Le talent est surestimé ! Les grands dirigeants, comme les grands maîtres des échecs, pratiquent la metacognition, l’art d’améliorer ses processus mentaux. Suivez Olivier Fourcadet sur Twitter

 

Une rencontre inspirante

Que dit Bill Gates de sa première rencontre avec son ami W. Buffet ? Alors, qu’il s’attendait à s’ennuyer avec un financier qui suit les courbes des cours de la bourse pour capturer le moindre mouvement prometteur, il a découvert une personne qui l’a inlassablement questionné sur les entreprises du secteur de l’informatique, les compétences et les stratégies pour réussir, etc. Pour Bill Gates cette conversation fût enrichissante, les questions et ses réponses lui dévoilant des dimensions insoupçonnées de sa propre industrie et les moyens de peaufiner la stratégie de Microsoft. La description de cette rencontre entre deux personnes considérées comme des génies des affaires, nous dévoile quelques aspects des pratiques intellectuelles des meilleurs dirigeants. W. Buffet, comme A. Einstein dans les sciences, pratique à son plus haut niveau l’art de poser les bonnes questions et ainsi de mieux cerner les problèmes, les challenges pour ensuite prendre de bonnes décisions.

 

Question de talent ?

Les experts en sciences cognitives nous disent que s’il y a talent, il réside dans deux aspects. Le premier consiste à observer sa propre mécanique mentale pour l’aiguiser et la rendre toujours plus performante. Quant au second, il s’agit de persévérer, toujours et inlassablement dans cette pratique. Le premier investissement de W. Buffet est probablement celui réalisé dans son propre processus mental. Chacun de ses investissements financiers les moins performants est une source d’apprentissage. Là où la plupart des managers cherchent à éviter de produire la même erreur deux fois, les meilleurs d’entre eux s’interrogent sur les raisons pour lesquelles leur cheminement intellectuel a produit cette erreur. C’est leur logiciel qu’il cherche à améliorer. Ils pratiquent la métacognition.

 

Ne pas résoudre un problème tant qu’il n’est pas bien posé !

Imaginez le degré de contrôle que l’on doit imposer à son propre cerveau pour s’interdire de se lancer dans la résolution d’un problème ou une prise de décision, tant que l’on estime que le problème n’est pas bien posé. Imaginez les capacités intellectuelles qu’il est nécessaire de développer pour combiner des milliers d’informations et dévoiler à sa pensée les mécanismes qui assurent la dynamique d’un secteur industriel ou les choix des consommateurs. Sont-elles à la portée de tous ? Là encore les scientifiques le pensent ! De nombreuses expériences et observations viennent corroborer leurs dires.

 

Lancez-vous !

Comment y parvenir ? Cherchez un maitre à penser ! Moi, vétérinaire de formation, j’avais découvert que mon cerveau était formaté pour identifier des symptômes – les dysfonctionnements des entreprises – et diagnostiquer les maladies – trouver les causes de ces dysfonctionnements, pour mieux les traiter. Francis, meilleur vendeur d’une grande entreprise automobile pendant plusieurs années, n’avait pas de pareil pour renifler les opportunités et les saisir. J’étais dans l’incapacité de les découvrir et lui, formaté aussi, mais autrement, était aveugle aux dysfonctionnements. Nous étions faits pour apprendre l’un de l’autre de nos expériences ! Notre apprentissage réciproque fut délicat et laborieux, car il ne s’agissait plus de dire ce que l’on voyait, mais comment on parvenait à le voir. De nos sessions nous avons développé deux choses : la capacité à expliciter nos propres processus – et par la suite à les améliorer – et celle d’emprunter de nouveaux processus mentaux, ceux de l’autre. Investissez dans vos propres processus mentaux. C’est un excellent investissement !

 

 

 

Sciences cognitives et entreprises font elles bon ménage ?

Entreprises familiales : tremplin idéal pour jeunes dip’

Les entreprises familiales représentent 83 % des entreprises actives dans l’économie française et sont une opportunité en or pour de jeunes diplômés. Rania Labaki, directrice de l’EDHEC Family Business Centre, et Miruna Radu, titulaire de la chaire Entreprises...

Luxe et art de vivre à la française : pourquoi font-ils rêver le monde entier ?

Maroquinerie, vêtements, hôtellerie, parfums, gastronomie, le luxe et un certain art de vivre à la française font rêver et attirent les touristes du monde entier. Comment sont formés ceux qui travaillent en coulisses et quels sont leurs secrets pour faire rayonner ce...

4.0 : comment les écoles adaptent leurs formations dirigeants ?

Innovation rapide, avancées technologiques, économie numérique… Les dirigeants sont aux premières lignes pour faire face aux  profondes transformations que connait le paysage économique. Pour les accompagner, les grandes écoles de managements ont adapté...

Le PDG, virtuose de l’économie 4.0

A l’ère du digital, le PDG tient plus que jamais le rôle de chef d’orchestre. La tête résolument tournée vers les nouvelles technologies, il doit faire en sorte de déployer leurs usages innovants dans toutes les strates de son entreprise. Développement technologique,...

Voyage en univers Z

A peine acclimaté aux Y que les Z débarquent déjà. Pour ces jeunes gens âgés de 15 à 23 ans, le lien, la fidélité à une communauté, l’affectif, le fait d’apprendre et créer, de collaborer, priment. Elodie Gentina, enseignant-chercheur à l’IÉSEG School of...

Le Data Story Telling, un être hybride entre technologie, mathématiques et communication

Le développement des Big Data et de la Data Science ont ouvert des champs nouveaux pour l’ensemble des dirigeants et entrepreneurs : la Data Driven Economy a vu naître de nouveaux acteurs mais a également rabattu les cartes dans des activités plus traditionnelles. En...

Data storytelling, quand les PDG font parler les données

Qu’il s’agisse de parler à un comité de direction, à des banquiers, à des opérationnels, à des investisseurs ou à ses équipes, le PDG arrive souvent avec des chiffres là où on lui demande des mots. Focus sur le data Storytelling, qui l’aide à mieux faire passer les...

Les Français et leurs patrons

A l’heure où les étudiants n’ont jamais été aussi nombreux à vouloir devenir leur propre patron, l’image de ce dernier a considérablement évolué dans notre pays. Aujourd’hui devenu « dirigeant » ou « entrepreneur », ses rapports avec les salariés évoluent rapidement ;...

Sur quels critères les Français jugent-ils leurs patrons ?

Engagement environnemental, sociétal, mécénat… En complément de leur rôle de leader et de leurs responsabilités juridiques, financières et managériales, les salariés attendent de leurs dirigeants qu’ils fassent preuve d’un engagement allant au-delà de leur entreprise....

Connaissez-vous les autres métiers du Jeu Vidéo ?

Le secteur du Jeu Vidéo emploie plus de 5 000 professionnels en France. L’arrivée des consoles de nouvelle génération et le succès des jeux mobiles ont, ces dernières années, fortement dynamisé son activité. Développement de la réalité virtuelle, reconnaissance de...