CA C’EST VRAIMENT TOI

 

Champion de France de golf universitaire, 8e aux championnats du monde de golf, 30e pro français en 2015 et tout ça à 24 ans seulement : le palmarès de Martial Ducler fait rêver ! Des performances au goût de passion que ce fou du green en M1 en alternance à l’IFAG entend bien conjuguer avec sa vie professionnelle. Portrait. – Par Clarisse Watine

 

Bienvenue au club

C’est à 3 ans que Martial a attrapé le virus du golf. « C’était un peu du « poupousse baballe » avec papa mais j’ai beaucoup aimé ces premiers greens. Vers 10 ans, j’ai décidé de me lancer à fond dans ce sport et à 13 ans je suis parti en sport-études au Pôle Espoir de Toulouse. » Un environnement qui a de quoi faire mûrir un ado à la vitesse grand V : 400 élèves en internat, 5 entrainements de 5h par semaine, plus des séances de sport. « Car contrairement aux clichés encore bien ancrés, le golf, ce n’est pas cigare, gros bide et voiturette. C’est un sport olympique qui nécessite une excellente condition physique en mode athlète. Je travaillais tous les jours pour améliorer mon équilibre et ma souplesse et pouvoir tenir toute une saison (environ 20 compétitions/an) sans blessure. » Un jeu difficile mais qui en valait la chandelle : Martial a porté le maillot de l’Equipe de France pendant plusieurs années.

« Le golf, c’est mieux que le Club Med Gym ! »

 

« Aux US, les golfeurs sont des grosses reusta ! »

Après avoir passé son bac à Antibes, Martial s’est trouvé face à un choix cornélien : partir à la fac aux US ou retourner à Toulouse, sa ville de coeur qui lui manquait tant. « J’ai opté pour un IUT en 3 ans dans la ville rose. J’avoue que c’est aujourd’hui un petit regret. Car aux US, quand on est sportif on est une « grosse reusta », même quand on est golfeur. J’ai des copains qui sont partis et on les faisait voyager en jet privé ! » Tout en continuant les tournois, Martial, de plus en plus attiré par le commerce, a poursuivi ses études par une licence en management du sport. Passé pro il y a 2 ans, il continue les tournois dans le circuit professionnel et donne des cours aux enfants ou à des adultes qui veulent améliorer leur niveau.

 

Le green dans la peau

Aujourd’hui en M1 à l’IFAG il continue sa formation en alternance. Un vrai parti-pris. « J’avais déjà passé mon IUT en 3 ans au lieu de 2 pour pouvoir concilier sport et études : j’étais impatient d’entrer dans la vie active. » Chargé des partenariats entreprises au Golf de Toulouse La Ramée, il organise les compétitions qui ont lieu tous les weekends. Sa connaissance pointue du sport se conjugue alors avec négociation commerciale, événementiel, relationnel et même finance « A terme, mon but est de diriger un golf. Grâce à l’alternance, je vais voir si c’est vraiment fait pour moi. »

 

Toi aussi mets-toi au golf !
C’est un des seuls sports où un groupe de potes peut jouer ensemble même sans avoir le même niveau : au golf, l’adversaire c’est le parcours, pas les autres joueurs. C’est aussi un bon moyen de se faire son réseau. Car même si l’emploi du temps des professions libérales est plus facilement compatible avec la pratique de ce sport (un parcours prend 5h environ), on peut y jouer quel que soit son niveau de vie. La preuve, mon père est ingénieur, ma mère aide-soignante et j’ai joué au meilleur niveau français. Le golf, c’est mieux que le Club Med Gym. Pour le prix d’un abonnement, on peut jouer à volonté, faire de belles rencontres et tout ça au grand air !

Ta personnalité en 5 mots ?
• Complètement hyperactif
• Un peu je-m’en-foutiste
• Travailleur
• Débrouillard
• Manuel

Ton kiff ultime ?
« Une bonne semaine de vacances, un sac de golf et une planche de surf aux Canaries, à Hossegor ou à Biarritz »