Bâtir et accompagner le changement : ce sont les 2 moteurs qui ont poussé Céline Decollonge (Arts et Métiers ParisTech 91, MBA HEC 2013) à se challenger années après années. Après avoir quitté l’industrie pharmaceutique pour participer à la création de la filiale Hermès Cuirs Précieux, elle repart sur les bancs de l’école afin de dynamiser sa carrière de leader. Entretien avec la directrice technique et qualité d’Hermès Maroquinerie Sellerie.

 

Quelles rencontres marquantes vous ont aidée à trouver votre voie ?

3 rencontres ont été décisives pour moi. Tout d’abord, j’ai été marquée en 2nde, lors d’un salon d’orientation par les concepts d’enseignement des Arts & Métiers. L’apprentissage par les techniques appliquées, apprendre à faire avant de faire faire, être dans le concret : cette philosophie a résonné en moi et m’a poussé à tout mettre en œuvre pour intégrer cette école. Ma seconde rencontre décisive, a été celle d’un jeune ingénieur travaux neufs travaillant chez Mars. Il m’a convaincue de découvrir l’entreprise par le prisme des projets. Je recommanderais à tous les jeunes diplômés d’une école d’ingénieur cette voie d’accès qui permet de bien appréhender tous les métiers d’un secteur avant de s’orienter éventuellement dans un domaine d’expertise. Enfin je me souviens d’un échange passionnant avec mon manager chez Hermès Cuirs Précieux qui m’a détaillé ce que lui avait apporté son Executive MBA à HEC. Il m’a donné lui aussi envie de me lancer dans l’aventure à mon tour pour élargir mon champ d’action.

 

Ce MBA vous a permis de donner une nouvelle dimension à votre carrière ?

Oui. Jusque-là j’avais eu une carrière industrielle très centrée sur la production et ses fonctions support. Cette formation complémentaire de belle envergure m’a donné une vision globale de l’entreprise avec des clés de compréhension stratégiques indispensables. Elle m’a permis à travers une connaissance plus fine de nos produits et de nos enjeux de quitter la direction industrielle des tanneries d’Hermès Cuir Précieux pour prendre le pilotage du développement des nouveaux produits cuirs chez Hermès Maroquinerie Sellerie. Cheville ouvrière de la stratégie de la maison, ayant au cœur de mon activité la réorganisation de la Direction Technique et Qualité, j’ai contribué à la rendre plus agile et à lui permettre de faire face à nos enjeux de croissance sur la mise en place de nos nouveautés.

 

Votre raison d’être en tant que Directrice Technique et Qualité ?

Rendre possible le rêve du créateur. Nous concevons des produits, à partir d’un croquis à main levée et d’un brief produit. Prototypage, essais de montage, tests qualité, fabrication d’étalons… jusqu’à la formation des artisans en production. J’accompagne également l’animation des savoir-faire des artisans afin de maintenir toujours au plus haut notre niveau d’exigence et permettre la réalisation de pièces exceptionnelles grâce à la maîtrise de leurs gestes. Enfin, parce que cela fait partie d’un tout je veille à garantir également, la qualité de nos matières en travaillant étroitement avec nos tanneurs et nos fournisseurs de pièces métalliques.

 

Comment êtes-vous entrée chez Hermès ?

J’ai passé 4 ans dans l’agroalimentaire, puis 10 ans dans l’industrie pharmaceutique. Lorsqu’ Hermès m’a contactée pour participer à la création de la filiale Hermès Cuirs Précieux, j’ai été séduite par le challenge. J’aime bâtir en partant d’une feuille blanche et porter le changement en fédérant les équipes autour de moi. Ces 2 fils rouges ont toujours guidé ma carrière. Après avoir managé plus de 1 000 personnes dans l’industrie pharmaceutique, j’ai perçu cette proposition comme un nouveau défi de construction et de transformation. Cette aventure m’a séduite et le chemin parcouru depuis ne m’a pas fait regretter ce choix.

Quelles valeurs doit-on partager pour faire partie de la maison ?

On ne peut travailler chez Hermès sans posséder un haut niveau d’exigence. Il faut aimer le travail bien fait, apprécier le « bel ouvrage ».
C’est du détail, qui semble irréalisable techniquement sur le croquis, que naîtra le supplément d’âme de la pièce finale. Il faut donc respecter le rêve du créateur et avoir envie de le restituer avec intégrité.
Il faut également avoir une âme de bâtisseur, être un entrepreneur et faire preuve d’humilité, d’authenticité et d’humanité en toutes choses.

Notre innovation et nos savoir-faire sont au service du rêve du créateur afin de rendre possible l’impossible.

 

Contact : celine.decollonge@hermes.com