En pleine phase de croissance interne et externe, la filiale d’EDF recherche de jeunes ingénieurs pour ses systèmes de contrôle-commande. Explications de Philippe Sauvard (INSEAD 90), Directeur de la BU Instrumentation et Contrôle-Commande (I&C) chez Framatome (ex-Areva NP).

Framatome (anciennement Areva NP et issue de la restructuration du groupe Areva), est devenue une filiale d’EDF. L’entreprise contribue à la conception de centrales, fournit la chaudière nucléaire, conçoit et fabrique des composants et du combustible, intègre des systèmes d’instrumentation et de contrôle-commande et assure la maintenance des réacteurs nucléaires existants. Framatome est une société technologique, détentrice de 3 500 brevets couvrant environ 680 inventions, répondant aux besoins les plus pointus de ses clients, parmi les leaders clés de l’énergie à l’international ; Framatome intervient sur plus de 250 réacteurs dans le monde.

« Ma business unit I&C recrute beaucoup pour renforcer ses compétences en France notamment, enrichir et systématiser sa démarche d’ingénierie système et accompagner la transformation digitale. Ce sont des sujets sur lesquels les jeunes sont très demandeurs et qui nécessitent des profils curieux et ouverts, indique Philippe Sauvard. Nous recherchons des ingénieurs qui travailleront en amont sur l’architecture et les spécifications de nos systèmes, puis sur le déroulement des projets, leur gestion contractuelle, le planning, la gestion de configuration, etc. Des personnes aussi qui font du développement logiciel et matériel, puis du test en usine sur les plateformes d’intégration. Nous renforçons aussi nos effectifs de développement de nos produits et solutions de contrôle-commande de sûreté pour les réacteurs de nouvelle génération et la modernisation du parc de réacteurs en services. L’importance et la richesse des systèmes I&C nucléaire offrent une grand diversité d’activités et de compétences et permet d’évoluer dans la durée avec passion. »

Autonomie et responsabilités

La BU, créée durant l’été 2016, après une phase de consolidation est en pleine phase de croissance interne, mais aussi externe avec l’acquisition en juillet 2017 d’une société française spécialisée dans la simulation et en janvier 2018 de l’activité automatisation nucléaire de Schneider Electric. « C’est une vraie petite entreprise. Il y a eu une grosse restructuration dAreva et l’esprit de Framatome est d’offrir aux BU plus d’autonomie et de responsabilités, avec une obligation de résultat bien sûr ! Je préfère la liberté et le risque plutôt que les contraintes excessives qui empêchent d’avancer. » Les équipes ingénierie et projets sont surtout basées en France et en Allemagne, mais aussi aux Etats-Unis, Chine et Slovaquie. Le marché est difficile et la compétition forte mais c’est cela qui rend notre travail passionnant. Pas question de s’endormir, la transformation continue est la clé du succès.

Une sûreté non négociable

Les systèmes de contrôle-commande numériques et analogiques constituent le système nerveux d’une centrale nucléaire et permettent aux opérateurs de contrôler le fonctionnement normal et les modes dégradés depuis la salle de commande. La BU I&C réalise elle-même les systèmes de contrôle-commande de sûreté informatisés, complexes et classés de sureté, mais aussi des calculateurs de sûreté analogique. Un budget R&D très significatif est consacré aux avancées techniques et au maintien de nos produits. « Ce sont des développement assez lourds. En matière de sureté, il faut toujours avoirune connaissance intime des technologies, plateforme, outils et garantir la maîtrise des modifications à venir pour pouvoir convaincre nos clients et les autorités de sureté nucléaire. »

 Une marque connue et reconnue

Après l’ISEP, Philippe Sauvard a démarré dans le transport ferroviaire, d’abord dans l’ingénierie, le développement et la technique chez Matra. Puis chez Siemens, il a pris des fonctions de direction de projet pour se rapprocher des clients et a passé 13 ans à l’étranger. En 2011, il quitte sa « zone de confort » pour rejoindre Areva (désormais Framatome) et découvrir les spécificités, voire les complexités du nucléaire. Le groupe vient de connaître une restructuration importante et des chocs difficiles, mais Philippe Sauvard ne regrette pas ce choix. « C’est dans de telles phases qu’on apprend et qu’on apporte le plus, qu’on progresse et qu’une société rebondit ! Aujourd’hui Framatome repart, avec humilité mais confiance et dynamisme, sur des bases très saines qui positionnent cette marque « connue et reconnue » de manière forte pour l’avenir ! Pour un jeune qui intègre Framatome, c’est l’assurance de rejoindre une société en pleine dynamique de développement. »

Conseils aux jeunes diplômés : « Il faut régulièrement se déstabiliser, varier les activités tous les 3 ou 5 ans. Plus l’on ronronne, plus c’est difficile de le faire. En revanche, évitez de changer à la fois d’activité, de discipline et de société… car l’exercice s’avère alors encore plus dur ! »
Le + INSEAD : « Après quelques années de travail, on se replonge dans la formation avec une motivation différente pour apprendre de façon moins scolaire ! J’ai profité du très haut niveau du corps professoral. J’ai été motivé et challengé par les participants aux expériences variées. Cela m’a été très utile pour prendre la direction de projets compliqués et stratégiques, puis la tête de la BU I&C. »