C’est sous un soleil tapant que, du 24 au 31 mars 2012, près de 1000 étudiants se sont rassemblés à Val d’Isère, pour la plus grande compétition inter-étudiante de ski d’Europe.

 

 

Organisée par l’association Altigliss de Grenoble École de Management, la 13e édition du GEM Altigliss Challenge réunissait 50 équipes étudiantes issues de 47 établissements (GEM, Centrale Paris, ESCP Europe, Audencia, Panthéon Assas, Saint-Cyr…)  parmi lesquelles 25 nationalités étaient représentées. Pour l’occasion, Tralee University et l’Université d’Innsbruck s’étaient même déplacées depuis l’Irlande et l’Autriche. Chaque équipe participait, au choix, à l’un des trois challenges proposés :

  1. Le Challenge ski, une compétition réservée aux skieurs de haut niveau et composée de 5 épreuves : le Boardercross, le Slalom, le Big Air, le Slalom Spécial et le Slalom Parallèle par équipe. Gagnant : ESCP Europe. Lot : 8 jours d’activités sportives en Thaïlande.
  2. Le Challenge montagne, créé spécialement cette année par Hania Benamra, membre d’Altigliss, dédié selon elle « à de bons skieurs qui ont surtout envie de se faire plaisir en découvrant le domaine skiable » et constitué de quatre épreuves : course d’orientation, chasse au trésor & golf en altitude, derby, from A to B. Gagnant : GEM. Lot : une semaine dans un centre UCPA.
  3. Le Challenge village, qui exigeait des équipes que, tout au long de la semaine, elles divertissent les étudiants en rivalisant de motivation et de créativité. Gagnant : GEM.

Sur place, une partie des entreprises partenaires étaient présentes, certaines uniquement pour le forum du vendredi, d’autres pour plusieurs jours. C’était notamment le cas de Simply et de KPMG. Géraldine Ferry, responsable des relations écoles de KPMG expliquait ainsi : « Nous sommes là pour communiquer sur nos métiers, sur KPMG mais aussi pour rencontrer les étudiants sur un biais différent qu’est le sport, pour créer un moment de rencontre différent des échanges qui peuvent se faire sur les forums ».
En parallèle de la compétition, de nombreuses animations étaient proposées aux participants, comme le Ride Her First et la journée Handicap auxquels le Journal des Grandes Ecoles a participé. Récit…

 

Skieurs et snowboardeurs dévalent la piste avec ardeur
Accoutrés de larges pantalons colorés, attaquant les bosses pour décoller haut dans le ciel, arrêtant le temps quelques secondes avant de retomber, les riders et rideuses qui chevauchaient snowboards et skis sur fond sonore électro ont fait sensation le mardi soir. Recrutés un peu partout en France par l’équipe d’Altigliss, s’ils sont venus, c’est notamment pour « l’ambiance détendue, libre », qu’évoque Colline Ballet-Baz, jeune rideuse étudiante à Sciences Po Grenoble. Impressionnant spectacle que celui de ces jeunes qui, suspendus en l’air, semblent ignorer complètement la peur et le danger. Et pour cause, à en croire Thomas Nicoud, élève à l’ESC Chambéry et professionnel du ski freestyle, « tout le monde ne peut pas faire ce sport, il faut avoir une bonne dose d’engagement, ne pas être peureux. » Avide de sensations fortes par procuration, le public était au rendez-vous pour cet événement qui a gagné en ampleur au cours des dernières années.

Le succès du Ride Her First s’explique en premier lieu parce qu’Altigliss a réussi le pari original de rassembler en une seule compétition skieurs et snowboardeurs, filles et garçons. Mais également parce que l’association a su, au fil des années, professionnaliser la manifestation. « Le Ride Her First a une double ambition », expliquait Adrien Passérieux, responsable du projet au sein d’Altigliss, « véhiculer l’image d’Altigliss et organiser un événement reconnu et grandissant dans la station. Il nous manquait la reconnaissance du milieu des riders. On a réfléchi et on s’est dit qu’il nous fallait une accréditation. On a obtenu TTR ** qui est une accréditation mondiale. On voulait également faire émerger l’événement dans les médias spécialisés ». Et cela a fonctionné.

 

 

Handicap : arrêtons les discussions, passons à l’action !
Le mercredi, c’était au tour du handicap d’être à l’honneur, lors d’une journée parrainée par Anne Floriet, championne paralympique aux Jeux de Turin en 2006. Le concept ? Simple et efficace : sensibiliser les étudiants en leur faisant découvrir les équipements handisport comme le dualski ou le ski en tandem. « L’idée c’est que les gens aient enfin une expérience physique, qu’on arrête un peu les discours », expliquait Mathis Cohen, membre d’Altigliss et responsable de la journée. « C’est toujours difficile d’aller rencontrer la différence et le sport représente une vraie opportunité de le faire », ajoutait Anne Floriet.

Si pour cette 13ème édition la sensibilisation au handicap s’est cantonnée à une journée, dans les années à venir, elle est amenée à évoluer. « Le but c’est de pouvoir à terme pérenniser l’action et ensuite de faire une compétition », expliquait Jean Baggioni, conseiller technique sportif en charge de l’animation, appuyé sur ce point par Mathis Cohen qui annonçait en juin un travail de réflexion pour « mettre en place une épreuve handisport », parce qu’« une coupe du monde est un sujet universel qui s’adresse à tout le monde ». Et justement, GEM Altigliss Challenge entend bien devenir une coupe du monde…

 

Lisez la deuxième partie du compte rendu ici : http://www.mondedesgrandesecoles.fr/gem-altigliss-challenge-future-coupe-du-monde-de-ski-inter-ecoles-22/

 

Retrouvez le reportage de MCE sur GEM Altigliss Challenge : http://mcetv.fr/mon-mag/1004-voir-et-revoir-mce-news-special-altigliss-sur-mcereplay

 

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau