Leader sur les marchés du béton, du ciment et des granulats dans la grande moitié Nord de la France, Holcim fait du développement durable un véritable axe de création de valeur. Plus qu’une devise, « le véritable ciment de sa stratégie. » Régis Nivesse (ENSAM ParisTech, 84), président d’Holcim Bétons France, nous livre un témoignage sur les métiers qu’il a pratiqués chez le cimentier Suisse, numéro 1 mondial du ciment, dirigé par un français, M. Bernard Fontana.

Régis Nivesse (ENSAM ParisTech, 84), Président Holcim Bétons France

Régis Nivesse (ENSAM ParisTech, 84), Président Holcim Bétons France

Sur quels métiers se positionne Holcim ?
Holcim France possède 3 métiers principaux : le ciment et les granulats d’une part, qui impliquent des équipements lourds et confèrent une importance décroissante aux métiers de la production, de la maintenance, de la gestion des flux, de la logistique, et du commerce ; et le bétonprêt- à-l’emploi d’autre part, plus orienté commerce, distribution, planification, qualité mais aussi production. Nous avons seulement 1h30 à 2h pour le livrer ! Ensuite il commence à durcir. La principale force est le mariage réussi entre ses hommes de terrain, ses ingénieurs et commerciaux.

 

Au sein de cette organisation, quelles sont vos missions ?
Je suis avant tout garant des résultats de la société. Je suis également en charge de la promotion du métier au sein d’Holcim et auprès de la filière du béton en France : il est important de faire connaître notre métier qui évolue rapidement. Le béton demande une grande polyvalence que nous cultivons par des échanges très réguliers avec nos collègues étrangers. Ainsi nous partageons nos expériences qui constituent un véritable accélérateur de notre développement et participent à notre croissance.

 

En quoi l’ENSAM vous aide à accomplir votre rôle de président ?
L’ENSAM offre une formation d’Ingénieurs de haut niveau et extrêmement polyvalents. Chez Holcim, cette polyvalence est plus que nécessaire car les métiers sont très variés. Si l’on joue le jeu de cette variété, se montre curieux, accepte la mobilité géographique et les différentes passerelles offertes entre métiers, même à l’international, que l’on travaille en équipe, si on a la farouche volonté de ouvertes. Nous encourageons nos collaborateurs à prendre des initiatives et nous n’hésitons pas à les récompenser. L’autonomie guide notre parcours dans l’entreprise. L’ENSAM, par la qualité de sa formation généraliste, favorise cette capacité à s’adapter et permet au manager de se tenir proche du terrain et… de rester humain. Les étudiants de l’ENSAM ont cette capacité à progresser surtout si un intérêt commercial ou une formation commerciale apporte le complément nécessaire pour obtenir une vue globale de l’entreprise : il ne faut jamais perdre de vue que nous sommes là pour nos clients !

 

« Un secteur polyvalent et d’une richesse incomparable dans lequel on ne s’ennuie jamais. »

Projetons-nous alors. Quels sont les défis qui les attendent ?
La sécurité de nos employés est le premier passage obligé, car nos métiers industriels impliquent une vigilance de chaque instant. Nous possédons des standards très élevés en la matière. Le deuxième enjeu est celui de la relation client : avec le béton, nous délivrons un service. Nous devons nous assurer que le matériau est livré en temps et en heure, et qu’il correspond exactement aux besoins du client, avec la qualité optimale. La maîtrise des flux et de la distribution devient un enjeu crucial pour nous. Enfin, et c’est le coeur de notre stratégie, nous nous engageons à fournir des matériaux pour le monde de demain, performants, durables et respectueux de l’environnement. Dans le métier du ciment, la substitution des clinkers (la lave artificielle cuite dans nos fours et qui broyée aboutit aux ciments) par des matériaux alternatifs et le remplacement des combustibles nobles constituent deux axes sur lesquels nous travaillons activement. Nous détruisons ainsi des quantités considérables de déchets dans nos fours, qui entrent dans nos compositions chimiques et remplacent 50 % de l’énergie de cuisson. L’innovation est omniprésente dans nos métiers. Le béton est un matériau d’avenir entièrement recyclable et présent partout. Il est, par excellence, le matériau de l’économie circulaire dans nos campagnes, il permet de créer de la valeur en France avec nos maçons. En ville, il offre un confort thermique et acoustique inégalable et la meilleure sécurité au feu. Chez Holcim, nous sommes convaincus qu’il a de beaux jours devant lui !

 

Batignolles, Tolbiac, Holcim construit des centrales « durables » en plein coeur de Paris
Une centrale à béton en plein centre urbain, voilà le défi relevé par Holcim dans le cadre de sa politique de développement durable. Objectif : développer le transport fluvial et ferroviaire pour limiter les émissions de CO2 et le trafic routier : « La centrale à béton de Paris Batignolles, dans le XVIIe arrondissement, permettra ainsi d’éviter le trafic de 10 000 camions par an dans Paris. Précédemment, une autre centrale signée Holcim, celle de Tolbiac, véritable monument industriel sur les quais de Seine avait convaincu les riverains : elle s’illumine aux couleurs des quatre saisons le soir venu et libère l’espace aux promeneurs. Contrairement aux idées reçues, une belle unité industrielle, comme le béton décoratif d’ailleurs, s’intègre parfaitement dans le paysage urbain. » Holcim possède un vrai savoir-faire pour concevoir les équipements à partir desquelselle livre l’une de ses autres spécialités : les bétons esthétiques.

 

En interne également, vous êtes sensibilisés aux questions environnementales ?
Absolument, Holcim s’est structuré avec une direction de la Construction Durable qui publie son rapport chaque année, et recueille les initiatives de nos ingénieurs et de tous nos collaborateurs, initiatives prises en compte dans les projets. Nos constructions périphériques de la centrale de Batignolles ont reçu le label HQE. Dans une de nos cimenteries de l’Est, un carrière en fin d’exploitation il y a une dizaine d’années. Les mille arbres devraient ainsi fournir les premières truffes prochainement. A travers sa fondation, Holcim organise également les Holcim Awards, un concours international, qui récompense les projets novateurs sur le thème de la construction durable, destiné aux architectes et aux significatives, allez voir le site www.holcimawards.fr. Notre ambition est de faire gagner la France cette année, et un véritable engouement s’est emparé de nos concepteurs.

 

Et côté formation en interne ?
Il y a une vraie culture de la formation interne qui débouche sur des ouvertures de carrière. Holcim France, à ce propos, est un gros pourvoyeur de carrières internationales. Les nouvelles recrues bénéficient d’un système de parrainage pour faciliter leur intégration au sein de l’entreprise. En tant que manager, je favorise l’autonomie de mes collaborateurs et je les accompagne tout au long de leur parcours. L’objectif est de les aider à changer au même rythme que notre groupe et d’en faire les acteurs du changement. Pour cela, nous dispensons un certain nombre de formations en interne : les nouvelles recrues passent ainsi plusieurs jours au siège du groupe en Suisse pour apprendre à connaître « le monde » d’Holcim. Nous dispensons aussi des formations techniques dans notre centre d’excellence, la « Holcim Academy », qui rassemble nos applicateurs – spécialisés dans la mise en oeuvre des bétons spéciaux – et nos commerciaux et responsables qualité. Bien sûr, l’anglais est devenu indispensable pour évoluer dans notre société. Le béton a besoin de profils très diversifiés : commercial, marketing, maintenance, production, contrôle qualité, logistique, finance… Cette diversité et les hommes m’ont convaincu d’intégrer Holcim, car j’étais persuadé de pouvoir m’y développer et de travailler sur des projets nouveaux et variés. Les perspectives d’évolution multiples m’ont fait y rester. Holcim, c’est une communauté !

 

42 % de femmes (*) au sein d’Holcim Bétons France…
« Elles sont bien représentées à tous les niveaux de l’entreprise : finance, gestion, qualité, marketing, commerce, encadrement… Les femmes complètent les approches et apportent beaucoup. Elles reçoivent également un excellent accueil auprès de nos clients et se montrent très pertinentes dans la promotion des produits spéciaux : bétons décoratifs, sols, fluides, etc. » Halte aux idées reçues : avec les femmes, la construction, c’est du béton !

 

Et d’un point de vue plus convivial ?
Holcim fait partie des « top employeurs » français. Nous organisons des conventions ou des réunions sur un mode plus convivial, notamment pour intégrer les nouvelles recrues. Mais il y a aussi des moments extraprofessionnels. Nos collaborateurs participent aux 20 km de Paris, j’y ai moi-même pris part plusieurs années, les femmes s’engagent dans la course La Parisienne. Nous les voyons arriver de tous nos sites régionaux. Pour ma part, je suis un grand amateur de sport que je pratique largement : course à pied, aviron, cyclisme… surtout le week-end. J’utilise également les congés dès que je le peux, en itinérance (trekking ou randonnée) avec ma famille. Cela m’aide à décompresser.

 

(*) si on exclut les domaines de la maintenance et la production de terrain pour lesquelles les femmes délaissent les formations. Les choses y évoluent rapidement également, et les fonctions d’encadrement sont de plus en plus pourvues.

 

Chiffres clés :
Groupe Holcim
CA 2012 : 17 milliards d’euros – 80 000 collaborateurs dans 70 pays – 4 métiers : Ciment : 150 millions de tonnes / an – Granulats : 175 millions de tonnes / an – Béton : 50 millions m3 / an – Asphalte : 10 millions de tonnes / an

Chiffres clés :
Holcim France

Présent sur plus de 200 sites – 2 000 collaborateurs 3 métiers : Ciment : 4 millions de tonnes / an – Granulats : 15 millions de tonnes / an – Béton : 4 millions m3 / an

 

VC

 

Contact : regis.nivesse@holcim.com