« 100 % des gagnants ont tenté leur ch anc e ». C’est porté par ce sl ogan rempl i d’optimism e qu e FDJ a présenté en 2012 d’inc royabl es résul tats financ iers. Coup de projecteur su r cette entreprise qu i all ie avec talent performanc e et resp ons abilité, avec Patri ck Raude (ENS 85), Dir ecteur de la Régulation et des Affair es Européennes.

Patrick Raude (ENS 85) est Directeur de la Régulation et des Affaires Européennes de FDJ.

Patrick Raude (ENS 85) est Directeur de la Régulation et des Affaires Européennes de FDJ.

Des chiffres record au service du jeu responsable
Evoluant avec un monopole sur le marché français de la loterie et des paris sportifs en points de ventes qui représente la quasi-totalité de son chiffre d’affaires, FDJ s’illustre dans ce secteur extrêmement règlementé par sa performance, comme en témoigne son chiffre d’affaires record pour 2012, en hausse de 6.1 % à 12.1 milliards d’€. « Ce succès est d’abord lié à la qualité et à la diversité de nos jeux, qui vont du jeu de tirage classique et très populaire comme le Loto ou l’Euromillions (que nous retravaillons régulièrement), aux jeux de grattage (Cash….), sans oublier les paris sportifs en fort développement depuis 3 ans. Mais il est aussi indissociable de notre volonté de promouvoir un modèle de jeu responsable. Visant à prévenir tout comportement addictif, celui-ci repose dès la phase de conception de nos jeux sur des analyses menées par des experts sur les risques inhérents à chacun de nos jeux. Si la recherche de la performance économique est évidemment importante, notre priorité reste toujours une offre de jeux et un développement socialement responsable. La FDJ n’a ainsi pas hésité à rendre l’un de ses jeux les plus populaires, Rapido, moins attractif pour les joueurs afin de réduire les risques potentiels de jeu excessif. »

 

« Les Normaliens
qui ne souhaitent pas poursuivre une carrière académique, se construisent leur propre parcours professionnel avec plus de liberté mais aussi plus de risques, ce qui contribue à développer leur créativité, leur caractère innovant et leur capacité d’adaptation. »

Vers des profils plus atypiques
Car FDJ est une entreprise citoyenne à taille humaine (1 000 collaborateurs sur 3 sites), motivée par la jeunesse et la créativité de ses équipes. « concevoir un jeu, c’est beaucoup de marketing et des développements importants en terme de système d’information. Nous recrutons donc régulièrement des profils marketing et ingénieur informatique que viennent compléter des recrutements plus ciblés sur toutes les fonctions classiques de l’entreprise (finances, ressources humaines, communication…). Si nous privilégiions initialement les recrutements avec une première expérience professionnelle, nous avons fortement développé l’apprentissage au cours des dernières années afin de favoriser l’insertion des jeunes dans le monde du travail. Au-delà écoles de commerce et d’ingénieurs notamment informatique, FDJ a adopté une politique volontariste de diversification de ses viviers de recrutement, le métissage des formations et des expériences étant une richesse permettant d’accroitre la créativité et la réactivité de l’entreprise. »

 

ENS, entre créativité et innovation
Et cette singularité, FDJ pourrait sans aucun doute la trouver chez des candidats issus de Normale Sup’. Car pour Patrick Raude, ils sont en effet des atouts pour le monde de l’entreprise. « Si l’ENS forme des gens qui apprennent vite et bien, elle forme candidats issus d’autres grandes écoles. Parce qu’ils n’ont pas d’autre débouché naturel que la poursuite d’une carrière académique, ils doivent se construire leur propre parcours professionnel avec plus de liberté mais aussi plus de risques, ce qui contribue à développer leur créativité, leur caractère innovant et leur capacité d’adaptation. » De là à dire qu’il n’y aurait rien de moins de moins normé qu’un Normalien, il n’y a qu’un pas !

 

Rejoindre FDJ, c’est rejoindre une entreprise qui…
• A un modèle tourné vers la RSE et le jeu responsable et non uniquement vers le profit
• Sait gérer les projets sur le long terme et qui n’est pas gouvernée par l’immédiateté des résultats
• Participe activement au financement de l’intérêt général puisque la FDJ redistribue près de 90 % des mises qu’elle collecte
• Accompagne ses collaborateurs, notamment via la formation continue, le coaching spécialisé et le soutien personnalisé
• Fait la part belle aux jeunes !

 

Engagés pour la diversité et le handicap
La FDJ met en oeuvre une politique ambitieuse de RSE qui, dans le domaine des ressources humaines, s’appuie notamment sur deux engagements majeurs : des objectifs ambitieux en termes de parité hommes femmes et de diversité d’une part et une politique volontariste en matière de handicap d’autre part : après la signature de deux partenariats en faveur de l’insertion des salariés en situation de handicap, les résultats sont très encourageants : de 2.9 % en 2009, le taux d’emploi de ces salariés est aujourd’hui de 5,5 % et FDJ s’est engagée à le porter à 6 % d’ici à la fin de l’année 2013. En complément de cette politique de ressources humaines, FDJ a une vision globale des questions de handicap et travaille sur la problématique jeu et handicap. « Nous souhaitons permettre à terme une meilleure accessibilité de nos jeux aux personnes en situation de handicap, tant en ligne que dans nos points de vente et nous intégrons donc cette réflexion dès la conception de nos jeux. » La FDJ et son association européenne European Lotteries ont ainsi signé avec le forum européen du handicap un accord ambitieux pour développer cette politique au sein de l’Union.

 

Insertion des salariés en situation de handicap :
de 2.9 % en 2009, le taux d’emploi est aujourd’hui de 5,5 % et FDJ s’est engagée à le porter
à 6 % d’ici à la fin de l’année 2013

 

CW.

 

CONTACT
praude@lfdj.com