La révolution des couples à double carrière

 

« Pour peu qu’ils réfléchissent ensemble sur les modèles et stéréotypes dont ils restent malgré tout imprégnés, les jeunes diplômés, hommes et femmes ensemble, ont aujourd’hui l’opportunité de faire bouger les organisations qui ont aussi tout à y gagner. » Sandrine Meyfret, Directrice associée du cabinet Alomey, sociologue consultante, auteure de ‘‘Le Couple à double carrière : une figure qui réinvente les frontières entre vie privée et vie professionnelle’’, éditions Connaissances et Savoirs.

Sandrine Meyfret

Sandrine Meyfret

Depuis quand et pourquoi voyons nous apparaître ce modèle du couple à double carrière ?
Deux mouvements parallèles se développent depuis les années 70 : d’un côté les femmes ont accès massivement aux études supérieures et souhaitent les concrétiser dans une carrière, de l’autre les hommes se rendent comptent que la place du père est importante et qu’ils souhaitent voir grandir leurs enfants. Ces couples ont commencé à inventer ensemble des solutions pour que chacun puisse avoir une vie professionnelle et une vie personnelle et familiale épanouissante.

 

Quand on interroge de jeunes couples, il parait évident que chacun aura sa carrière et qu ’ils vont gérer ensemble. Y a-t-il encore vraiment une problématique sur ce sujet ?
Aujourd’hui, les jeunes diplômés sont confrontés à un paradoxe. Ils ont étudié ensemble et passé les mêmes diplômes dans une relative égalité. Si pour eux, gérer deux carrières au sein du couple est une évidence, la société n’y est pas aussi prête. Ils ne s’imaginent pas pouvoir rencontrer des difficultés très concrètes. Tout se complique souvent à l’arrivée du premier enfant. Sur le plan pratique d’abord, puisque là où l’on arrivait à bricoler des solutions il faut sérieusement s’organiser. Mais aussi sur le plan personnel puisque c’est un moment où peuvent ressurgir de vieux réflexes basés sur les stéréotypes et modèles traditionnels véhiculés par la société.

 

Comment réagissent-ils face à ces difficultés ?
Dans leur tête il n’y a pas de barrière, donc quand ils s’y retrouvent confrontés c’est très brutal. Comme cette génération n’est pas partie avec l’idée qu’elle devra se battre sur ce point, et qu’en plus elle a tendance à être assez extrémiste, soit elle quitte l’entreprise, soit elle lâche. Or, pour peu qu’ils réfléchissent ensemble sur les modèles et stéréotypes dont ils restent malgré tout imprégnés, les jeunes diplômés, hommes et femmes ensemble, ont aujourd’hui l’opportunité de faire bouger les organisations qui ont aussi tout à y gagner. On a du mal à les garder, à comprendre comment ils s’engagent. Ils doivent donc s’expliquer, affronter ces difficultés et ne pas lâcher. Il faut en discuter avec son manager, si cela ne passe pas aller voir les RH, et remonter si besoin jusqu’à la personne en charge des questions de responsabilité sociale dans l’entreprise. La génération Y a là une vraie opportunité de faire changer les choses.

 

Plus d’informations
• Le CSA et le cabinet Alomey s’associent pour une étude le couple à double carrière : la révolution silencieuse ? Il s’agit de la première étude quantitative sur le sujet, disponible sous souscription auprès de Catherine Bouvier, directrice d’étude au CSA, catherine.bouvier@csa.eu
01.57.00.58.66.
• Le réseau Jeunes Professionnelles, qui réunit de manière informelle des jeunes femmes dans leurs premières années de vie professionnelle, travaille régulièrement sur cette thématique.
www.jeunesprofessionnelles.com

 

Retrouvez les témoignages de
Sophie et Marc, Anne-Claire et Sylvain, Charlotte et Flavien
sur www.journaldesgrandesecoles.com