QU’EST-CE QU’UNE FONDATION ?

Une fondation est un établissement privé voué à un but dont la définition est une condition de son existence. Pour réaliser cette mission, elle dispose d’une masse significative de biens affectés de manière définitive. Elle a une vocation pérenne, ses buts doivent donc être larges et son financement garanti. Ses biens sont protégés par l’Etat par des exemptions fiscales, en contrepartie de quoi elle doit se soumettre au contrôle de celui-ci. Enfin, une fondation est administrée par des personnes qui exercent cette activité de manière désintéressée et sans recevoir de rétribution pour cela. Contrairement à une fondation qui s’accompagne souvent d’un acte de mécénat ou de philanthropie, une association repose sur le volontariat.

UNE FONDATION ÉGALEMENT À L’ÉCOUTE DES PROFESSIONNELS DU MARCHÉ DE L’EMPLOI

Les entreprises industrielles ont des difficultés à recruter à tous niveaux, confirme Jean- François Lherm, chargé de mission au Medef. On doit travailler tous ensemble sur la réelle image de ce qu’est l’industrie aujourd’hui. Le secteur a besoin d’hommes et femmes à fort potentiel éducatif et à fort potentiel d’évolution. D’où l’idée d’assortir à ces bourses ciblées (d’un montant allant jusqu’à 30 000€ par an ; pour exemple un étudiant faisant un double cursus au MIT et à Polytechnique et faisant parti des boursiers de la FOGE) un dispositif de parrainage ; il s’agit d’un cadre souple, un stage de fin d’études, avec un accueil en entreprise par un référent dédié, en accord avec les études choisies, et travaillant dans une des entreprises mécènes. Ces stages pourront éventuellement déboucher sur des projets tutorés, voire des embauches, mais pas obligatoirement.

LA FILIÈRE MODE ET LUXE : LE DERNIER ENGAGEMENT DE LA FOGE

L’industrie de la mode allie savoir-faire, qualité et créativité des produits qui sont à l’origine de l’image et du renom international de cette industrie. Ainsi la FOGE a intégré en juin 2015 la section formation de la Fondation Carla Bruni-Sarkozy, et soutient à présent ESMOD et Chardon-Savard.

LA FOGE POUR QUI ?

La FOGE via ses mécènes, pour la plupart des entreprises privées, cherche à valoriser ou encourager une catégorie de la population : elle soutient les étudiants particulièrement brillants et attend des candidat(e)s un grand engagement social – sans oublier le désir de faire profiter plus tard leur pays d’origine, pour le cas des étudiants étrangers notamment, des connaissances acquises en France.

 

LE « MOT » DES ÉTUDIANTS D’ESMOD

Anastasia Ruiz en 3e année section « Nouvelle couture traditionnelle » : Pour elle la mode est considérée comme « L’architecture du corps » via un regard sociologique, elle crée une histoire, un scénario pour chacune de ses collections afin de « lier tradition et innovation ».

Maxime Arthur en classe d’ « Initiation et perfectionnement » : Ancien étudiant en architecture, il a la volonté de créer une structure architecturale dans un vêtement. Pour lui, la mode c’est « mettre en avant sa schizophrénie malsaine » afin de jouer avec son altérité.

Marie Fagegaltier en 3e année section « Fashion Business » : Pour elle « la mode est un partage », une étudiante très « rock » qui a parfaitement saisi l’importance de la communication dans cette industrie.

Trois parcours à suivre, chacun très représentatifs de l’incroyable diversité de ce secteur.

 

Enquête réalisée par Marga Lamoyne