35 établissements français et 2 universités libanaises vont accueillir près de 1 800 étudiants réfugiés et demandeurs d’asile, provenant en majorité du Moyen-Orient et du Soudan, dans les formations universitaires en langue française. Ce programme déployé suite au 2nd appel à projet lancé par l’Agence universitaire de la Francophonie, en juin dernier avec ses partenaires, a pour objectif de favoriser l’intégration des étudiants réfugiés dans la société qui les accueille tout en préparant leur avenir professionnel.

Une formation FLE pour intégrer les étudiants réfugiés dans les formations universitaires

En partenariat avec plusieurs organismes et fondations, l’AUF a lancé, en juin dernier pour la seconde année consécutive, un appel à projet à destination de ses établissements d’enseignement supérieur membres pour les aider à intégrer dans leurs formations des étudiants réfugiés ou demandeurs d’asile. Les projets s’adressent à des étudiants non francophones auxquels il est proposé un parcours d’intégration avec une formation renforcée en français langue étrangère (FLE). La plupart des projets s’appuient sur des méthodes hybrides, partiellement en ligne mais toujours avec un encadrement présentiel.

À l’issue de ce 2nd appel à projet, les dispositifs de 37 établissements (35 français et 2 libanais) ont été sélectionnés (liste des projets retenus en annexe). Les 35 établissements français retenus maillent une grande partie du territoire, et viennent de s’organiser en réseau, dans le cadre de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), pour mieux répondre à la problématique générale de l’accueil des réfugiés dans l’enseignement supérieur.

Une levée de fonds a été effectuée pour compléter le budget alloué par l’AUF à ce projet, avec près de 400 000 € récoltés (sans compter l’apport des universités elles-mêmes) auprès de différents partenaires, organismes et fondations.

Un réel engouement pour ce 2nd appel à projet et le dispositif FLE

Passant de 25 projets soutenus en 2016 à 37 projets en 2017, le programme a clairement un effet stimulant. En effet, il aide les établissements à rendre visibles, en interne comme en externe, les efforts faits pour l’accueil de ces étudiants, pour lesquels le français et la (re)prise d’études ouvrent de nouvelles perspectives, en accord avec leur formation antérieure et leur potentiel.

Le soutien aux universités libanaises à dominante francophone, qui accueillent un très grand nombre de réfugiés venant de Syrie, a été rendu possible grâce à une importante contribution de l’OIF et aux relations de proximité de ces universités avec la Direction régionale Moyen-Orient de l’AUF.

 

 

Les établissements partenaires du projet

En France: Aix Marseille Université / Ecole des Ponts ParisTech / Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO – Paris) / Sorbonne Université (Paris 4 – Paris 6) /  Université Bordeaux Montaigne / Université Clermont-Auvergne /  Université d’Angers /  Université de Bourgogne /  Université de Bretagne occidentale /  Université de Caen Basse-Normandie / Université de Franche-Comté / Université de Pau et des pays de l’Adour / Université de Poitiers /  Université de Reims Champagne-Ardenne / Université de Rouen / Université du Havre / Université du Littoral Côte d’Opale / Université du Maine / Université François Rabelais (Tours) /  Université Grenoble Alpes / Université Jean Monnet Saint-Etienne / Université Lille 3 / Université Lumière Lyon 2 / Université Paris Descartes / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Université Paris-Dauphine / Université Paris 13 / Université Paris 8 – Saint-Denis / Université Paris Ouest-Nanterre la Défense / Université Paris-Est Créteil / Université Paul-Valéry – Montpellier 3 /  Université Rennes 2 /  Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 /  Université de Strasbourg / Université Toulouse Jean Jaurès

Au Liban: Université Jinan (Tripoli) / Université Libanaise