« AVANT MÊME D’ENTRER À NEOMA BUSINESS SCHOOL, J’AVAIS DÉJÀ JETÉ MON DÉVOLU SUR SON TISSU ASSOCIATIF ! ». PASSIONNÉE DE FINANCE, DE MARKETING ET DE RH, MARIE HEIPP MET AUJOURD’HUI SES COMPÉTENCES AU SERVICE DE L’ENTREPRENEURIAT SOCIAL EN S’ENGAGEANT DANS DES PROJETS ASSOCIATIFS INTERNATIONAUX ULTRA CHALLENGEANTS. RENCONTRE.

 

QUI ES-TU ?
Marie Heipp 20 ans En M1 du Programme Grande Ecole
à NEOMA Business School (campus de Rouen)

 

Engagée en Afrique

A la suite de sa prépa, Marie était prise dans deux écoles. A un double-diplôme avec Sciences Po, elle a préféré une formation généraliste et professionnalisante lui offrant la chance de s’investir et de s’éclater dans des projets associatifs passionnants. « J’ai tout de suite rejoint ESC Sans Frontières, une association qui achemine et commercialise à très bas coûts des fournitures scolaires en Afrique via un réseau de boutiques implantées dans des lieux reculés au Sénégal, au Cambodge et au Pérou. J’ai réalisé mon stage de pré-Master pour l’association au Sénégal et suis aujourd’hui responsable de cette mission. » Un vrai job dans lequel ses compétences en gestion sont primordiales. « Nous démarchons les entreprises locales pour récolter les fonds qui nous permettent de commander des fournitures à la Société Nationale de Papeterie du Sénégal », précise-t-elle.

Auprès des étudiants français

Parallèlement, Marie s’est aussi engagée aux côtés d’Enactus, une association d’entrepreneuriat social présente dans 36 pays et rassemblant 1 200 membres en France. « J’ai commencé au sein de cette association reconnue d’intérêt général par 6 mois de service civique. J’ai pu participer aux différents projets développés sur le campus de NEOMA dont l’initiative ¡LOCA ! est sans doute la plus connue. Il s’agit de louer de l’électroménager aux étudiants à des prix hyper compétitifs (15 à 18 / mois en moyenne). Quand on sait qu’un étudiant de NEOMA déménage près de 8 fois durant sa scolarité, on se rend compte de son utilité réelle. » Une initiative d’autant plus responsable et solidaire qu’elle se réalise en partenariat avec un réseau d’entreprises employant des salariés en réinsertion.

« HOLDING OU ENTREPRISE SOLIDAIRE : LA FINANCE RESTE TOUJOURS LE NERF DE LA GUERRE  »

 

Et sur des projets un peu fous !

Et parce que Marie a toujours soif de nouvelles expériences, elle est également trésorière et responsable du projet Eco cuiseur. Un projet né des voyages d’un globe-trotter ayant réalisé au cours de ses périples les impacts extrêmement néfastes (maladies respiratoires, brûlures…) du feu 3 pierres, un mode de cuisson très répandu en Afrique de l’Ouest et qui a déjà engendré près de 4 millions de morts, pour la moitié des enfants de moins de 5 ans. « Avec un réseau de partenaires (dont l’INSA Rouen), nous avons prototypé un cuiseur plus sûr utilisant 8 fois moins de bois que ses prédécesseurs. Nous en avons déjà vendu 5 800 au Burkina, au Mali et au Sénégal via un canal de distribution solidaire composé de femmes en réinsertion. Notre objectif : monter des ateliers de production industrielle au niveau local. »

Marie échange avec la Présidente de la Coopérative de Femmes de Gandon à propos du projet Eco cuiseur

Marie échange avec la Présidente de la Coopérative de Femmes de Gandon à propos du projet Eco cuiseur

Et la finance dans tout ça ?

« Si j’ai la chance de vivre depuis quelques années des expériences associatives hyper professionnalisantes, j’ai quand même envie de passer par la case « grande entreprise ». Un stage à la City, pourquoi pas ? J’aime sortir de mes zones de confort ! » Et à ses camardes qui pourraient la prendre « pour un Bisounours » elle répond « Holding ou entreprise solidaire : la finance reste toujours le nerf de la guerre. » Un état d’esprit mêlant engagement, solidarité et punch qui lui ouvrira sans aucun doute les portes d’un avenir plein de surprises. Son rêve ? « Rejoindre l’Agence Française de Développement ou une banque d’investissement responsable. »

TA PERSONNALITÉ EN  MOTS : DÉTERMINÉE – ORGANISÉE – CONVAINCUE

 

CW.