Renforcer ses partenariats clés à l’international est l’un des objectifs que s’est fixé le groupe Grenoble INP. L’accord qu’il vient de signer avec Nanyang Technological University (NTU) s’inscrit parfaitement dans cette démarche.

Partenaires de longue date de Grenoble INP, les universités de Singapour (National University of Singapore (NUS) et NTU) entretiennent avec le groupe des liens dans le cadre d’échanges bilatéraux d’étudiants ou encore dans des programmes intensifs comme le Sunmer School en micro et nanotechnologies.
En recherche, un nouveau cap vient d’être franchi.Une délégation de NTU, pilotée par son président Bertil Andersson, a fait le déplacement jusqu’à Grenoble pour rencontrer Paul Jacquet, son homologue de Grenoble INP, visiter Minatec et le CEA. A cette occasion un accord cadre (Memorendum of Understanding) liant les deux universités a été signé.

Un diplôme conjoint et un nouveau laboratoire
Cette déclaration d’intention sonne le coup d’envoi d’une collaboration dans le domaine de l’énergie et des matériaux qui doit aboutir, dans les mois qui viennent, au lancement d’un diplôme conjoint de niveau doctoral. Cette initiative est une première. Jusqu’à présent, aucun diplôme de cet acabit n’avait été crée au sein du groupe. Dès la rentrée prochaine, au moins 3 doctorants de NTU pourront venir étudier dans les laboratoires de Grenoble INP impliqués dans l’Institut Carnot énergies du futur. Spécialiste mondial de la conduite et de la sécurité des réseaux d’énergie électrique, Nouredine Hadj-Said, membre français à l’Agence Internationale de l’Energie représentant du Carnot Energies du futur pour la thématique Smart Grids, a accompagné la délégation NTU durant son escale à Grenoble.
Les discussions ont notamment porté sur la création d’un laboratoire de recherche conjoint, entre Grenoble INP, INTU et le CEA, qui travaillera en  collaboration étroite avec le laboratoire Energy Research Institute @ NTU (ERI@N). Ce dernier mène des projets de recherche dans différents domaines liés à l’énergie, tels que le stockage de l’énergie, les piles à combustibles, le bâtiment intelligent et basse consommation, les énergies solaires, éolienne et marine, etc.

L’université Singapourienne, qui a déjà mis en place le même genre de partenariat avec l’université technologique de Munich (le laboratoire issu de ce rapprochement a d’ores et déjà drainé 8 entreprises allemandes sur place), a été à l’initiative de ce rapprochement. Courant juillet, une nouvelle délégation de chercheurs de NTU dont Rachid Yazami (ex-chercheur CNRS du Lepmi actuellement Professeur Associé à NTU et responsable du département « stockage de l’énergie » dans le laboratoire Eri@n), viennent visiter les laboratoires (LEPMI, Liten et SIMAP) et discuter des futures collaborations dans le domaine de l’énergie et des matériaux. A suivre!

 

Chiffres clés
– 27% d’étudiants étrangers accueillis à Grenoble INP
– 64 nationalités représentées
– 60% des élèves ingénieurs ont une expérience à l’international
– 30 laboratoires dont 7 internationaux

 

Contact :www.grenoble-inp.fr