Nouveau mariage en vue dans les écoles d’ingés ! Le 1er mars 2018, marquera l’officialisation de la fusion de l’Ecole des Métiers de l’Environnement (EME) et d’UniLaSalle. L’ambition d’EME-UniLaSalle : « additionner les forces pour un monde plus durable ». Coup de projecteur sur les atouts et les défis de ce nouvel acteur.

 

Réunis lors d’une conférence de presse le 11 janvier 2018, Jacques Brégeon, Président du CA de l’EME, Philippe Choquet et Sébastien Windsor, respectivement DG et Président du CA d’UniLaSalle partagent le même constat quant à la formation des ingénieurs au développement durable au sens large. « Nos métiers sont au cœur des attentes sociétales et il est impératif de développer les synergies en matière de formation pour y répondre aujourd’hui et demain. »

Philippe Choquet, Jacques Bregeon et Sébastien Windsor

Briser les silos

« Dans tous nos domaines d’expertise (agronomie, agroécologie, alimentation & santé, ressources naturelles & énergies nouvelles, génie environnemental, géosciences, écologie industrielle, bioéconomie, responsabilité sociétale et éthique), les consommateurs sont en demande de solutions plus saines et plus durables. D’où l’importance d’allier connaissance des métiers de la production et de l’exploitation avec prise en compte de l’impact de nos pratiques au niveau environnemental et de développer de nouvelles approches et technologies », insiste Sébastien Windsor. Une ambition qu’UniLaSalle – EME fait rimer avec un décloisonnement des formations et l’émergence d’ingénieurs dotés d’une double compétence. « Des acteurs d’une planète plus durable où les hommes sont plus heureux ».

UniLaSalle – EME c’est …

3 campus

2 800 élève

20 formations diplômantes

28 spécialisations

5 unités de recherche complémentaires

3 chaires d’enseignement et de recherche

172 universités partenaire

250 entreprises partenaires

Au service d’un monde plus durable

Car si l’environnement est bien sûr au cœur de la pédagogie des deux établissements, le développement durable est venu peu à peu chambouler leurs métiers. « Nous devons aujourd’hui intégrer des dimensions connexes : les territoires, la biodiversité, le vivant, ou d’autres paramètres plus récents comme l’économie circulaire. Celle-ci nous force en effet à porter un nouveau regard sur les activités humaines, une vision s’inspirant du vivant et où tout peut devenir une éco ressource. Désormais les compétences environnementales irriguent tous les stades de production et de consommation », précise Jacques Brégeon.

Des ingés pour le monde

De quoi ouvrir des perspectives aux ingénieurs qui seront diplômés de ce nouvel établissement. Dans les grandes entreprises dédiées à l’environnement bien sûr, mais aussi dans tous les autres secteurs et dans toutes les fonctions, sans exception. « Ce mélange de savoir-faire technique et de soft skills qui nous caractérise est en corrélation parfaite avec ce qu’est le développement durable : non pas un mode d’activité mais une pensée nouvelle doublée d’une éthique pour les générations futures. »

« Nous construisons une grande école pleinement et éthiquement inscrite dans le développement durable »

Toujours plus de mobilités

Et pour répondre à une telle diversité, l’école mise sur la mobilité internationale, la multiplication des passerelles entre les campus et des parcours de spécialisation. La recherche est aussi un enjeu crucial « Transition écologique, énergétique, alimentaire, numérique… Pour répondre à ces nouveaux enjeux, nous devons développer des activités de recherche en partenariat avec chacun de nos ecosystèmes afin de nous positionner de façon très volontariste à la fois sur nos métiers traditionnels et sur les métiers de demain, comme en atteste par exemple notre master sur l’agriculture urbaine », indique Philippe Choquet.

Le + d’UniLaSalle – EME ?

« L’environnement est un secteur perpétuellement en mouvement. La force de nos ingénieurs est d’allier un background technique pointu et une forte capacité d’évolution de leurs opinions. Mais si nous « fabriquons » des ingénieurs, nous formons aussi des hommes, des femmes, des citoyens qui comprennent les enjeux du monde et qui sont capables de relever ses défis en sortant du chemin. Car notre métier n’est pas d’apprendre à nos élèves à suivre les chemins déjà battus mais de leur donner les outils pour construire les chemins de demain », conclut le DG d’UniLaSalle.