Cet article a 3 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.

DANS UN CONTEXTE ÉCONOMIQUE DIFFICILE, NOMBREUX SONT CEUX QUI FONT LE CHOIX DE CRÉER LEUR PROPRE EMPLOI. LES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP, DONT LE TAUX DE CHÔMAGE EST DEUX FOIS SUPÉRIEUR À LA MOYENNE, N’ÉCHAPPENT PAS À CE PHÉNOMÈNE. COMMENT ENCOURAGER LES VOCATIONS ET ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE CES « HANDIPRENEURS « ?

© Fotolia

© Fotolia

Vers une meilleure reconnaissance du statut de travailleur indépendant handicapé (TIH)
Etre handicapé et monter sa boite, c’est possible et même beaucoup plus courant qu’on ne le pense. Libéraux, artisans, commerçants, chefs d’entreprise : ils sont plus de 70 000 en France (soit 10 % de la population active handicapée). Et pourtant, jusqu’au projet de loi Macron, ils n’existaient pas dans la loi. « Jusqu’alors, pour répondre à son obligation d’emploi de travailleurs handicapés, une structure de plus de 20 salariés avait de nombreuses options (emploi direct, secteur protégé,…) mais le recours à un TIH n’en faisait pas partie. Qualifié « d’oubli du législateur «, cette situation va mettre au minimum 15 ans à être réparée » affirme Sabrina Mary, Directrice de l’Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés (UPTIH).

 

Faciliter l’entrepreneuriat
De nombreuses initiatives sont d’ailleurs mises en oeuvre pour encourager ces entrepreneurs en herbe. La Commission (Handi)Cap Entrepreneuriat de la Jeune Chambre Economique de Lyon a récemment édité son livre blanc « Témoignages et solutions pour faciliter l’entrepreneuriat des personnes en situation de handicap » qui met en lumière des success-stories et propose des solutions simples tirées de cas concrets pour améliorer les possibilités d’entreprendre des personnes en situation de handicap. En 2015, le concours Handibusiness élira le meilleur projet de création d’entreprise par une personne handicapée résidant en Ile-de-France. Le jury, composé de professionnels du handicap, del’emploi et de l’entrepreneuriat, offrira au gagnant un an d’accompagnement et de suivi pour l’aider à concrétiser son projet. Alors prêts à vous lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat ?

 

« On va enfin défendre notre capacité à être chef d’entreprise à égalité avec les autres »
PIERRE CARNICELLI, PATRON DE NO LIMIT ACADEMY INTERNATIONAL
« J’ai été touché par le handicap alors que j’étais déjà patron d’une société de service informatique de 28 salariés. A mon retour sur le marché du travail en 2007, j’ai décidé de créer une nouvelle entreprise après avoir suivi une formation aux USA. Coach auprès de chefs d’entreprises en France et au Maroc, j’ai notamment créé un module intitulé “Savoir présenter son handicap et le gérer au quotidien“. A l’époque, je n’ai jamais envisagé d’être reconnu travailleur handicapé : je savais que je ne pouvais plus faire le même job qu’avant mais pas que j’étais “handicapé“. Aujourd’hui, l’évolution de mon handicap me pousse à me reconvertir dans le community management. Dans toutes mes activités, j’ai toujours parlé librement de mon handicap car je suis persuadé que si une personne cache son handicap, elle empêche son patron ou son client de l’embaucher pour qui elle est vraiment. Concernant l’évolution du statut des travailleurs indépendants handicapés, je salue l’initiative de la Loi Macron : en reconnaissant nos prestations intellectuelles qualifiées au titre de l’obligation de 6 % d’emplois handicapés, elle nous permet enfin de défendre nos capacités à être des chefs d’entreprise comme les autres. »

 

LE SAVIEZ-VOUS ?
Alors que 16% de la population européenne sont porteurs d’un handicap, 80 % des dirigeants français jugent difficile d’embaucher une personne handicapée (Baromètre Ipsos handicap et entreprise 2014).

 

CW.

Cet article a 3 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.