Les écoles de la FESIC (Fédération des Etablissements d’Enseignement Supérieur d’Intérêt Collectif) innovent pour préparer leurs étudiants au monde professionnel de demain. Convaincu de l’importance de la transdisciplinarité pour l’avenir de l’enseignement, la FESIC en a fait le thème de son dernier séminaire Innovation pédagogique, organisé le jeudi 17 mars à Arcueil dans les nouveaux locaux de l’ISIT, l’institut de management et de communication interculturel.

Ayant pour objectif de favoriser les retours d’expériences et partages de pratiques autour des nombreux projets transdisciplinaires mis en œuvre dans les établissements du réseau, cette journée a réuni plus d’une trentaine de participants, parmi lesquels des représentants d’entreprises, des enseignants-chercheurs, des membres des directions de programmes et des étudiants. La diversité des profils présents a contribué à la richesse des échanges sur des questions telles que : Comment développer l’innovation et la créativité ? Comment adopter une conduite de projet agile ? Comment travailler en collaboratif intra ou inter établissements ?

A titre d’exemple d’expérience transdisciplinaire, « le Challenge Crédit Agricole » mis en place à l’EDHEC vise à créer une application ou un objet sur le thème de la santé connectée dans un délai de 3 mois en travaillant en collaboration avec des étudiants designers et développeurs. Entre autonomie, gestion du temps, travail collaboratif, posture entrepreneuriale et créativité, les étudiants développent de nouvelles compétences, appréciées par les entreprises qui recherchent des profils de plus en plus pluriels pour accompagner leur évolution.

Pour Bernard CURZI, Président du Groupe Innovation Pédagogique de la FESIC, « Les témoignages attestent de la richesse et des atouts de la transdisciplinarité pour l’enseignement, qu’elle permet de décloisonner. Reste à valoriser davantage les innovations pédagogiques dans les plans d’activités des enseignants-chercheurs et à favoriser l’agilité de nos établissements qui doivent dépasser leur organisation trop souvent territorialisée, comme nous le montrent les étudiants qui s’inscrivent naturellement dans un raisonnement transdisciplinaire, plus challengeant et motivant à leurs yeux. L’avenir pédagogique est transdisciplinaire. »