Diplômée de Sciences Po, Harvard et de la London School of Economics, Chiara Condi a fondé l’association Led By HER en 2013. Marrainée par l’ancienne ministre Axelle Lemaire et soutenue par l’IÉSEG School of Management et ESCP Europe, cette structure unique en France aide les femmes victimes de violences à se lancer dans l’entrepreneuriat. Coup de projecteur sur une entrepreneuse engagée récompensée en 2017 par le Prix de la Femme d’influence Economique Espoir.

Pourquoi vous intéresser aux femmes victimes de violence ?

C’est un sujet de société qui traverse les frontières : dans le monde, un tiers des femmes subissent des violences. Et si on ne peut pas assurer à une femme de vivre sans violence, on ne peut rien lui assurer : ni stabilité personnelle, ni stabilité économique. C’est pour cela qu’il est impératif de travailler sur l’empowerment pour donner le pouvoir à ces femmes d’avancer.

Quelles actions menez-vous ?

L’association existe depuis cinq ans. Nous avons d’abord développé un premier programme d’entrepreneuriat pour les femmes co-construit avec l’IÉSEG et ESVP. En parallèle, nous avons lancé des événements de type challenges et hackathons. Nous venons également de mettre en place une plateforme digitale avec CapGemini. Son objectif : permettre à ces femmes d’être coachées par des collaborateurs sur des compétences dont elles ont besoin pour lancer leur  entreprise.

Pourquoi les femmes hésitent-elles encore à entreprendre ?

On parle souvent d’un manque de confiance mais je pense qu’il s’agit plutôt d’un manque de connaissance de soi et de son potentiel. Nous sommes immergés dans une culture qui n’aide pas forcément les femmes à se révéler. Les structures d’accompagnement et de financement des jeunes entreprises restent également des terreaux de discriminations, ce qui ne favorise pas la croissance des idées portées par les femmes. Et pourtant, donner la voix aux femmes c’est souvent donner des issues à des problèmes qui n’ont pas encore de solution. Chez Led by HER, nous permettons aux femmes de se réapproprier leur talent.

Votre conseil à une entrepreneuse en herbe ?

Trouve la toute première activité à faire tout de suite et sans moyen : le passage de l’idée à l’action est la clé qui permettra à ton projet de vivre. N’oublie jamais que les possibles nourrissent les projets.