Les trois écoles d’ingénieurs de IONIS Education Group (l’EPITA , l’ESME Sudria et l’IPSA) ont lancé un site web sur la féminisation des métiers d’ingénieur(e)s, en partenariat avec le magazine madmoiZelle.com. Destiné en priorité aux lycéenn es et aux étudiantes, femme-ingenieure.fr cherche à encourager les vocations et informer sur les études et le secteur.

Yannick Lejeune, directeur Internet de IONIS Education Group

Yannick Lejeune, directeur Internet de IONIS Education Group

Les filles en écoles d’ingénieur(e)s représentent à peine plus d’un quart des effectifs ; un chiffre encore plus faible dans les écoles spécialisées dans les nouvelles technologies.
Les carrières scientifiques sont trop souvent délaissées par les jeunes femmes qui y réussissent pourtant très bien lorsqu’elles font ce choix. Les principaux freins à de tels parcours sont principalement les stéréotypes et les difficultés qu’elles peuvent avoir à s’identifier à des modèles. En effet, parmi les plus jeunes, qui connaît Marissa Mayer, actuelle PDG de Yahoo et qui a suivi une carrière remarquable chez Google dont elle fut la première ingénieure ?

 

Combattre les idées reçues
Pour informer les lycéennes et étudiantes qui s’interrogent sur les cursus accessibles en filières S ou STI, le site cherche à tordre le coup aux clichés si nombreux existant sur les femmes et l’ingénierie, en montrant la réalité des études et des métiers à travers le parcours d’élèves en cours de cursus et d’anciennes diplômées en poste. Pour cela, deux journalistes indépendantes, Elise Costa et Sophie Riche, ont la mission de faire témoigner ces jeunes femmes qui suivent des études en écoles d’ingénieur(e)s.

 

Montrer la réalité pour repenser l’orientation
Tous les jours, des news quotidiennes sur l’actualité des femmes dans les filières scientifiques et techniques, ou sur la place des femmes dans les métiers de l’ingénierie sont publiées. Chaque semaine, une série consacrée à dix étudiantes de l’EPITA, l’ESME Sudria et l’IPSA qui témoignent de leur vie quotidienne de futures ingénieures est diffusée. Chaque épisode, sur un ton décalé et moderne, traite d’une thématique précise, de la rentrée à la recherche du premier emploi : que font-elles ? Comment viventelles leur scolarité dans une école d’ingénieur(e)s ? Quels sont leurs doutes, leurs moments de joie ? Enfin, sous forme de reportage écrit ou vidéo, une ancienne issue de l’une des écoles, revient sur son parcours d’ingénieure, parle de son métier, en raconte les facettes passionnantes ou les aspects les plus forts. Femme Ingénieure souhaite faire changer les mentalités et le fait que lorsqu’une lycéenne est douée dans les matières scientifiques, elle n’a pas à être systématiquement dirigée vers la biologie ou la chimie ; des disciplines traditionnellement identifiées comme ‘féminines’. La réciproque est quant à elle aussi valable : les nouvelles technologies, l’aéronautique, l’informatique ou l’énergétique ont en écoles, les ingénieures suivent de brillantes notamment dans les métiers d’avenir et d’innovation auxquels préparent l’EPITA, l’ESME Sudria et l’IPSA.

 

Quelques chiffres
• 27,5 % des effectifs des écoles d’ingénieur(e)s sont constitués d’étudiantes (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, DEPP)
• 15 % de filles en seconde choisissent l’option sciences de l’ingénieur en 2010 (Éducation nationale)
• 3 % de filles en terminale conserve l’option sciences de l’ingénieur en 2010 (Éducation nationale)
• 45,2 % de filles sont en terminale S en 2010 (Éducation nationale)
• 27,5 % d’étudiantes sont dans les écoles d’ingénieur(e)s françaises en 2010-2011 (DEPP) la performance)
• 17 % de femmes travaillent à un poste d’ingénieur (Enquête 2012 de l’Observatoire des ingénieurs)

 

Yannick Lejeune

 

Contact
www.femme-ingenieure.fr