Grenoble Ecole de Management

 

C’est dans les années 80 que la  finance responsable (ou éthique) s’est répandue au plan international. Son essor a lieu cependant dans les années 90 avec la globalisation financière et le mouvement de l’investissement responsable (Bourque G.L & Gendron C., 2003). Aujourd’hui, sous l’effet  de la crise financière de 2007-2008 le défi d’une finance responsable se pose avec davantage d’acuité (CEA et CapFinance, 2010).

La finance responsable s’éloigne d’une appropriation privative des outils financiers classiques qui ont donné corps à la financiarisation de l’économie. Elle s’assigne comme objectif la reconstruction du « lien entre l’investisseur (financeur) et le projet de développement, en se préoccupant avec acuité de la question de la cohésion sociale ». En finance responsable, l’objectif de rendement financier de court terme n’a pas la même importance et les retombées  attendues ne se mesurent pas uniquement par le retour sur investissement individuel. Son objectif est pluriel et de long terme au sens où elle vise par l’acte financier, outre  le rendement financier classique, la performance sociale et environnementale. Son  objectif pluriel nourri donc « la réconciliation d’une économie qu’on a longtemps cherché  à émanciper de son ancrage social » (Bourque G.L & Gendron  C., 2003). Elle s’étend aussi aux pratiques financières alternatives, telle que la finance solidaire, les  plans d’épargne salariale… La différence entre finance responsable et finance solidaire réside essentiellement dans le fait que cette dernière accepte une rémunération inferieure au taux moyen des marchés. La finance  responsable ne se cantonne pas uniquement dans l’acte d’investissement (ISR), mais  couvre aussi les opérations de placement  financier (acquisition par constitution de  portefeuilles titres, participation au capital d’une entreprise, fusion/acquisitions, investissements boursiers…).  Aujourd’hui, en France les banques, les fonds d’investissement/placement éthiques (fonds de réserve des retraites…), les plans partenariaux d’épargne salariale volontaire (PPESV)… deploient de plus en plus des stratégies  de financement/d’investissement inspirées  par les pratiques de la finance responsable. C’est le cas notamment du Crédit agricole,  de la BNP, la Banque postale, Axa… qui proposent des sicav et des FCP « actions ». Aux Etats-Unis, ce marché connait une très forte croissance grâce à l’implication des grands fonds de pensions, des fonds éthiques et des investisseurs « pragmatiques » qui excluent de leur portefeuille activités rejetées par l’opinion publique pour des raisons morales, religieuses ou de dangerosité (tabac, OGM, jeu, armement, nucléaire…).

C’est un secteur appelé à connaitre une forte croissance dans les années à venir sous l’effet notamment, de la législation européenne favorable aux ISR et de l’opinion de la société civile très favorable à la finance éthique. En France, les fonds solidaires sont en forte progression au sens où leur encours en 2011 est passé de 1,5 à 1,7 Me, soit une progression de 13 % (lafinancepourtous.com, 2012). Les investissements dans des fonds d’investissement socialement responsables (ISR) représentent 13,1 Me en 2012, soit une progression de 33 % par rapport à 2011. Près de 23 % des encours de l’épargne salariale (hors actionnariat salarié) sont investis sur des fonds ISR. Notons que les actifs en épargne salariale représentaient fin juin 2012 89,2 Me (Afg, 12/07/2013). Ce secteur offre de nombreux débouchés dans des métiers de la finance éthique et solidaire, tels que analyste crédit, conseiller crédit, de manager de projet d’investissement responsable, de conseiller en accompagnement des opérations d’investissement et de placement.

Grenoble Ecole de Management (GEM) est fortement positionnée dans les métiers de la finance aux plans national et international en offrant aux acteurs de la finance responsable et de la finance solidaire des candidats de haut niveau à la formation pluridisciplinaire. Les étudiants sont rigoureusement sélectionnés et formés tant à la pratique qu’à la théorie de la finance et du management dans de nombreux programmes pédagogiques dynamiques, innovants. Ils sont certifiés et encadrés par des théoriciens et des praticiens de la finance et de l’économie solidaire.

 

Par Nacer Eddine Sadi, professeur de finance Grenoble Ecole de Management
et L Xiang, chargé d’enseignement