Le 24 novembre 2018 est un grand jour. Le traditionnel gala de prestige de l’ISAE- SUPAERO rassemblera élèves, alumni et amis pour une grande fête exceptionnelle. Comme chaque année, une équipe dynamique de 18 étudiantes et étudiants se charge de l’organisation. Retour sur les particularités de cette édition.

 

Une année spéciale…

Il y a tout juste 50 ans, SUPAERO  mettait le cap sur Toulouse, quelques années après l’ENSICA. Les deux écoles ont depuis fortement contribué au dynamisme de celle qui est devenue la capitale européenne de l’aéronautique et de l’espace. Par ailleurs, il s’agit de fêter les 10 ans de la Fondation ISAE-SUPAERO. Enfin, c’est aussi la dernière année où seront délivrés séparément les diplômes ENSICA et SUPAERO remplacés par le diplôme unique de l’ISAE-SUPAERO. « En pratique, il faut offrir à la dernière promotion ISAE-ENSICA un gala inoubliable » indique Brunissende, présidente de l’association.

 

Au programme ?

Pour faire de la soirée une édition anniversaire inoubliable, les étudiants ont vu les choses en grand. « Nous avons souhaité avoir un artiste exceptionnel  » explique Sébastien, responsable animations. Ce sont ainsi les DJs Pfel et Greem du célèbre collectif C2C qui seront à l’honneur. Les quadruples champions du monde du Disco Mix Club préparent un set explosif mêlant racines hip hop et accents électro. Pour marquer les esprits, un feu d’artifice sera tiré sur le terrain de sport de l’école… Ce qui représente un certain défi technique !

 

Dans les jardins de la cité des doges

« Lors des brainstormings pour trouver le thème du gala, l’idée récurrente était la visibilité. Il fallait que les invités s’en souviennent ! » raconte Aude, responsable décoration. Ainsi, c’est le visage masqué par un loup personnalisable que les participants auront l’occasion de déambuler entre plusieurs salles dans des jardins illuminés. Ces masques seront l’occasion d’immortaliser la soirée dans la tente photo ou d’aller danser incognito dans la tente rock qui verra défiler des groupes de musique de l’école. Sur la scène principale, des jeux de lumière et des artistes produiront un spectacle à couper le souffle.

 

Un travail enrichissant

Prévoir une soirée pour plus de 1 500 personnes pousse à relever des défis que ne soupçonnaient pas les étudiants. Mais c’est en travaillant de concert avec les différents pôles qu’ils sont presque prêts pour le jour J. « Travailler avec une équipe soudée qui ne se connaissait pas forcément avant est très enrichissant » commente César, vice-président. Fun fact ? En fouillant dans les archives, les étudiants ont retrouvé des vidéos de l’édition de 1998 !  Certains venaient tout juste de naître et pourtant à part le style des années 2000, rien ne semble avoir changé dans le gymnase du campus…