Les premiers mois de l’année sont passés, avec l’arrivée pour certains des premières questions existentielles. La prépa, il n’est pas rare de s’y retrouver par hasard, poussé par sa famille, ses professeurs, et par l’indécision. Face aux premières difficultés, il est parfois tentant de tout arrêter, d’autant plus lorsqu’on se demande si les métiers auxquels mènent une classe préparatoire nous correspondent vraiment. Il est donc important de distinguer ces moments de déprime occasionnels, connus par tous les préparationnaires, des cas où une véritable réorientation est à envisager : d’une part, ne pas supporter le rythme de la prépa n’est pas un mal : il existe d’autres moyens de réaliser sa vocation, en France comme à l’étranger. D’autre part, s’être trompé de voie après le Bac n’empêche pas, un an après la prépa, de se réorienter via certaines passerelles vers une formation qui nous correspond d’avantage. Une décision qui impose cependant d’être murement réfléchie : douter et se remettre en question fait aussi parti des épreuves de la prépa… Parce qu’arrêter la prépa en cours de route ne veut pas dire gâcher sa vie, le point sur les passerelles possibles.

Caroline, 3e année de médecine à Montpellier

« En terminale, j’hésitais déjà entre la médecine et des études de commerce. J’ai tenté la prépa, qui s’est plutôt bien passée : je trouvais la plupart des matières intéressantes, et je m’en sortais bien. Seulement, en mars, j’ai commencé à me projeter dans les métiers du commerce, et j’ai réalisé que je ne m’y voyais absolument pas, que je voulais être plus proche des gens. A partir de ce moment, j’ai compris qu’il ne servait à rien que je reste en prépa : j’ai donc pris un mois de vacances avant de me mettre à travailler sur des cours de médecine que j’avais empruntés à des amis. Cette avance que j’ai prise m’a beaucoup aidée et m’a permis d’avoir le concours de médecine du premier coup l’année suivante. Je ne considère pas pour autant que mon passage par la prépa ait été une perte de temps : j’y ai découvert des choses sur ma personnalité, et j’ai aussi appris à être plus humble. Aux personnes qui hésitent à se réorienter vers la médecine, je conseille d’aller voir des aides-soignants pour voir si le secteur les intéresse vraiment. Si on découvre que c’est vraiment ce qu’on veut faire, mieux vaut ne pas attendre la fin de l’année pour arrêter la prépa : les concours de médecine sont très difficiles, et il n’est jamais trop tôt pour se « remettre dans le bain ». Je pense qu’il ne faut pas s’auto-flageller en se disant « c’est trop tard, j’ai raté ma voie » : nous sommes maîtres de notre orientation. En arrivant en médecine, j’ai d’ailleurs découvert que beaucoup de mes camarades avaient hésité, en terminale, à faire une prépa eux aussi… »


Antoine, 2e année à Sup Méca à Toulon

« Comme ma première année en prépa à Lyon ne s’était pas très bien passée, j’ai voulu me rapprocher de chez moi, à Bordeaux. Seulement, aucune prépa là-bas ne voulait me reprendre. J’ai alors découvert qu’il était possible de continuer un cycle préparatoire à la fac de Bordeaux 1, qui dispensait un DUG et permettait en même temps de passer les concours CCP de certaines écoles d’ingénieurs (notamment l’ENSICA, qui a un bon niveau). J’avais vraiment fait ça par défaut : le début de l’année a été difficile car je ne connaissais personne, mais le niveau des cours était bon et ressemblait à ce qui se faisait en prépa, de manière moins stricte et avec un rythme moins soutenu. Le plus de la prépa, c’est l’ambiance entre les élèves, qui sont très soudés, et je ne regrette pas mon passage par Lyon. Mais rabaisser les élèves sans arrêt et les presser comme des citrons n’est pas le bon moyen pour les aider à s’épanouir et leur faire aimer ce qu’ils vont faire plus tard. Si on hésite à quitter la prépa, je pense qu’il faut déjà voir s’il est possible d’intégrer l’école qu’on vise par d’autres moyens (notamment par admission parallèle) : si c’est impossible, cela vaut peut-être la peine d’endurer la prépa. Mais il y a tellement de moyens de finir au même endroit qu’il ne sert à rien de continuer dans un endroit où l’on n’est pas à l’aise. Autant faire autre chose et bien le faire que faire une prépa mal faite. »

Lauriane, en 3e année de Fac de droit à Lyon

« Dès le début, je savais que je ne voulais pas faire de prépa : ce sont mes parents m’y ont aussi poussée, ma sœur l’ayant déjà faite avant moi… C’était pourtant le droit qui m’attirait au lycée. Une fois en prépa, l’ambiance, la compétition ne m’ont pas plu ; j’avais l’impression de ne pas beaucoup évoluer par rapport au lycée. Pendant les vacances de Noël, j’ai réalisé qu’il ne dépendait que de moi de ne pas revenir, ce que j’ai fait sans hésitations. Aujourd’hui, je n’ai aucun regret : l’ambiance en fac me correspond beaucoup plus, j’aime être autonome et pouvoir travailler comme je veux. Ce que j’ai tiré de la prépa, c’est une certaine force de caractère : je sais maintenant qu’il faut faire les choses pour soi, et non pour les autres… »

La prépa prend un coup de jeune :

Lancement de Prepalive, la première prépa Sciences Po qui révolutionne le concours de Sciences Po avec une offre 100% connectée

Les réorientations possibles :
… En venant de prépa HEC
– Intégrer une école de commerce post Bac (concours Sésame, Accès…)
– Intégrer une IEP de province en 1ère ou 2e année (après un an de prépa uniquement)
– Faire un BTS (comptabilité, management, commerce international…) ; admission en 2e année, après un an de prépa uniquement
– Les concours de l’ENS : en 2e ou 3e année ; il faut être admissible à l’une des 3 parisiennes pour tenter les oraux de l’ENS

… En venant de  prépa scientifique :
– Intégrer une école d’ingénieurs post Bac sur dossier ou sur concours.
– Intégrer une école après un an de prépa (concours des petites mines, Insa, Fesic, ENI…)

… En venant de prépa littéraire :
– Intégrer une IEP de province en 1ère ou 2e année (après un an de prépa uniquement), ou un master à Sciences Po Paris (après 3 ans de prépa seulement)
- Intégrer une école de commerce sur concours (après deux ou trois ans de prépa)
– Intégrer d’autres établissements d’enseignement supérieur comme l’école du
Louvre (histoire de l’art), le CELSA (communication), une école de journalisme, d’interprétation, de traduction…

Autres possibilités :
– Intégrer un IUT (secteur industriel pour les scientifiques et tertiaire pour les commerciaux), après un an de prépa
– Obtenir une équivalence à la Fac en L2 ou L3 (possibilité d’intégrer une grande école ultérieurement par les voies d’admission parallèle ou sur titre)
– De nombreuses possibilités à l’étranger (Universités, EPFL, HEC Montréal…)
Attention : pour certaines réorientations, il existe une limite d’âge ou d’année d’obtention du Bac

Faut-il attendre la fin de l’année scolaire pour se réorienter ?

Même si la prépa est difficilement vécue, il est en principe conseillé d’attendre la fin de l’année pour se réorienter, car il faut généralement attendre la rentrée suivante pour pouvoir rejoindre un autre établissement. A l’issue d’une ou deux années de prépa, on obtient notamment des équivalences permettant d’intégrer une école ou une université directement en première ou deuxième année. Il existe cependant des exceptions, notamment lorsqu’on se réoriente en médecine (cf témoignage de Caroline) où la difficulté du concours incite à se préparer à temps-plein avant même la rentrée officielle en première année.

 

Réorientation à l’étranger

Pour ceux qui rêvent d’une carrière internationale, il est aussi possible de rejoindre une université étrangère. Pour les ingénieurs, l’EPFL, en Lausanne, accepte notamment des étudiants de classe préparatoire après examen de leur dossier. Disposant de très bons classements internationaux (20e dans le domaine de l’ingénierie), l’école, moins sélective à l’entrée, procède néanmoins à un fort écrémage au cours des trois premières années, et propose des partenariats avec des écoles françaises et internationales réputées. Pour les commerciaux, HEC Montréal recrute également des élèves français après une première année de prépa. En 2011, l’école obtient le rang de 24e école de commerce mondiale. L’école excelle en particulier dans le domaine de la finance, avec un Msc mondialement reconnu. Des classements qui donneront sûrement à réfléchir…

 

Les réorientations en école :

Elles sont possibles aussi. Il faut dans ce cas être particulièrement attentif au choix de son école, en se basant sur d’autres critères que le classement : certaines écoles proposent en effet des doubles diplômes spécifiques (ingénieur-commerce, IEP, journalisme, école d’art, d’architecture, de design…) permettant dese réorienter une fois en école. Il est également possible de poursuivre une licence en parallèle d’une grande école, pouvant se prolonger par un master.

 

 

Alizée Gau

Les grandes écoles, bonnes élèves de l’ouverture sociale ?

La Conférence des Grandes Ecoles (CGE) a dévoilé la seconde édition du Baromètre de l’ouverture sociale dans les grandes écoles le 4 décembre 2019. Panorama

ESCP Business School : un nouveau nom pour fêter son bicentenaire

Mardi 26 novembre 2019, la célèbre école de commerce parisienne a fêté ses 200 ans et annoncé ses nouveautés.

L’ESTP Paris inaugure son nouveau campus à Dijon

L’ESTP Paris, grande école d’ingénieurs spécialisée dans la construction durable, a inauguré à Dijon son deuxième campus en région, en présence notamment de François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole, de Denis Hameau, représentant de Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, de François-Xavier Clédat, président du Conseil d’Administration de l’ESTP Paris, de Florence Darmon, directeur général de l’ESTP Paris, et de Laurence Mangenot, Directrice du campus ESTP Paris de Dijon.

ESCP Europe propose un nouveau Master of Science in Real Estate

ESCP Europe, a lancé un nouveau Master of Science in Real Estate. Son objectif est de fournir aux étudiants les compétences nécessaires et un réseau de contacts, contribuant ainsi à leur réussite dans ce secteur concurrentiel dans un contexte commercial international. Le programme sera enseigné en anglais par des enseignants et des professionnels de renommée mondiale. Les participants recevront une formation de pointe dans les domaines de la finance immobilière, de la promotion immobilière, de la gestion immobilière, de l’urbanisme et des villes intelligentes, de l’analyse de bases de données volumineuses et de la nouvelle technologie immobilière (PropTech).

Yves Laszlo nommé Directeur de l’Enseignement et de la Recherche de l’X

Yves Laszlo est nommé Directeur de l’Enseignement et de la Recherche de l’X par arrêté de la Ministre des Armées, sur proposition du président du conseil d’administration de l’École polytechnique. L’ancien Directeur adjoint pour les Sciences à l’École normale supérieure de Paris succède ainsi à Frank Pacard, et prend également en charge les fonctions de responsable du Comité d’enseignement et de recherche de l’Institut Polytechnique de Paris.

Nouveau campus parisien de la Sports Management School : une passe décisive

L’école spécialisée en sport business a inauguré le jeudi 10 octobre 2019 son nouveau campus à Porte de la Villette (Paris 19e) en présence de Michael Tapiro, directeur et fondateur de l’école, et William Hurst, directeur de EDC Paris Business School.

L’ESSEC et University of California, Berkeley lancent un double diplôme pour former des managers-ingénieurs

L’ESSEC Business School conclut un partenariat avec Fung Institute of Engineering Leadership de UC Berkeley College of Engineering et propose désormais à ses étudiants un double diplôme avec l’université californienne de renommée internationale. Ce cursus débouche sur l’obtention à la fois du diplôme de l’ESSEC et du Master of Engineering de UC Berkeley.

Ça bouge dans les business schools ! Le point du Chapitre des écoles de management

C’est l’heure du bilan pour le Chapitre des grandes écoles de management ! Un an après avoir pris la tête du Chapitre, sa présidente Alice Guilhon et Christophe Germain, son nouveau VP (suite au départ de TBS de François Bonvalet) sont revenus le 6 novembre dernier sur les succès 2019 et les sujets chauds qui ponctueront 2020.

Des étudiantes au top

Elève de CentraleSupélec en double diplôme à l’Ecole polytechnique de Montréal, Charlotte Dubost jongle entre sa formation d’ingénieur et sa passion du cirque. Portrait.

Championnes du leadership !

Pour accompagner les diplômées et étudiantes de CentraleSupélec, l’association Supélec au féminin multiplie les projets. Eclairage de Catherine Gibert, sa présidente.