Communiqué de presse :

Dans le cadre de leur accord de collaboration signé le 19 décembre 2017, l’ENSTA ParisTech et l’École Boulle exposent sur le thème de la diffraction des ondes.

Cette manifestation insolite nommée « Rencontre diffractante » se déroulera du 20 décembre 2017 au 9 février 2018 dans le grand hall de l’ENSTA ParisTech. Elle se situe au confluent entre les productions scientifiques de l’unité de mathématiques appliquées (UMA) de l’ENSTA ParisTech et artistiques de l’École Boulle.

 

 

Dessine-moi une onde !

 

Ce sont les « productions » scientifiques de l’UMA tirées de différents problèmes de diffractions étudiés au sein du groupe POEMS de ce laboratoire qui ont inspiré cette exposition. Un florilège de méthodes et outils utilisés ainsi que de nombreux résultats numériques obtenus par les mathématiciens servent de base à la création d’objets artistiques réalisés par plusieurs classes de l’École Boulle. L’exposition présente à la fois le travail du mathématicien, celui de l’artiste et leurs différentes réalisations. Plusieurs supports sont utilisés afin d’envisager le thème de la diffraction sous divers angles, parmi eux des écrans, des toiles, des posters, des miroirs, du plexiglass.

 

 

 

Quand l’artiste rencontre le mathématicien

 

Les deux commissaires de cette exposition, Jérôme Perez, professeur à l’UMA, et Virginie Gannac, professeur d’arts appliqués à l’École Boulle, ont sollicité leurs collègues d’une part et leurs élèves d’autre part sur cette idée. Le résultat se décline en peinture, installations, photos et scénographies que le hall de l’ENSTA Paristech propose de parcourir.

Cette exposition met en scène le travail de trois classes de l’École Boulle : la classe de 1ère Formation aux Métiers d’Art 1, la classe de Diplôme de Métiers d’Arts 1C et la classe de 1ère année de BTS Design d’Espace. Pour Virginie Gannac : « Les méthodes pédagogiques mises en oeuvres ont eu pour objet de sensibiliser les élèves aux potentiels plastiques et poétiques de la lumière et plus généralement des ondes. Les méthodes artistiques relèvent généralement dans ce domaine en grande partie de l’empirisme. Il m’importait à la veille du passage en LMD de notre école d’y adjoindre une dimension scientifique permettant de corréler l’expérimentation sensible à la compréhension des phénomènes de diffraction. La physique est donc source et moteur de productions artistiques que j’ai souhaité sensibles et didactiques. »

 

 

Oeuvres artistiques et modélisations mathématiques sont à découvrir jusqu’au 9 février 2018 inclus (inscription nécessaire via le site web).