Le talent est surestimé ! Les grands dirigeants, comme les grands maîtres des échecs, pratiquent la metacognition, l’art d’améliorer ses processus mentaux. Suivez Olivier Fourcadet sur Twitter

 

Une rencontre inspirante

Que dit Bill Gates de sa première rencontre avec son ami W. Buffet ? Alors, qu’il s’attendait à s’ennuyer avec un financier qui suit les courbes des cours de la bourse pour capturer le moindre mouvement prometteur, il a découvert une personne qui l’a inlassablement questionné sur les entreprises du secteur de l’informatique, les compétences et les stratégies pour réussir, etc. Pour Bill Gates cette conversation fût enrichissante, les questions et ses réponses lui dévoilant des dimensions insoupçonnées de sa propre industrie et les moyens de peaufiner la stratégie de Microsoft. La description de cette rencontre entre deux personnes considérées comme des génies des affaires, nous dévoile quelques aspects des pratiques intellectuelles des meilleurs dirigeants. W. Buffet, comme A. Einstein dans les sciences, pratique à son plus haut niveau l’art de poser les bonnes questions et ainsi de mieux cerner les problèmes, les challenges pour ensuite prendre de bonnes décisions.

 

Question de talent ?

Les experts en sciences cognitives nous disent que s’il y a talent, il réside dans deux aspects. Le premier consiste à observer sa propre mécanique mentale pour l’aiguiser et la rendre toujours plus performante. Quant au second, il s’agit de persévérer, toujours et inlassablement dans cette pratique. Le premier investissement de W. Buffet est probablement celui réalisé dans son propre processus mental. Chacun de ses investissements financiers les moins performants est une source d’apprentissage. Là où la plupart des managers cherchent à éviter de produire la même erreur deux fois, les meilleurs d’entre eux s’interrogent sur les raisons pour lesquelles leur cheminement intellectuel a produit cette erreur. C’est leur logiciel qu’il cherche à améliorer. Ils pratiquent la métacognition.

 

Ne pas résoudre un problème tant qu’il n’est pas bien posé !

Imaginez le degré de contrôle que l’on doit imposer à son propre cerveau pour s’interdire de se lancer dans la résolution d’un problème ou une prise de décision, tant que l’on estime que le problème n’est pas bien posé. Imaginez les capacités intellectuelles qu’il est nécessaire de développer pour combiner des milliers d’informations et dévoiler à sa pensée les mécanismes qui assurent la dynamique d’un secteur industriel ou les choix des consommateurs. Sont-elles à la portée de tous ? Là encore les scientifiques le pensent ! De nombreuses expériences et observations viennent corroborer leurs dires.

 

Lancez-vous !

Comment y parvenir ? Cherchez un maitre à penser ! Moi, vétérinaire de formation, j’avais découvert que mon cerveau était formaté pour identifier des symptômes – les dysfonctionnements des entreprises – et diagnostiquer les maladies – trouver les causes de ces dysfonctionnements, pour mieux les traiter. Francis, meilleur vendeur d’une grande entreprise automobile pendant plusieurs années, n’avait pas de pareil pour renifler les opportunités et les saisir. J’étais dans l’incapacité de les découvrir et lui, formaté aussi, mais autrement, était aveugle aux dysfonctionnements. Nous étions faits pour apprendre l’un de l’autre de nos expériences ! Notre apprentissage réciproque fut délicat et laborieux, car il ne s’agissait plus de dire ce que l’on voyait, mais comment on parvenait à le voir. De nos sessions nous avons développé deux choses : la capacité à expliciter nos propres processus – et par la suite à les améliorer – et celle d’emprunter de nouveaux processus mentaux, ceux de l’autre. Investissez dans vos propres processus mentaux. C’est un excellent investissement !

 

 

 

Sciences cognitives et entreprises font elles bon ménage ?

[ÉPISODE 2/2] LES STARTUPS SOUS LE SAPIN

Noël approche à grands pas et vous n’avez toujours pas d’idées cadeaux ? Pas d’inquiétude ! Découvrez 3 produits tendances et innovants et créés par des startups françaises qui raviront vos proches à coup sûr !

[Episode 1/2] Les startups sous le sapin !

En panne d’inspiration pour vos cadeaux de Noël ? La rédaction vous sort de sa hotte des produits made in startups françaises.

Où sont les femmes en 2019 ?

Cette année encore, les femmes se battent pour la reconnaissance de leur puissance économique, sociale, politique et artistique. Prêtes à changer le monde. Petit aperçu.

[Le pouvoir a-t-il un sexe] « Le combat pour l’égalité n’est pas terminé ! » Anne Hidalgo

Rencontre exclusive avec la Maire de Paris Anne Hidalgo, femme politique engagée. Egalité, féminicide et discrimination, elle aborde tous les sujets sans détours.

Rencontre exclusive avec Laetitia Avia, femme politique (LaRem) engagée

Quelles sont la place et l’influence des femmes politiques ? Témoignage de Laetitia Avia, députée de Paris et porte-parole de La République en Marche.

Le marketing, c’est pas que du matériel !

Marque, données, réputation, collaborateurs ou leader emblématique : comment la valeur immatériel de l’entreprise fait-elle toute la différence en marketing ?

[Le pouvoir a-t-il un sexe] Femmes et humour – Interview de Caroline Vigneaux

Caroline Vigneaux, ex-avocate qui a “tombé la robe” pour devenir humoriste revient sur son engagement pour un féminisme de réconciliation

Mon Salon Etudiant, l’orientation en un clic

« Depuis ton salon, trouve ton orientation » ! Mon Salon Etudiant propose des salons sur l’orientation 100 % en ligne, gratuits et accessibles à tous les jeunes pour trouver leur formation ou leur école.

Startupeuses en quête de fonds

Comment et pourquoi se lancer dans l’entrepreneuriat quand on est une femme ? Rencontre avec Philippine Dolbeau créatrice de NewSchool, 1er cahier d’appel électronique à seulement 15 ans

Made in France : la poule aux œufs d’or des PME ?

Depuis 10 ans déjà, le Made in France connaît un retour en force dans le cœur des Français, mais aussi des étrangers. Pourquoi un tel regain d’intérêt pour ce « label » autrefois oublié ?