Réélu en novembre 2016 à la direction de l’École Centrale de Lyon, Frank Debouck (Centrale Lyon 78) entend faire de l’institution une école citoyenne ouverte sur le monde. Il présente les grandes lignes de sa vision du jeune ingénieur amené à diriger demain.

 

Quelle est votre ambition pour l’École à l’horizon 2030 ?

Notre réforme tourne autour de 5 axes : renforcer notre socle scientifique technique, structurer et développer la diversité de nos offres de formation, pousser notre internationalisation, jouer l’équilibre entre l’université de Lyon et le groupe des École Centrales et inventer le nouveau modèle économique de la formation de demain.

Comment préparez-vous l’ingénieur de demain ?

L’ingénieur de demain sera de plus en plus ouvert sur le monde. Le marché de l’emploi pour les ingénieurs est désormais mondial. Nos écoles favorisent toutes la mobilité au cours du cursus et cette mobilité développe une très grande curiosité rafraîchissante. 30 % de nos jeunes diplômés démarrent leur carrière à l’international. L’ingénieur de demain aura donc un regard sur la planète. Les étudiants étrangers qui rejoignent nos écoles apportent par leurs cultures et leurs regards une inestimable richesse.

Ma vie d’étudiante à l’École Centrale de Lyon

Et dans vos enseignements ?

La formation de notre école repose tout d’abord un socle scientifique solide, socle que nous revendiquons et qui est notre identité. Les sciences humaines et sociales font parties de ce socle : elles contribuent à mieux appréhender le monde qui nous entoure. Les initiatives de notre département SHS sont nombreuses : 11 langues, philosophie, psychologie du travail, économie, gestion, cafés éthiques, sports… Nous devons être à même d’accompagner les projets ambitieux de nos élèves (dont leurs rêves) et d’aménager les parcours pour nos sportifs ou musiciens de haut niveau.

Vous formez de vrais entrepreneurs en somme ?

Toute formation d’ingénieur laisse une très grande place au monde de l’entreprise. De nos jours 80 % de nos élèves auront consacré la moitié de leur parcours au sein des entreprises (stages, année de césure, projets, travaux de fin d’études… C’est le grand secret qui assure notre pleine employabilité. Je suis confiant sur la capacité de nos jeunes diplômés pour changer les codes. Leur dynamisme, leur regard, leur capacité d’étonnement est phénoménale. Un jeune ingénieur sera appelé à entreprendre tout au long de sa carrière.

Ma vie de prof à l’École Centrale de Lyon

1 500 parcours possibles : De plus en plus, les élèves recherchent une personnification de leur formation. « Nous faisons beaucoup d’adaptation et de formations à la carte. La richesse de demain est de permettre une personnalisation très forte des parcours. » Entre autres : des double diplômes avec l’ENS Lyon, l’emlyon busines school, l’école d’architecture, des passerelles avec l’université, des échanges avec l’école vétérinaire, IEP Lyon…

 

Vous avez-vous-même évolué en entreprise. Quels conseils pour un jeune diplômé ?

Donnons le pouvoir aux jeunes, ne soyons pas frileux ! Ils nous étonneront. J’en ai moi-même bénéficié : à 25 ans, j’ai été nommé responsable de la transformation d’une banque, c’était passionnant et j’ai rempli les objectifs qui m’avait été assignés. Ne les obligeons pas à ronger leurs freins en leur imaginant d’incroyable parcours du combattant, en pensant qu’ils doivent d’abord  faire d’intéressantes gammes. Les jeunes me surprennent par leur niveau de réflexion et leur capacité de travail. Ils sont conscients des grands enjeux et souhaitent contribuer à la construction du monde de demain. Aucune entreprise ne regrettera de leur donner des responsabilités. Il faut libérer les contraintes. Et le monde ne pourra que tourner mieux.

« Demain, chaque élève et chaque enseignant seront des acteurs enthousiastes et contribueront aux transformations du monde. »

Frank Debouck (École Centrale Lyon 78), directeur de l’École centrale Lyon

L’École en un mot 

  • Le cours que vous aimeriez voir à l’école : un cours de belles lettres, c’est un atout clé pour faire la différence.
  • L’École dans 5 ans, c’est… : une école ou formation, recherche, sciences humaines et sociales seront étroitement liées.
  • Votre événement préféré :le Challenge Centrale Lyon qui regroupe 3 000 élèves de 36 écoles – dont 6 étrangères – pendant un week-end sur un campus en fête.
  • Votre jardin secret sur le campus : la bibliothèque ! Mais quand je veux me ressourcer, je m’assoie simplement sur un banc au soleil et je vois vivre l’école.
  • L’innovation que vous rêveriez de voir créée à l’école : un concept pour un avion plus propre.