguration se tiendra lors de la semaine internationale, soulignant l’ambition d’ouverture de l’établissement et saluant les 4 Masters internationaux déjà ouverts. « Nous préparons l’ouverture d’un Master international sur les transports aériens pour 2020. »