Nouveaux acteurs, nouvelles règlementations, nouveaux usages… Le secteur de l’assurance connaît une disruption profonde et accélérée impliquant sa transformation à l’aune des nouvelles technologies. Roland Sire (INSA Lyon 84), Chief Operating Officer et membre du Comité exécutif, nous explique comment elle s’exprime au sein de Generali France. 

 

crédit Sébastien d’Halloy

Comment les nouveaux usages digitaux façonnent-ils le monde de l’assurance ?

La transformation digitale actuelle s’exprime à travers les nouvelles attentes en termes de canaux de communication de la part de nos clients et de nos distributeurs. En conséquence, il y a un vrai changement quant à la façon de les servir.
Le 2e changement phare concerne les services et les produits que nous leur proposons. Nous pouvons désormais aller au-delà des services traditionnels de l’assurance à travers des offres en matière de cybersécurité par exemple ou liées à l’internet des objets : bracelet connecté pour vous aider à surveiller vos paramètres de santé, capteurs de surveillance dans votre maison, boîte noire dans votre véhicule… Autant de solutions préventives ou de systèmes d’alerte qui agrémentent ou complètent le produit d’assurance « historique ».

Et quel impact dans votre environnement de travail ?

L’heure est à l’association de divers acteurs au sein d’écosystèmes impliquant de nombreux acteurs. L’idée est de s’associer avec d’autres partenaires, d’autres métiers ou d’autres activités qui ont envie ou besoin d’intégrer dans leur offre de l’assurance. L’objectif : ouvrir notre modèle pour compléter nos dispositifs et améliorer notre compétitivité face aux nouveaux usages.

Comment la DSI évolue-t-elle pour répondre à ces enjeux ?

La DSI occupe une place centrale au cœur de toutes ces transformations. Le spectre couvert par le système d’information à l’heure actuelle ne cesse de s’élargir du fait de l’automatisation de nouvelles tâches. Nous devons donc nous montrer davantage force de proposition pour jouer pleinement notre rôle de porteur d’innovations. Nous ne sommes plus là pour faire de la simple veille mais pour supporter des évolutions technologiques de manière opérable à travers des outils matures et industriels. Notre vision panoramique des métiers nous permet ainsi de participer activement à la cohérence de l’entreprise en créant de véritables liens entre les métiers.

L’intelligence artificielle en force : Pour répondre aux nouveaux enjeux, Generali France a déployé en interne une capacité à développer l’intelligence artificielle. Objectif : améliorer l’efficacité opérationnelle et l’expérience client. « Nous avons au sein de Generali France une structure interne spécifique pour l’intelligence artificielle avec une équipe dédiée. Son objectif : avoir une capacité de « delivery » rapide au service de tous les métiers via une task force autonome. En parallèle, nous travaillons également sur la Robotic Process Automation(RPA) pour automatiser un grand nombre de tâches manuelles sans valeur ajoutée, là aussi grâce à une équipe dédiée. »

Comment les jeunes talents peuvent-ils accompagner la transformation de l’entreprise ? 

Nous avons besoin de talents capables de faire évoluer notre legacy, et de l’adapter vers les nouveaux usages et le multicanal notamment. Nous sommes dans un métier d’architecture donc nous avons besoin de « têtes bien faites » et déjà rompues aux techniques actuelles, par exemple de design thinking. Mais ils doivent avant tout se montrer capables de travailler en équipe. Le relationnel est clé car les nouvelles méthodes de travail associent IT et équipes métiers au sein de  structures agiles impliquant ainsi des compétences en communication et en relationnel.

Les méthodes de travail évoluent donc elles aussi ?

Absolument. Nous sommes dans des démarches beaucoup plus itératives qui permettent d’avancer bloc par bloc, de tester, de corriger… Nous ne cherchons plus l’aspect complet de la solution dès le lancement mais nous visons le côté fonctionnel le plus rapidement possible avec une démarche de type MVP – Minimum Viable Product : se focaliser sur les 20 % de fonctionnalités qui vont générer 80 % des bénéfices. C’est une forme d’esprit de synthèse et de recherche de l’essentiel. Nous essayons à tous les niveaux d’éviter les clivages qu’ils soient entre les générations ou entre les métiers. Le vrai bénéfice est de permettre à chacun d’évoluer en équipe et de ne pas valoriser uniquement que la performance individuelle; ainsi on tire toute l’entreprise vers le haut.

Et quid du management ?

Nous avons mis en place de nombreuses initiatives pour favoriser une nouvelle approche de travail, plus innovante, entrepreneuriale et collaborative. L’IT est une porte d’entrée formidable au sein de Generali avec une ambition : recruter des jeunes dotés d’une solide formation et passionnés qui pourront ensuite évoluer au sein des métiers. Il y a aujourd’hui autant d’anciens de l’IT dans les métiers qu’il n’y a de collaborateurs au sein de la DSI ! Nous favorisons aussi la mobilité des jeunes talents à l’international, principalement en Europe.

Les hackathons de Generali France : Management participatif, page Facebook Generali Talents… Generali France place l’innovation au cœur de sa gestion des jeunes talents. Le groupe a ainsi créé des hackathons internes dont un réservé aux jeunes : « Nous faisons travailler nos jeunes talents tous métiers confondus sur certains sujets. Nous avons également adopté une logique de « cellules créatives » pour que chacun puisse apporter ses idées d’évolution. En l’espace de 2 mois, 5 ou 6 talents vont ainsi travailler, sous la direction d’un sponsor, sur des solutions dans une démarche d’innovation ou de simple amélioration de l’existant. »

Generali France, c’est donc une entreprise agile au sein d’un grand groupe ?

Generali est un Groupe innovant depuis son origine. Et la filiale France reste une structure particulièrement agile au sein de ce grand groupe. Nous avons à la fois l’avantage de cette légèreté, de cette ouverture grâce à une distribution majoritairement non captive, tout en étant dans un grand groupe avec une vraie puissance de feu et une capacité à déployer à l’échelle européenne une innovation.

C’est le même constat pour le secteur de l’assurance ?

Rejoindre une compagnie d’assurance aujourd’hui, c’est intégrer une industrie dont la plus grande valeur repose sur les données. Elle n’a pas d’asset, elle n’a que l’information. Donc l’assurance est de fait un secteur très orienté digital. La donnée est notre carburant unique. Et notre seul outil de production, c’est l’IT. C’est pourquoi nos métiers sont si passionnants car nous évoluons pleinement dans la transformation et dans le digital aujourd’hui.

Le conseil de Roland Sire : « Ne restez pas dans le cliché de l’ancien monde et du monde futur. Il n’y a pas 2 mondes différents mais un seul qui est en train d’évoluer. Au sein de grands groupes ou de compagnies anciennes, les méthodes de travail sont extrêmement modernes : collaboration avec des startups, méthodes disruptives, télétravail, bureaux en libre accès… Ne voyons pas les choses de manière manichéenne ! »

« Bénéficiez de l’agilité d’une entreprise innovante à taille humaine et des perspectives d’évolution offertes par un grand groupe international. »