Mastères spécialisés, Master of Science, MBA, executive MBA, ces formations prestigieuses ouvrent bien souvent la voie à de belles carrières et de belles rémunérations, moyennant un sacré investissement de départ. Tour d’horizon de ces programmes.

 

© Fotolia

© Fotolia

 

 

S’il est difficile de différencier et de classer ces formations, elles ont néanmoins un point commun : toutes sont reconnues par les professionnels et les entreprises pour leur valeur, leur exigence et leur qualité ; toutes jouissent également d’une forte attractivité, que ce soit auprès des jeunes diplômés ou des salariés plus expérimentés. «  Depuis leur création, en 1987 pour le programme MS (Master Spécialisé) et en 2002 pour le programme MSc (Master of Science), leur succès ne s’est jamais démenti, confirme Alain Storck, le Président de la commission accréditation de la CGE. L’année dernière, la CGE a encore accrédité près de 50 nouvelles formations.  »

 

Des motivations différentes selon les profils
Dans quels buts, les participants suivent-ils ces programmes ? Les jeunes diplômés affirment vouloir approfondir leurs connaissances dans un domaine précis. « Soit ils cherchent une double compétence (technique ou managériale) qui leur permettra de se différencier à l’embauche des autres jeunes candidats, souligne Alain Storck. Soit ils veulent se doter d’une expertise pointue ». Ces programmes offrent effectivement des spécialisations au plus près des besoins des entreprises. Parmi les tendances observées ces derniers temps, on note ainsi l’émergence de nouveaux secteurs comme celui des données (les fameuses data), de l’innovation ou du développement durable.Les plus âgés, qui eux ont déjà 5 à 10 ans (voire plus) d’expérience professionnelle, en profitent pour opérer un virage dans leur carrière (réorientation) ou accéder à de plus hautes responsabilités. Ces formations sont un vrai coup de pouce professionnel : on dit souvent qu’un Executiv MBA transforme un manager à haut potentiel en directeur général doté d’une vision stratégique globale ! La démarche émane d’ailleurs parfois de l’entreprise elle-même lorsqu’elle a repéré un vrai talent.Enfin pour beaucoup de participants, ces formations ont une vocation internationale. En 2014, près de 40 programmes MS et MSc se sont par exemple ouverts à l’international. L’occasion pour certains de préparer efficacement un projet d’expatriation.

 

Véritables boosters de carrière
Pour tous, ces programmes sont l’occasion de démultiplier leur réseau. Les promotions sont composées de personnes venues du monde entier, aux profils très variés. Une rencontre peut permettre de trouver un futur client, un nouveau collaborateur voire son prochain boss ! Dans les grands groupes principalement, cela agît comme un accélérateur de carrière, permettant aux
cadres d’accéder à des projets internationaux de plus grande envergure ou des fonctions de direction.
Enfin, les progressions de salaire en sortie sont impressionnantes… Certes la mise de départ est élevée : plusieurs dizaines de milliers d’euros, qui peuvent être financées de multiples manières, via les banques, les Fongecif ou encore l’employeur. Mais aussi chères soient-elles, ces formations affichent un très fort retour sur investissement : les 10 mois du MBA de l’Insead permettent par exemple une progression salariale moyenne de 87 % après trois ans à presque 150 000 $ par an, HEC monte à +104 % avec 120 000 $ ! Et les proportions sont les mêmes pour les exécutive MBA… C’est dire si le jeu en vaut la chandelle !

 

CD