Communiqué de presse :

Les fondamentaux et les idées qui ont prévalues à la création d’HEIP, initialement « Ecole des Hautes Etudes Sociales » restent, 120 ans après sa fondation, d’actualité. Cette école enseigne entre autres, une vision du monde complexe, une approche sociale, humaniste et non doctrinaire de l’organisation des sociétés, une analyse des « différents » systèmes politiques et leurs évolutions dans le monde ; tout ceci sans renier le socle démocratique et républicain qui l’a vu naitre.

 

Les trois filières de formation d’HEIP à savoir la Diplomatie, les Sciences politiques et les Médias sont donc impactées au premier titre par la réalité géopolitique depuis que trois grands événements ont rebattu les cartes de la mondialisation à la fin du XXéme siècle, à savoir l’effondrement du communisme, l’émergence de la Chine et le financement du wahhabisme dans les pays musulmans par l’Arabie Saoudite encore sous protection américaine. Le tout dans un contexte de mondialisation économique et de développement rapide des échanges.

HEIP, présent sur ces trois terrains, a donc une carte à jouer à la fois au niveau de l’analyse et de l’explication des faits, mais surtout en tant qu’institution formant les futurs professionnels et responsables qui devront prendre en compte et gérer ces évolutions. HEIP s’est donc donné trois priorités dans les trois prochaines années afin de repositionner cette école et assurer son développement.

HEIP souhaite donc se faire une place de choix parmi les écoles françaises, par :

  • L’évolution des filières enseignées ;
  • L’ouverture cette année d’un nouveau campus à Lyon et d’une nouvelle filière entièrement dédiée à la démocratie et aux collectivités locales et à leur gouvernance ;
  • De nouvelles implantations à l’internationales en 2020-21 en particulier en Afrique et au Proche-Orient ;
  • Des effectifs de 1000 étudiants à l’horizon 2022 sur quatre sites (2 en France et 2 à l’étranger)