Universités et grandes écoles ont-elles la green attitude ? Cas d’école avec l’Université Paris-Nanterre, GEM, l’EFREI Paris et l’ISA Lille.

 

Les mots en disent long sur l’intention en matière de développement durable (DD). Récemment le titre de Stéphane Brette de l’Université Paris-Nanterre a changé. Désormais il est VP patrimoine et transition écologique. Hier il était responsable du patrimoine et du DD. « Parler de transition montre que nous sommes dans l’action. » Une action qui, comme pour les autres établissements, s’inscrit dans une stratégie RSE. « Il est important de montrer qu’agir n’est pas un coût mais bien un bénéfice, notamment financier avec les baisses de consommations énergétiques, en eau… » insiste Stéphane Brette, soutenu depuis le départ par sa présidence.

Vers une approche systémique

L’objectif est double à GEM comme l’explique sa responsable RSE, Jacklin Rosebrook. « Agir pour un impact positif sur notre environnement et pour réduire notre impact en matière écologique et de carbone. » Depuis 2007, GEM est signataire du Global Compact (ONU), qui inclut les Principes pour un Enseignement Responsable du Management. « Cela nous oblige à la transparence et au reporting » confirme Jacklin Rosebrook. Les critères RSE devenus explicites dans les accréditations internationales comme EQUIS, motivent d’autant les écoles.

Exemplarité fait loi

A l’ISA Lille (Yncréa Hauts-de-France) Franck Chauvin, responsable RSE, a décroché la norme environnementale internationale la plus exigeante, ISO 14001. « C’est un symbole fort de notre engagement. Les audits sont annuels, et il y a un lien avec nos actions, notre stratégie d’établissement et notre expertise d’école d’agroNous devons être pionniers et entraîner nos étudiants sur ce terrain en tant que futurs cadres. »

Un engagement collectif

L’EFREI Paris également signataire du Global Compact, est engagé depuis 2012 en matière de DD. « Nous avons d’abord travaillé les axes social et diversité, raconte Andreas Topp, délégué général de Human’IT et the EFREI Paris Fund. Depuis 2017, nous accélérons côté écologie. » Soutenu par la direction, Andreas Topp travaille aussi main dans la main avec les étudiants. « Déployer une stratégie d’établissement et concerner les élèves dans leur formation comme leur vie étudiante fait que nous sommes tous gagnants à la fin. » L’EFREI Paris comme GEM utilisent le référentiel du label DD&RS mis au point par la CGE, la CPU, le REFEDD et les ministères de l’écologie et du supérieur dans la foulée du Grenelle 1 de l’environnement. « Depuis 2015, écoles et universités mènent ensemble leurs réflexions et créent des outils pour la collectivité », se félicite Jacklin Rosebrook.

A quand le DD pilier des stratégies d’institution ?

Observatrice de la prise en main du DD par les établissements, Elisabeth Laville, présidente fondatrice en 2005 de Campus responsables et des Trophées des Campus Responsables note que les choses progressent trop lentement. « Le défaut est de considérer le DD comme un élément à part, alors qu’il est un thème transversal par définition. Il devrait être à la fois intégré dans toutes les dimensions d’un établissement, à commencer par tous les cours, et un pilier de toute stratégie d’institution, avec ressources à l’appui. »

La jeunesse au secours de la planète

« Et un et deux et trois degrés ! C’est un crime contre l’humanité ! » scandaient des étudiants bordelais le 15 mars dernier. D’autres brandissaient des pancartes affirmant que « Si le climat était une banque on l’aurait déjà sauvé ! ». Le 15 mars 2019, la grève mondiale pour le climat réunissait 1,5 million de jeunes dans 125 pays dont 200 000 en France. Les jeunes montent au créneau, « Vos mesures tièdes nous font bouillir ! ». Ils demandent une justice climatique, craignant à juste titre de subir les conséquences de l’inaction face à l’urgence.

Et en quête de sens

En octobre 2018 déjà, des étudiants d’HEC Paris, CentraleSupélec, l’ENS, AgroParisTech et Polytechnique lançaient le Manifeste Etudiant pour un réveil écologique. Début avril, ils avaient récolté 30 500 signatures, dont 27 500 Français issus de plus de 300 établissements. Aujourd’hui, ils sont reçus par des parlementaires, des entreprises, des syndicats. Ils diffusent une boite à outils et un « Kit enseignement et transition écologique » passant ainsi du discours à l’action.

« Il est important que mon école soit engagée »

Geoffrey Agopian, en 2eA à GEM, membre du comité de pilotage RSE, membre d’Impact, association de DD, et signataire du Manifeste Etudiant pour un réveil écologique

« J’ai signé le Manifeste sans hésitation. Il faut que les choses prennent de l’ampleur, et les jeunes ont un rôle à jouer. J’agis aujourd’hui et suis déterminé à continuer demain. D’abord en trouvant un travail qui a du sens, dans une entreprise éthique. C’est aussi pourquoi il est important que mon école soit engagée, et apporte du sens à ma formation. Intégrer Impact relève aussi de cette démarche. Je travaille sur le projet Dynamique RSE, de conseil à des entreprises locales. Ces missions sont très formatrices, montrent les freins et leviers de politiques DD. Impact est membre du REFEDD et à ce titre, je participe à des audits de campus qui postulent au label DD&RS. Je me suis aussi impliqué au sein du Comité de pilotage RSE de l’école avec Jacklin Rosebrook. Il œuvre pour une école plus responsable et plus propre. »

« Je veux être moteur de solutions »

Hugo Butery, en 2eA à l’EFREI Paris, président de Symbioz, association de promotion du DD

« En tant que scout, je suis sensibilisé depuis l’enfance à la préservation de la nature. Un engagement de plus en plus présent dans ma vie. J’ai rejoint l’association de DD en entrant à l’EFREI Paris. Mon idéal est que les jeunes habitent et imprègnent la planète, tels des citoyens engagés et avertis. Nous faisons de la sensibilisation, et nos projets servent les étudiants, l’école et plus largement la société. Participer à des manifestations, signer des pétitions, n’est pas mon type d’action. Je réfléchis à comment agir, à comment notre système est compatible avec le DD, à comment entraîner d’autres avec moi. Je veux être moteur de solutions. La bataille de l’opinion est gagnée. Il faut passer à la prochaine étape dans le pays, dans les entreprises, la formation. Une manière d’y contribuer est de travailler avec le pilote de la démarche DD de notre école, Andreas Topp. »

 

La biodiversité se préserve aussi sur les campus

En 2011, des étudiants naturalistes imaginent un observatoire de la diversité pour le campus de leur université à Montpellier. Ils mobilisent étudiants et personnels pour réaliser cet inventaire. « C’est un travail scientifique, avec des méthodes, des données à collecter et analyser, et bien entendu un objectif : agir sur le campus. Pour cela nous avons aussi sollicité notre président d’université » raconte Guillaume Bagnolini, co-fondateur d’Inventaire Fac. Forts de cette réussite, Inventaire Fac nationalise le dispositif avec l’aide du REFEDD en 2014. Aujourd’hui, 11 campus sont impliqués. « Le principe est le collaboratif, le partage des bonnes pratiques et des résultats. Les données sont scientifiquement validées par un enseignant-chercheur. Nous avons édité un guide et préparons un recueil des bonnes pratiques. »

Green actions

Université Paris-Nanterre : suppression des produits phytosanitaires, plantation d’une prairie pour les abeilles de 12 ruches et comme refuge de la LPO, réutilisation des déchets verts, géothermie et récupération de l’eau de pluie…

GEM : Ecole « zero waste », bilan carbone mené par des étudiants, travail sur la mobilité durable, abonnement électrique 100 % renouvelable…

EFREI Paris : Rénovations pour réduire les consommations électriques et en eau, recyclage des équipements informatiques, introduction d’indicateurs green IT dans la gestion des SI, installation de panneaux solaires…

ISA Lille : Toiture végétalisée, jardin potager, relamping (-37 % des consommations d’électricité), pilotage de la chaudière (-26,5 % de consommation de gaz)…

Arts et Métiers réaffirme sa stratégie au service des territoires et de l’industrie du futur et révèle sa nouvelle identité visuelle

La rentrée 2019 marque le lancement de cette nouvelle identité Arts et Métiers. L’organisation de l’établissement est consolidée pour la rendre lisible et plus performante autant en interne qu’en externe à travers trois grands axes

Rentrée à BSB: un séminaire « Game Changers » pour 450 nouveaux élèves

450 nouveaux élèves du Master Grande Ecole (MGE) de BSB (Burgundy School of Business) font leur rentrée lundi 9 septembre. Au programme de leurs premiers jours notamment: un grand challenge « Innovation Sprint » en partenariat avec trois entreprises prestigieuses, prenant en compte les défis sociétaux, les enjeux écologiques et les mutations technologiques. L’objectif est de faciliter leur intégration, qu’ils s’immergent dans les valeurs de l’Ecole et le monde de l’entreprise en prenant conscience de ce qui est attendu d’un Game Changer. Une conférence inaugurale animée par le philosophe Raphaël Enthoven se tient le 9 septembre, donnant le coup d’envoi d’une série de conférences inspirantes qui auront lieu tout au long de l’année.

{Rentrée 2019} Concours Sésame, ouvre-toi !

Le concours Sésame vous donne rendez-vous mercredi 8 avril 2020 pour une session mondiale unique. Intégration de 7 nouvelles écoles et de 8 nouveaux programmes, calendrier aligné sur ParcourSup, épreuves remodelées et nouvelle identité visuelle : celui qui se veut leader des concours business schools voit les choses en grand pour 2020.

MINES ParisTech annonce la création d’une chaire enseignement

Vincent Laflèche, Directeur de MINES ParisTech, Antoine Battistelli, Délégué Général de la Fondation MINES ParisTech et Emeuric Gleizes, Directeur Général de la start-up Spacetrain, ont signé, le 8 juillet 2019, la création de la première chaire d’enseignement MINES ParisTech. Dédiée à l’open innovation et la haute technologie, répondant ainsi aux grands défis sociétaux tels que le changement climatique, le transport durable et les sources d’énergie renouvelables, cette chaire ouvre un chemin créatif pédagogique complémentaire pour l’École dans un enseignement de rupture.

De nouveaux partenaires pour la deuxième promotion du « Mastère Spécialisé AI MOVE » MINES ParisTech

7 partenaires : 3 issus du monde académique européen et 4 de celui de l’entreprise s’unissent pour un Mastère Spécialisé en anglais dédié à l’Intelligence Artificielle. MINES ParisTech voit donc un nouveau partenariat avec MDP maxon motor France (France), Neurodatalab (Russie & US), HAAS avocats (France), complétant ceux avec l’IRCAM Centre Pompidou (France), l’Idiap Research Institute (Suisse) et le Centre for Research and Technology Hellas (Grèce) pour le Mastère Spécialisé AIMove, un diplôme de troisième cycle intitulé « Intelligence Artificielle et Mouvement, dans les industries et la création » lancé en octobre 2018.

Université de Paris – La Présidente Christine Clerici nomme les doyens des facultés

Conformément aux statuts de l’université, les conseils de faculté des facultés des sciences, de santé et des sociétés et humanités se sont réunis les 26, 27 juin et 8 juillet pour proposer un doyen à la présidente de l’Université de Paris.

Grandes écoles et universités : quoi de neuf à la rentrée ?

On résume les grands changements qui marqueront la rentrée 2019 dans les grandes écoles de management et d’ingénieurs et les universités.

Le top 5 des plus beaux lieux de MINES ParisTech

Installée depuis 1816 au sein de l’hôtel de Vendôme, MINES ParisTech regorge d’histoire et de lieux cachés. Voici notre top 5 des plus beaux lieux de l’école !

La Formation Continue à Grenoble IAE : 11 cursus et des nouveautés pour la rentrée !

En remise à niveau, en recherche de nouvelles compétences, en reconversion professionnelle… la formation continue est la bonne option pour se former au fil de sa carrière. Master 1, Master 2, alternance, formation transversale ou spécialisée, les 11 cursus dédiés de Grenoble IAE attirent chaque année près de 200 étudiants. Une offre sur-mesure, récemment complétée par des formations courtes ou à la carte pour suivre seulement quelques heures d’un cours existant.

L’Université Paris-Sud et l’Apec signent un partenariat en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés

Alain Sarfati, Président de l’Université Paris-Sud et Guy Gustin, délégué régional Apec Île-de-France viennent de signer une convention de partenariat engageant les deux établissements à déployer un dispositif d’actions dédiées à l’insertion professionnelle des étudiantes et étudiants et des diplomé·e·s de l’Université Paris-Sud.