PSL est la 1ère université française à accéder au top 50 du classement du Times Higher Education, retour sur un succès avec Minh-Hà Pham, vice-présidente aux relations internationales de PSL, et Daniel Egret, « Monsieur données » de l’université.

 

Les classements, quel enjeu pour la jeune PSL créée en 2011 ?

Notre université est récente, en revanche les institutions qui la composent sont, pour certaines, très anciennes. Notre constat a été simple : nous devions installer notre réputation en France certes, mais surtout à l’international. Pour cela les classements sont des vecteurs majeurs. Notre positionnement à l’échelle mondiale est au cœur de notre stratégie et l’un des enjeux de la création de PSL. Notre ambition est de faire partie des meilleures universités de recherche mondiales et d’accroître l’attractivité de PSL pour les talents internationaux.

PSL a d’emblée été très bien positionnée ?

Nous avons ciblé les classements mettant à l’honneur la recherche, qui constitue l’une des grandes forces de notre université. Il était donc essentiel de figurer dans les classements de THE et QS. PSL est la 1ère université française à accéder au top 50 du THE en 2019, en prenant la 41ème place. En ce qui concerne le classement de Shanghai, nous attendons d’avoir un statut et un périmètre stabilisés, ce qui devrait intervenir d’ici un à deux ans. Nous avons fait des simulations. Elles sont prometteuses.

Quels effets de ces classements pour PSL ?

  • Les classements sont emblématiques pour une université. Ils sont un indicateur de la réalisation de notre objectif de visibilité sur la scène internationale
  • Ils favorisent de fait le sentiment de fierté et d’appartenance. 80 % des chercheurs de nos 180 laboratoires signent déjà leurs travaux du nom de PSL
  • Ils sont un outil précieux de légitimité et de valorisation pour négocier des partenariats internationaux. C’est particulièrement vrai en Asie, mais parfois plus étonnamment aux Etats-Unis ou en Europe
  • Ils sont un outil pour attirer des enseignants-chercheurs de talent sur un marché mondial très concurrentiel
  • C’est aussi un levier qui permet à nos décideurs d’aller décrocher des financements

Le mot de Daniel Egret, « Monsieur données » de PSL, ancien Président de l’Observatoire de Paris

  « La récolte et la consolidation des données sont stratégiques pour comprendre les attendus des agences de classement. Il y a une phase d’apprentissage technique, de mise en place des SI, et d’analyse pour se positionner dans les palmarès. Nous avons aussi un dialogue avec les agences. THE et QS demandent la transmission de données. Shanghai ou Leiden se fondent sur les données disponibles. Notre défi en tant qu’université est de nous mettre d’accord Cela a un effet vertueux sur l’intégration, sur l’harmonisation, sur la construction de notre université. »

 

L’objectif de figurer au box-office des palmarès internationaux les plus influents (et leurs déclinaisons) est partagé par le ministère. Il a ainsi publié en 2017 un rapport sur l’importance de la prise en compte des classements internationaux dans les politiques de site. Il considère 5 classements importants par leur poids dans les médias et leur impact : ARWU (Shanghai), QS, THE, Leiden et Webometrics, ainsi que la cartographie multidimensionnelle U-Multirank.

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec

Une bonne année pour l’emploi des ingés !

Le quasi plein emploi chez les ingénieurs, ce n’est pas une fake news. La preuve dans la dernière enquête menée par Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF).

Recrutement, intégration, parcours : comment matcher avec les attentes des jeunes ingés ?

Digital, industrie, société, environnement ou énergie : l’heure est à la révolution. Dans une France qui a besoin d’ingénieurs, quels sont les tips pour recruter les perles rares

STEP UP : Laissez vous coacher !

« Bienvenus dans une entreprise qui fait de l’Individu le premier vecteur de performance » assure Jérémie Cador, Directeur de l’Agence STEP UP de Marseille

Pourquoi rejoindre Total ?

Engagé dans la transition énergétique, Total s’est donné l’ambition d’être la major de l’énergie responsable en garantissant une énergie disponible, abordable et propre.

Avec SOAT, cap sur l’expertise, l’agilité et l’intelligence collective

SOAT offre des opportunités et des perspectives d’évolution passionnantes aux diplômés de CentraleSupélec

Avec CENEXI, attrapez le virus de la pharmacie !

L’industrie pharmaceutique offre aux jeunes diplômés un large panel de métiers explique Alexis Paul (Université Paris Descartes 2000), Directeur Business Development et Pharmacien responsable de CENEXI.

Emmanuelle Favier : devenir femme et écrivaine

C’est en évoquant de manière poétique et subjective les jeunes années de l’écrivaine en devenir qu’Emmanuelle Favier nous donne le mieux à sentir tout le génie de Virginia Woolf…