Quel est l’ADN du groupe pharmaceutique Ipsen ? Améliorer la qualité de vie du patient et trouver des solutions nouvelles à des maladies invalidantes ciblées. Un challenge de tous les instants pour les collaborateurs. Comment ? En ayant une stratégie de focalisation sur des domaines thérapeutiques où le Groupe dispose des moyens pour être leader, et par la mise en œuvre d’un programme de transformation lancé depuis 2011 par la Direction. Malika Mir (Epita 87, IMD Business School 10, CNAM 11), Chief information and digital officer Monde d’Ipsen.  – Par Violaine Cherrier

 

 

Une double fonction – directrice du département informatique et responsable de la transformation numérique –, un triple objectif – déployer l’innovation digitale en interne comme en externe, développer les équipes et se reconnecter avec les patients et leur éco-système –, Malika Mir aime les challenges : « Cette transformation nous oblige à penser différemment puisque désormais l’internet nous permet d’obtenir des informations à tout moment et que le patient est devenu acteur de son parcours de soins. »

 

Zoom sur les soft skills

Qui dit digital, dit « jeunes talents ». Alors si vous recherchez un poste avec de l’autonomie, que vous savez naviguer avec agilité et évoluer dans un secteur en transformation, Ipsen vous offre des opportunités dans plusieurs fonctions ! « La collaboration est clé. Nous cherchons des talents qui ont la culture du résultat mais aussi un sens de la relation client exceptionnel. »

 

L’innovation à tout prix
Ipsen dépense près de 13 % de son chiffre d’affaires en R&D et a fait de l’open innovation un pilier de sa stratégie en R&D
https://www.ipsen.com/

Être moteur de la transformation

Si la transformation des organisations informatiques est au cœur de l’activité de Malika Mir, elle a su se montrer actrice de ses priorités tout au long de sa carrière. « c’est le plaisir d’apprendre de nouveaux business models dans des environnements en mutation qui ont été le moteur de ma motivation et m’ont permis de me remettre en question pour travailler dans des secteurs variés, que ce soit Baxter, Microsoft ou Nissan. Mais c’est dans le secteur pharmaceutique que je me plais le plus car travailler pour le mieux-être des patients à une résonnance forte. » Ipsen est ainsi sa première entreprise de culture française.

 

De la culture US à la culture japonaise…
Une transition loin d’être évidente surtout pour une femme ! « Au Japon, même les femmes avec de hautes responsabilités apportent le café, Nissan a favorisé mon intégration grâce au service d’un coach pendant 3 mois. Il m’a permis de mieux intégrer la culture d’entreprise et d’avoir un meilleur impact dans un environnement très masculin pour pouvoir conduire la transformation pour laquelle j’avais été mandatée. Ce fut très utile car dans la culture japonaise est fondée sur le consensus et les conflits ne sont pas acceptables. Cette expérience a néanmoins été difficile et il m’est arrivé d’aller faire un tour en voiture pour « évacuer un peu ! ». Fort de cet apprentissage les expériences suivantes ont été beaucoup plus positives.

 

Mesdames, identifiez-vous !

Malika Mir n’a jamais vécu son genre comme un handicap. Son conseil pour réussir ? Travailler sa visibilité ! « Les inégalités salariales commencent dès le début de carrière car les femmes se vendent moins bien. De même elles attendent que leur travail soit reconnu sans même le valoriser ; utilisez vos réseaux pour obtenir des conseils, échangez avec les hommes pour mieux comprendre comment vous valoriser. » Même constat en entreprise : quand les hommes n’hésitent pas à réseauter autour de la machine à café ou à l’extérieur, les femmes, elles, restent travailler. « Cela ne suffit pas pour bien gérer sa carrière… »

« Une entreprise qui a su garder l’esprit entrepreneurial de son fondateur et apprécie l’autonomie des jeunes talents »

 

Coupure générale d’électricité

Chez Ipsen, le bien-être des patients est une priorité… comme celui des collaborateurs. À 20h, plus d’électricité, tout le monde est prié de rentrer chez soi ! Autre avancée dans l’équilibre vie privée – vie professionnelle : les collaborateurs peuvent choisir un jour de télétravail par semaine. « Et dans mon équipe quand un collaborateur part en vacances, il désigne un ‘’remplaçant’’ pour ne pas être dérangé et permettre la continuité du service, point critique en informatique. »

 

La visibilité, ça s’apprend

Malika Mir est diplômée de l’IMD Business School en Executive Leadership for Women, une formation qui lui a beaucoup appris. « Elle m’a aidée à comprendre quelle était la dynamique homme-femme à l’intérieur d’une organisation et à prendre en main ma gestion de carrière… C’est essentiel en tant que jeune manager de comprendre les codes en entreprise qui sont très masculins. Restez vous-même mais apprenez les règles du jeu. » Malika Mir n’a ainsi jamais renoncé à porter sa veste rose lors d’un comité exécutif !

 

Son livre de chevet
L’art de la guerre pour les femmes, de Chin-ning Chu : en s’inspirant du célèbre ouvrage de Sun Tse, l’auteure explique aux femmes comment utiliser leur intellect pour évoluer dans un monde professionnel très masculin et gérer au quotidien sa carrière… sans se renier !

 

Contact : malika.mir@ipsen.com