Prendre en main sa formation, en tant qu’étudiant mais également tout au long de sa vie professionnelle, c’est la clé du succès pour Julien Jaillon (IAE Aix 97, MBA ESCP Europe 2014), DG de Carrefour Banque et Assurance. Il a ainsi suivi un MBA généraliste et tourné vers l’international à ESCP Europe. Une initiative payante en termes de perspectives et d’opportunités.

 

De l’impérieux besoin de se former continuellement

Dans un environnement en perpétuelle mutation, et alors que la vie professionnelle s’allonge, les salariés doivent plus que jamais faire preuve d’une importante capacité d’adaptation.  » Je ne crois plus qu’une formation initiale, aussi prestigieuse soit-elle, suffise à toute une vie professionnelle. Les mutations économiques et industrielles sont telles, qu’il devient impératif de poursuivre son apprentissage tout au long de sa vie professionnelle. » Partant de ce constat Julien Jaillon a pris la décision de retourner sur les bancs de l’école à ESCP Europe après 15 ans de carrière dans le groupe Carrefour.

 

Le MBA : un passeport vers le top management ?

Sans affirmer que son cursus à ESCP ait déclenché sa nomination à la direction de la filiale Carrefour Banque l’année suivante, Julien Jaillon y voit un signal fort.  » Choisir de s’investir durant 18 mois dans une telle formation en parallèle de son poste demande un temps conséquent, et empiète forcément sur sa vie personnelle. C’est à mon sens une manière de prouver sa motivation pour obtenir plus de responsabilités. « 

 

Une prise de recul bénéfique pour l’entreprise

L’innovation se résume parfois à répliquer un modèle d’une industrie à l’autre. Voilà un des enseignements principaux qu’a tiré Julien Jaillon de ses cours de stratégie.  » Cette réflexion m’a permis de répondre à une question centrale lorsque j’ai pris ma fonction de DG : comment adapter l’industrie bancaire à la grande distribution? «  La réponse révolutionnaire, c’est C-zam le premier compte courant « en boîte » disponible en rayon. Avec ce compte, pensé mobile first, et lancé en avril 2017, Carrefour Banque a réussi le pari de démocratiser, voire de désacraliser, un produit bancaire en l’inscrivant dans le parcours quotidien de ses clients.

Photothèque Carrefour Banque, Lionel Barbe, David Pell Multimédia, droits réservés.

Carrefour Banque, une structure agile et innovante

C-zam est un produit unique en son genre. Il a vu le jour en seulement 24 mois et comptabilise déjà 90 000 clients après 6 mois d’existence ! Mariage de l’industrie bancaire et de la grande distribution, il illustre la créativité dont est capable Carrefour Banque. La taille humaine de la structure – 1 500 collaborateurs – justifie sa flexibilité et son agilité. Elle participe également à son attractivité et lui permet de se différencier dans le paysage bancaire avec les grands groupes auprès des jeunes talents.  » Aujourd’hui l’évolution globale de notre société vise à briser les frontières. Carrefour Banque se positionne au cœur de cette mutation à l’interface entre deux industries dynamiques. C’est ce qui en fait une entreprise passionnante ! « 
Instant RH : Que ce soit dans les métiers de la finance, de l’IT ou du digital, nous recherchons des jeunes adaptables à la structure de Carrefour Banque et Assurance. Accepter de se tromper pour progresser, faire preuve de réactivité, savoir écouter ses clients, aimer travailler dans des écosystèmes ouverts, et surtout avoir envie de s’investir au maximum dans un projet d’équipe, voilà les principales qualités que nous valorisons dans nos recrutements.

 

 » Etre acteur de sa formation, se remettre en question, toujours chercher à monter en compétence me semble impératif aujourd’hui. « 

 

Contact : contact_site_emploi@carrefour.com