Alors qu’aujourd’hui 130 000 enfants en situation de handicap sont scolarisés au primaire et 80 000 dans le secondaire, seuls 14 000 mènent des études supérieures. Comment expliquer ce phénomène et comment faire pour convaincre le plus grand nombre que handicap, études supérieures et carrière ambitieuse sont compatibles ? Eléments de réponse avec Christian Grapin, Directeur de l’Association Tremplin – Études, Handicap, Entreprises.

Si tous les jeunes en situation de handicap ne peuvent pas forcément, pour des raisons multiples, aller plus loin que le Bac, un nombre significatif d’entre eux passe cette étape malgré un parcours sinueux. L’Education Nationale, les établissements et les professeurs associant parfois les spécificités du handicap à des difficultés à étudier les orientent alors vers des filières professionnelles qui ne correspondent pas à leur réel potentiel. Celles-ci ne sont pas pour autant des voies sans issue, dès lors qu’elles sont suivies d’un passage en BTS. Mais force est de constater, et cela concerne tous les jeunes, handicapés ou non, que ces formations accueillent en grande majorité les diplômés de la voie générale. Pour un jeune handicapé cela peut arrêter net son parcours malgré une marge de progression évidente. Au-delà de ses difficultés inhérentes au système éducatif dans son ensemble, l’autocensure des jeunes et de leurs familles peut constituer aussi un obstacle. Le rôle de Tremplin est alors de les convaincre, dès la Seconde ou la première, qu’un parcours supérieur est possible, même s’il n’est pas évident. Ce n’est pas parce que l’on est en situation de handicap que l’on n’est pas capable d’étudier vite et bien, d’être compétant et compétitif.

 

Comment les grandes écoles et universités peuvent-elles être plus handi-accueillantes ?
Si la Loi de 2005 a renforcé leurs obligations en la matière, si des Chartes se sont mises en place, la situation n’est pas encore idéale. Les établissements font des efforts dans la mise en place de dispositifs pour un meilleur accès aux bâtiments, une adaptation des modalités d’examens (temps supplémentaire, preneur de notes,…) et des aménagements organisationnels des cursus. Un point crucial reste malgré tout encore tro peu pris en compte : l’accès à la connaissance et à la vie de l’établissement. Les communautés tant administrative que pédagogique doivent avoir conscience de leur rôle dans l’intégration de l’étudiant en situation de handicap. En effet, plus la différence est incluse dans la vie quotidienne de tous, moins elle est perturbatrice et plus elle est génératrice de vivre ensemble.

 

Les entreprises ont elles un rôle à jouer ?
Elles doivent encourager les jeunes handicapés à aller vers leurs métiers et vers les écoles qui les y forment. Il faut qu’elles multiplient les rencontres (interventions dans les lycées, forums emplois, stages,…) car c’est de ces échanges que naitra naturellement l’envie d’aller plus loin dans les études. Mais il faut constater que les entreprises font beaucoup pour le handicap. D’ailleurs, lorsque le degré de mobilisation au sein de l’enseignement supérieur sera à l’égal de celui de l’entreprise, un grand progrès en faveur des jeunes handicapés aura été réalisé !Ne serait-ce que dans les cursus d’études : pourquoi les managers de demain ne sont-ils pas mieux formés au handicap ? Pourquoi n’intègre-t-on pas de manière plus approfondie la thématique du handicap dans les cursus RH ? Pour que cela évolue, les entreprises doivent montrer qu’elles en ont besoin.

 

UN MESSAGE AUX JEUNES EN SITUATION DE HANDICAP ?
Dès lors que vous avez des prétentions à la hauteur de vos résultats et de vos capacités scolaires, n’hésitez pas à pousser vos études supérieures le plus loin possible. Soyez des étudiants comme les autres, tout en étant conscients des adaptations nécessaires à votre handicap et à votre parcours. N’hésitez pas également, pendant votre parcours d’études, à multiplier les expériences en entreprises ; elles vous permettront de découvrir des métiers, les réalités d’une activité et d’engranger de l’expérience professionnelle. Face à un futur employeur, elles vous permettront de mettre en avant tout ce que vous savez faire et comment vous le faites. Même si le chemin est parfois sinueux, il faut persévérer principal obstacle à l’accès à l’emploi pour les personnes entreprises dans leur grande majorité souhaitent répondre à leur obligation d’emploi des personnes handicapées, elles n’en recherchent pas moins des personnes qualifiées et compétentes.

 

CW

 

Contact :
www.tremplin-handicap.frcontact@tremplin-entreprises.org
Tél. : 01 41 09 79 10