Leader mondial des spécialités minérales pour l’industrie, Imerys fait intervenir son savoir-faire dans la majorité des objets que nous utilisons au quotidien. Et propose aux jeunes diplômés des parcours d’une diversité tout aussi riche. Rencontre avec Pierre Jonnard (Arts et Métiers ParisTech 76), président d’Imerys TC…

Pierre Jonnard (Arts et Métiers ParisTech 76), président d’Imerys TC

Pierre Jonnard (Arts et Métiers ParisTech 76), président d’Imerys TC

Pouvez-vous nous présenter l’entreprise, ses activités et ses atouts ?
Le groupe Imerys travaille sur les minéraux. Extraits de nos carrières, ils sont transformés et optimisés pour de multiples usages répartis dans 4 branches principales : Solutions pour l’Energie & Spécialités, Filtration & Additifs de Performance, Minéraux de Haute Résistance et les matériaux céramiques auxquels l’entité Imerys TC que je dirige appartient. Présent dans 50 pays où il détient 245 implantations industrielles, le groupe emploie 15 700 personnes et réalise un CA de 3,7 milliards d’euros.

 

Quels métiers sont à l’oeuvre dans l’entreprise et quels profils recherchez-vous ?
Notre premier métier est la géologie, puis tout ce qui concerne l’extraction et la transformation, incluant une R&D très forte. Suivent la logistique, le marketing, le commerce et toutes les fonctions support. Dans tous ces métiers, nous recherchons des gens attirés par l’international, capables d’oeuvrer de manière collective et désireux d’être responsabilisés très vite, en changeant, s’ils le souhaitent, de métier, comme de produit ou de lieu. Sachant que l’unité TC (pour Terre Cuite, donc), leader français de la fabrication des tuiles (1000 collaborateurs pour un CA de 346 millions d’euros) est une porte d’entrée idéale dans le groupe pour les fonctions de l’industrie ou du contrôle de gestion. Un parcours industriel classique étant d’entrer comme responsable qualité ou process, pour passer responsable d’une ligne de production, puis d’une usine, etc.

 

« A l’heure du numérique et du e-commerce, même
un objet connecté
reste fait de matière.
De magnifiques aventures vous attendent donc dans
le monde du minéral »

Quel a été votre parcours et de quelle manière votre conception du management a-t-elle évolué ?
J’ai toujours porté autant d’intérêt à l’aspect économique des choses qu’à leur genèse technique. Durant l’ENSAM, déjà, j’étudiais la comptabilité ; mais l’information recueillie étant trop partielle, j’ai donc préféré enchaîner sur HEC. Mon premier job, fut d’installer l’informatique d’une PME. On m’a très rapidement confié une petite entreprise (60 personnes) en grande difficulté rachetée par cette même PME ; ce fut ma phase managériale « mains dans le cambouis » : très instructive ! Mais tout aussi enrichissante fut, un peu plus tard, mon expérience du service et du client lorsque j’ai dirigé un négoce en carrelage et sanitaire. J’ai rejoint Imerys en 93 et dirigé alors des unités de plus en plus significatives. En passant peu à peu du « faire » au « organiser-faire ensemble », cette fameuse dimension chef d’orchestre du manager qui est à la fois concentré sur chaque instrument et l’harmonie générale.

 

Quels attraits professionnels peuvent donner envie aux jeunes diplômés de venir renforcer vos équipes ?
La responsabilisation rapide ! Renforcée par une formation idoine, bien sûr ; et débouchant sur la promotion : 70 à 80 % des postes sont pourvus via la promotion interne. Et puis la diversité des métiers, nous sommes partout présents dans votre quotidien dans le lavabo, le bac à douche ou le carrelage de votre salle de bain, ou votre parquet stratifié, votre bol ou votre assiette, votre dentifrice, la peinture de vos murs, le talc de bébé, sa couche culotte, le papier, la batterie de votre Smartphone, nos minéraux ont filtré votre jus de fruit ou votre bière, nous sommes dans les plastiques les caoutchouc les pneus de votre voiture , dans l’agriculture, dans l’isolation, dans la production des gaz de schiste, les tuiles de votre maison… Comment ne pas trouver un métier qui vous conviendra chez nous ?

 

Quels souvenirs gardezvous de l’ENSAM et qu’est-ce qui, selon vous, fait la force de cette école ?
J’y ai vraiment trouvé ce que je venais y chercher : une compréhension intime de la matière, de sa vie et ses transformations. J’aime bien ajouter que c’est aussi une extraordinaire formation de survie tout terrain, idéalement complétée à HEC.

 

JB.

 

Contact :
francois.ducasse@imerys.com