Jean-Thomas Schmitt, (EDHEC Business School 2008), Directeur Général de Heppner, revient sur son parcours au sein de l’entreprise familiale et incite les jeunes talents à rejoindre un groupe de transport en pleine transformation digitale.

 

Le virus de l’entrepreneuriat

Prendre la tête de l’entreprise familiale créée il y a plus de 90 ans ? Un défi qui en aurait rebuté plus d’un. Pas facile en effet de conduire la destinée de ce groupe de transport et de logistique indépendant qui a su gagner en expertise et en compétences au fil des décennies. Un défi qu’a brillamment relevé Jean-Thomas Schmitt. « Diplômé d’une école de commerce, j’ai hésité avant d’intégrer la société, mais j’ai vite été piqué par le virus de l’entrepreneuriat. Quand on est le fils du patron, il faut se faire un prénom et obtenir une vraie légitimité. C’est ce à quoi j’ai travaillé en réalisant un parcours opérationnel via des postes de directeur d’agence à Lille et à Rungis notamment. Un parcours qui m’a permis de découvrir toutes les activités de l’entreprise et de toucher aux multiples facettes de ce qui constitue notre métier : l’aspect commercial, les RH, la gestion, la finance et le management. »

Une main de fer dans un gant de velours

Fort de sa légitimité, Jean-Thomas Schmitt est devenu Directeur Général de l’entreprise en 2015 à seulement 32 ans. « Mes années d’expérience dans l’opérationnel me permettent d’amender ma vision stratégique avec des aspects pragmatiques de terrain et de concilier ces deux éléments pour mener l’entreprise vers une stratégie globale. Je privilégie un management participatif et de délégation. Chaque Business Unit fonctionne comme une petite entreprise dans la société. Je plébiscite donc l’autonomie et l’esprit entrepreneurial. »
Et de reconnaître que sa présence au sein de l’entreprise a donné au groupe une touche de modernité indispensable à son développement. « Mon âge m’oblige à être constamment à l’écoute des autres pour me nourrir de leur expérience. »

 

Un enjeu clé : la transformation digitale

Depuis deux ans, Heppner a lancé une dizaine de chantiers de transformation de l’entreprise sur le plan de la digitalisation et a investi 20 millions d’euros sur les cinq prochaines années. « Nos axes principaux sont l’adaptation de nos produits aux nouveaux flux liés à la transformation numérique du marché, la création d’une plateforme dématérialisée et autonome afin de contrer les risques d’ « Uberisation », l’optimisation de nos moyens de production et la modernisation des outils d’exploitation et collaboratifs. »
Dans le cadre du programme « Innov & Connect » de BNP Paribas, Heppner a lancé un appel à candidature afin de trouver la startup qui apportera des idées concrètes aux nouvelles problématiques du secteur. « L’enjeu est de s’appuyer sur elle pour créer de nouveaux produits capables de renforcer notre offre sur le marché mais aussi notre agilité. »

 

Les RH au cœur de l’entreprise

Dans ce secteur du transport où l’humain est primordial, le Directeur Général recherche des profils entrepreneurs qui ont le goût de la prise de risque. « Pour attirer les talents, nous avons créé une université qui forme nos futurs managers et une école des ventes pour nos commerciaux avec un axe international fort puisque nous continuons notre développement en Europe, au Maghreb et en Afrique  Subsaharienne. »
Un vivier d’avenir selon Jean-Thomas Schmitt qui a également initié une gestion des hauts potentiels en interne (via des entretiens annuels de performance) et en externe.

Chiffres clés : 643M€ de CA / 3 100 collaborateurs / 70 sites en France / 7 sites en Allemagne / 42 % de l’activité à l’international / 157 pays couverts via un réseau de partenaires / 10 000 clients / 42 millions de colis livrés

Contact : muriel.lamon@heppner.fr