Aujourd’hui, les jeunes diplômés mettent un accent particulier sur le bien-être au travail dès leur recherche d’emploi. Quels sont leurs critères et leurs attentes vis-à-vis de leurs futurs employeurs ? Trois étudiants stagiaires ou apprentis, témoignent.

 

Cécile Chazot, étudiante en 3eA à MINES ParisTech, stagiaire

Tes attentes ? J’aime pouvoir adapter mes horaires, avoir la latitude de m’organiser, arriver plus tard un jour quitte à faire des heures supplémentaires le lendemain. Une bonne ambiance est motivante, et la communication est un autre point important à mes yeux.

Comment te renseignes-tu sur la QVT ? En entretien, je demande au manager si je peux contacter mes futurs collègues pour échanger avec eux. Si j’ai un mauvais pressentiment sur la QVT, cela peut me conduire à refuser un poste.

La QVT dans ton entreprise ? Là où je réalise mon stage, il y a une salle café où les gens se retrouvent et discutent de manière assez informelle. C’est sympa. Nous pouvons même y organiser des réunions. Il y a aussi des activités organisées, comme le badminton. Le vendredi soir, tout le monde va prendre un verre au bar d’à-côté.

Une bonne surprise ? Lors d’un stage en Allemagne, il y avait une salle avec des canapés et de la musique relaxante : la pièce brainstorming. Au début j’ai douté de son efficacité. Mais un jour, j’y suis allée pour déconnecter, de retour à mon bureau j’ai trouvé la solution à un problème !

 

Emma Gambet, étudiante à l’ISTEC Business School, apprentie

Tes attentes ? J’aime les open spaces, la proximité, quand ça bouge, pouvoir échanger facilement avec des cadres. Je suis aussi sensible à la qualité du matériel et des espaces de travail.

Comment te renseignes-tu sur la QVT ? Via les réseaux sociaux où je regarde le nombre de personne qui suivent l’entreprise, comment elle communique. Je consulte aussi le rapport annuel qui nous en apprend beaucoup sur l’approche de la QVT. Aujourd’hui en recherche de CDI je suis très attentive à cette dimension qui va de pair avec la pérennité de l’entreprise : un employé heureux est un employé qui travaillera bien.

La QVT dans ton entreprise ? Le bâtiment a une zone centrale avec une cafeteria où tout est mis en place pour que nous soyons à l’aise afin de faire une vraie pause. L’espace est très lumineux.

Une bonne surprise ? Tout est fait pour que les employés se sentent bien. Nous avons accès à des salles de réunion et une très bonne cantine. J’ai un bureau personnel avec un bon ordinateur et une connexion internet de qualité.

 

Damien d’Esperonnat, élève ingénieur à Grenoble INP, apprenti

Tes attentes ? A l’issue de mon DUT, j’ai choisi mon école Phelm. Pour y étudier en alternance je devais d’abord trouver un employeur dans la région. J’ai envoyé beaucoup de CV sans vraiment préoccuper de la QVT. Mon diplôme d’ingénieur étant reconnu et demandé sur le marché du travail, à l’avenir j’y serai plus attentif.

Comment te renseignes-tu sur la QVT ? Je peux discuter avec les autres étudiants en alternance de mon école. Je peux ainsi avoir des points de vue et connaître leur ressenti sur leur entreprise. Chacun raconte comment la société fonctionne et comment est l’ambiance.

La QVT dans ton entreprise ? Je suis dans un cadre parfait, mes supérieurs sont conscients que je suis un alternant et que je suis là pour apprendre. J’aime que l’entreprise me propose des projets et missions qui correspondent parfaitement à ma formation. Cela me permet d’appliquer ce que j’apprends en cours et de faire le lien avec le réel une fois à l’école.

Une bonne surprise ? Mon entreprise est toujours à l’écoute et arrive à s’adapter. Sur 200 employés, 50 sont là uniquement pour gérer les salariés et faciliter leur quotidien ; cela va jusqu’à l’étude de l’orientation de l’écran ou du bureau par rapport à la fenêtre pour ne pas être gêné par le soleil.

Importante ta qualité de vie au travail ? Réponse et analyse d’une étudiante