Président de la zone Europe au sein de Griffith Foods, Stelios Paschalidis, (ENSIA 79), est fier d’appartenir à un groupe familial qui place l’homme au cœur de son business modèle.

 

Quel a été votre parcours ?

Agronome de formation, j’ai passé toute ma vie professionnelle dans le secteur des ingrédients alimentaires. La thèse de doctorat en chimie cinétique suivi à l’ENSIA m’a donné une expertise scientifique que j’ai transformée en expérience commerciale et marketing à travers divers rôles dans différents groupes. En 2007, j’ai décidé de rejoindre le groupe familial Griffith Foods qui fabrique des ingrédients alimentaires premium tels que des enrobages, (panures, chapelures), des assaisonnements (épices, herbes aromatiques et mélanges divers) et des sauces culinaires. C’est une industrie qui fait du sur-mesure selon les clients et marchés qu’elle s’adresse.

 

Quelle est la spécificité du marché européen ?

Il est très réceptif à l’innovation et nous apportons un support clientèle exceptionnel en termes de marketing, de tendances du marché et des nouveaux programmes et surtout de l’innovation. Nous renouvelons nos programmes tous les trois ans. Mon rôle est, entre autres, d’établir la stratégie et de mettre en place les moyens pour l’atteindre. J’ai sous ma responsabilité la Direction Financière, la Direction Commerciale et Marketing, la Supply Chain, l’innovation, les RH, le IT et la Direction des Achats.

« Les valeurs humaines sont capitales et c’est ce qui fait notre valeur ajoutée »

En quoi l’épanouissement des collaborateurs est-elle au cœur de la réussite de l’entreprise ?

Je suis fier d’appartenir à un groupe qui fait de l’humain une valeur clé et où les employés sont épanouis dans leur travail. En 39 ans de carrière, je n’avais jamais connu une telle cohésion entre les personnes. Je mets un point d’honneur à parler à l’ensemble des collaborateurs et à leur expliquer notre stratégie. Deux fois par an, nous organisons des journées portes ouvertes sur chacun de nos sites où tous les employés sont invités à donner leurs avis et à poser des questions. En outre, nous avons mis en place de programmes d’identification et gestion des talents que nous continuons à faire en leur proposant des formations qui correspondent à leurs désirs profonds, le tout dans le respect de leur vie personnelle. Dans le monde de Griffith Foods Il y a une grande variété de postes notamment techniques ou managériaux en Europe mais aussi dans d’autres pays où Griffith Foods est présent.

 

Quelles sont les qualités requises pour intégrer Griffith Foods ?

La compétence, l’attitude envers les valeurs Griffith, l’éducation mais aussi l’ouverture d’esprit, la flexibilité, mais aussi la mobilité. Soyez mobiles ! Quelqu’un qui refuse un poste à responsabilité en Belgique, en Allemagne, en Angleterre ou en Espagne, va restreindre lui-même son potentiel de développement. La mondialisation est là et on ne peut pas l’empêcher, tout comme on ne peut pas arrêter le progrès. À l’heure où les distances deviennent de plus en plus courtes, il faut parler plusieurs langues. En France c’est un problème, tout comme dans d’autres  grands pays où les habitants parlent seulement une langue. Nous devrions nous inspirer des petits pays comme la Suisse, la Belgique, la Hollande ou la Grèce où les enfants qui sortent du système scolaire parlent trois ou quatre langues.

 

Des conseils aux jeunes diplômés ?

Essayez d’attraper toutes les opportunités qui se présentent car il n’y en a pas beaucoup dans la vie. Il faut les exploiter et ne pas les laisser passer, même si ça ne correspond pas complètement au rêve que l’on avait au départ. Car on peut toujours réajuster son parcours.

 

Contact : spaschalidis@griffithfoods.com