Frédéric de Courtois, (Télécom ParisTech 90), CEO Global business Lines & International chez Generali, évoque les défis qui le passionnent à la tête de sa Business Unit et incite les diplômés à rejoindre un groupe mondial pour devenir entrepreneurs de leur business.

 

Quelle est l’envergure de cette division ?

Le Groupe italien Generali est composé de six Business unit : l’Italie, l’Allemagne, la France, l‘Europe de l’Est, Global Lines & International et Asset management. Je dirige la division Global Lines & International qui fait, 19Mrds€ de chiffre d’affaires, 1,2 Mrds€ de résultats opérationnels et compte 26 000 personnes.

 

Comment est structurée cette importante entité ?

Je suis patron de la BU, mais j’ai sous ma responsabilité sept patrons de BU, qui gèrent eux-mêmes parfois des patrons d’entités. Les sept grandes BU sont structurées en deux groupes :

– Les zones géographiques EMEA, Asie, Amérique du Sud
– Les Group Business Unit : Europe assistance, Generali Employee Benefits, Generali Global Corporate & Commercial et Generali Global Health.

 

Quelles sont vos missions ?

J’ai trois missions clés : choisir les bonnes personnes et les motiver, les challenger et les aider à atteindre leurs objectifs. Je participe aussi au Group Management Committee et je suis le sponsor de l’assurance santé chez Generali.

 

Vos axes stratégiques pour consolider votre division ?

Je dirige l’entité qui a la plus forte croissance car je suis positionné sur les pays émergents. Pour autant, nous pouvons encore progresser dans des pays mûrs car il y a énormément de nouveaux besoins comme la santé, les retraites et les personnes âgées.

 

En quoi consiste votre philosophie managériale ?

La plupart des grands groupes internationaux sont devenus de plus en plus centralisés. Les décisions sont prises au siège et l’organisation est matricielle. Chez Generali, nous avons une vision différente. Nos patrons de pays ou de Business Unit doivent être « empowered », c’est-à-dire avoir la capacité à prendre les décisions business et d’être des entrepreneurs.

 

Pourquoi cet objectif de « donner le pouvoir » aux patrons opérationnels ?

Nous insistons sur la délégation et la décentralisation parce que c’est incroyablement plus efficace dans ce métier. C’est plus motivant pour nos talents, nos managers, mais aussi préférable pour nos clients d’avoir en face d’eux des personnes qui prennent des décisions sans avoir besoin d’en parler au siège. Mais délégation veut aussi dire avoir confiance dans les personnes.

(c) MICHELE STALLO

Quelles sont les qualités indispensables à votre poste ?

Tout d’abord, il faut bien connaître le métier de l’assurance pour être crédible et être passé par plusieurs fonctions opérationnelles. Pour diriger une BU, il faut aussi avoir envie de diriger des équipes, de les inspirer et de les motiver. Un patron de BU doit tirer ses équipes vers le haut « en leur donnant la pêche ». Cela suppose d’avoir de l’énergie, de l’enthousiasme et de l’optimisme. Il faut évidemment parler des langues étrangères et comprendre des approches culturelles différentes. Enfin, il faut savoir écouter avant de décider et ce n’est pas une qualité universellement répandue !

 

Qu’est-ce qui vous stimule le plus ?

Je travaille dans un métier fait d’hommes et de femmes. Je mets donc l’humain au centre de mes décisions. J’aime motiver mes équipes. Je n’avais pas forcément ça dans les gènes à 25 ans !  La vie professionnelle, c’est un parcours et je me suis découvert, au fil du temps, des aptitudes à diriger et à challenger mes collaborateurs.

 

Quels profils recrutez-vous chez Generali France ?

L’assurance traite de problématiques très actuelles comme la santé, la retraite, la dépendance, la sécurité routière, le cyber-risk. C’est un secteur plongé dans les nouvelles technologies, le digital et le Big Data. Nous recrutons donc des profils très divers :
– Dans le cœur de métier de l’assurance (50 % de nos recrutements) : actuariat, souscription, gestion d’opérations d’assurance, indemnisation…
– Mais aussi pour les fonctions support : informatique / communication, marketing, transformation digitale / finance, pilotage, contrôle de gestion, audit.

Contact jeunes diplômés Generali France

Anne Mornet, anne.mornet@generali.com

Offres  de Generali France sur http://institutionnel.generali.fr/

Actualité de l’entreprise sur : https://twitter.com/generalifrance;https://www.facebook.com/GeneraliTalents/; https://www.linkedin.com/company-beta/163967/life/

 

Et chez Europ Assistance ?

Là aussi les opportunités sont nombreuses et variées pour :
– Des chefs de marché « Grands Comptes » ou des compétences marketing, typiquement sur nos métiers clés, comme les voyages, l’auto, la santé
– Des professionnels du Data analytics et du Cloud
– Des financiers (par ex. contrôle de gestion, trésorerie)
– Des chargés d’assistance, ce qui reste notre compétence la plus profonde
– Des actuaires
– De plus en plus, des professionnels du web / digital et en général des technologies de communication.

 

Quel profil personnel plébiscitez-vous ?

Au-delà des compétences fonctionnelles, nous cherchons des personnes passionnées par l’humain et la relation à l’autre. Notre métier c’est l’assistance et cela implique une vraie identification avec notre mission « You live, WE care » (« vous vivez, nous veillons »), donc des gens motivés et capables de bien gérer nos clients en situations de détresse.

Contact jeunes diplômés Europ Assistance

Maxime Gervais, mgervais@europ-assistance.com

 

Vos conseils aux étudiants ? Pour progresser dans sa vie professionnelle, il faut écouter, rester ouvert aux opportunités, être prêt à sortir de sa zone de confort et à prendre des risques. Aimez les personnes avec qui vous travailler, cela rendra votre travail agréable et votre management plus efficace. Il faut avoir le sens de l’autre et vouloir le faire progresser. L’école est certes un passeport, mais les qualités humaines sont au moins aussi importantes voire même plus que votre diplôme. La vie professionnelle dure 40 ans et rien n’est joué à la sortie de vos études ! Enfin, multipliez les stages et les expériences à l’étranger qui reflètent une volonté d’aller de l’avant très appréciée par les employeurs.

L’anecdote qui fait sourire : « J’ai longtemps travaillé avec Philippe Donnet chez un assureur concurrent. Quand il a été nommé directeur général de Generali, il y a un an, il m’a demandé de le rejoindre. J’ai donc décidé pour la première fois de ma vie de choisir mon patron ! C’est très agréable de travailler avec un boss avec lequel vous vous entendez bien. »

Voyages, voyages… « Je voyage 60 % de mon temps. Je travaille dans trois langues : français, anglais et  italien. Je réside en Italie depuis plus de dix ans. C’est une très belle expérience et cela fait partie du fun de mon métier ! »

 

Chiffres clés Groupe Generali : Présence dans plus de 60 pays / 70 Mrds € de CA en 2016 / 74 000 collaborateurs / 55 millions de clients à travers le monde