The American Business School (école du groupe IGS) fait le pari d’une pédagogique originale depuis 1985. L’école de management est pionnière de la pédagogie inversée et fondée sur des cas pratiques, inspirée du modèle nord-américain. Plus qu’américaine, elle est internationale avec deux-tiers de ses étudiants venus des cinq continents. Son Dean, Fady Fadel, nous fait entrer dans l’american way of studying in Paris !

 

Quels sont les fondements de votre pédagogie made in US ?

Nous fonctionnons selon un système modulaire et flexible. Nous avons été pionniers en matière de pédagogie inversée, pratiquée depuis 1985. Les étudiants préparent les leçons et ont des devoirs à réaliser en amont des cours qui sont dévolus à l’interaction avec l’enseignant. Le face-à-face pédagogique est de 15 heures par semaine. Le travail personnel et l’engagement sont donc cruciaux dans nos cursus. Ce type de pédagogie ne fonctionne que s’il est adossé à un accompagnement personnalisé, là encore à l’américaine. L’esprit est celui du service et de la responsabilité : nos professeurs sont au service de la réussite de leurs étudiants, investis et investissant dans leurs études.

Nos étudiants travaillent en projets de groupe sur des sujets réels confiés par des entreprises, et sur des cas. C’est essentiel pour entrer dans la réalité business des entreprises, mais aussi organisationnelle, en apprenant à travailler en équipes multiculturelles. C’est aussi un vecteur pédagogique pour apprendre à trouver des solutions, à mettre en œuvre ses connaissances.

Comment se passe l’intégration multiculturelle dans une école qui accueille 80 nationalités ?

L’intégration passe par « le faire ensemble », s’écouter, se consulter. Etre une école internationale, c’est avant tout permettre le brassage. C’est aussi un important effort d’accompagnement des équipes dans le cursus, dans la recherche de stage, dans le quotidien. Nos étudiants sont tous polyglottes et tous les cours sont dispensés en anglais. Les non-francophones apprennent le français. Car vivre à l’étranger, c’est aussi découvrir une société, une culture et sa langue. Ils seront ainsi des ambassadeurs de la France au-delà d’être ceux de notre établissement, durant leur vie active.

Trucs et astuces pour devenir manager à l’international

Le truc qui fait mouche pour être identifié comme un talent à vocation internationale aux yeux des recruteurs ?
Les profils qui ont l’expérience de l’international en stage, en échange, en séjour, en études, en CDD, sont hautement appréciés. Il faut néanmoins être en mesure de démontrer ce que l’on en a retiré et ce que l’on y a concrètement fait.

La soft skill pour réussir à l’international ?
Le recruteur juge en quelques minutes un candidat sur :
Ses compétences transversales fondamentales de manager : Est-ce qu’il m’inspire le respect ? Est-ce qu’il m’inspire la confiance (pour lui confier la responsabilité d’un magasin, d’un produit, d’une équipe…) ?
Puis sur le contexte d’exercice du management, sa capacité à travailler en univers multiculturel : Est-il apte à penser en plusieurs cultures ? A accepter l’autre ? A voir sa pensée comme une complémentarité, une richesse ?

L'American Business School a une programme de bourses dédié aux sportifs

L’American Business School a une programme de bourses dédié aux sportifs

L'American Business School accueille des étudiants de 80 nationalités

L’American Business School accueille des étudiants de 80 nationalités

L’American Business School est l’école de management qui accueille le plus d’étudiants américains en France ?

Ils sont plus de 300 par an sur nos bancs. Ils viennent pour un cursus ou pour un semestre. Ils sont d’ailleurs un nombre non négligeable à décider de rester un an voire pour un cursus complet après avoir goûté à notre formation ! Les étudiants internationaux forment les deux-tiers de nos promotions. A l’origine ils étaient majoritairement américains. Ces dernières années les effectifs se sont diversifiés. Un tiers est américain, un tiers français et un tiers vient d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie, d’Europe, d’Amérique Latine.

Comment expliquez-vous cette diversification des profils ?

Pour des raisons économiques avec le développement des classes moyennes et supérieures dans de nouveaux pays. Pour des raisons géopolitiques avec un réel regain d’attractivité de la France et dans un contexte de repli pour la Grande-Bretagne et les Etats-Unis notamment, pour les raisons que l’on sait. Nous le sentons clairement dans les candidatures. Cela est particulièrement net en ce qui concerne les Indiens.

Quels sont les atouts de l’American Business School dans ce contexte ?

L’American Business School est une alternative attractive pour ceux qui souhaitent suivre un cursus à l’américaine, au cœur de Paris, dans un pays ouvert et tolérant, en pointe sur la scène internationale. Cela est en accord avec les valeurs d’humanisme, d’accueil et d’intégration du Groupe IGS.

Nos élèves décrochent en outre deux diplômes : le diplôme français et le diplôme américain de même niveau. Les programmes sont accrédités en France (titre 1 pour le BBA) et aux Etats-Unis (accrédités par l’IACBE et reconnus par la CHEA / Bachelors et MBA).

Les formations de l’American Business School

Bachelor of Business Administration (3 spécialisations : commerce international/finance internationale/marketing international)
Bachelor in fashion & luxury retail management
Master of Business Administration
Executive DBA en partenariat avec la Franklin University (Ohio)

Un autre atout est une spécificité très anglo-saxonne : le recrutement de sportifs ?

En effet, à l’instar des universités américaines, nous offrons des bourses à des champions de basket, de football, de sports de combat, de tennis, de natation… Ils participent avec succès à des championnats nationaux et internationaux.

La conjoncture est porteuse pour des diplômés au profil international ?

La mondialisation les porte, mais aussi les stratégies de développement des entreprises qui recherchent des personnes à la fois solides au plan académique, polyglottes, aptes à travailler en univers multiculturel et ayant développé leur pratique. Nos diplômés travaillent ainsi dans la grande distribution (management de projet, de produits et d’équipes), dans la finance (contrôle de gestion, responsable de compte), dans l’import/export. Nos étudiants ont envie d’évoluer dans un environnement multiculturel, cette motivation est d’ailleurs un des critères de recrutement à nos cursus. Ils ont voyagé, côtoyé d’autres cultures, réalisé des stages et échanges, travaillé sur des projets. Ils ne sont pas uniquement dans la théorie de l’interculturel. Ils ont le goût de la découverte. Ils ont un cheminement de posture et d’expériences qui montrent au recruteur qu’ils sont prêts à l’international.

Green campus, campus d’avenir

Universités et grandes écoles ont-elles la green attitude ? Cas d’écoles avec l’Université Paris-Nanterre, GEM, l’EFREI Paris et l’ISA Lille

Quand les startups prennent leurs responsabilités

La finale des trophées de l’entrepreneur e-responsable ont eu lieu lundi 1er Juillet 2019 à la mairie du Xè arrondissement de Paris.

Comment rendre votre évènement incontournable avec Massilia Défi Voile

Massilia Défi Voile de Centrale Marseille organise la Régate Intercentrales : un week-end durant lequel les cinq écoles Centrale s’affrontent sur l’eau !

Organiser un événement itinérant avec Spi Dauphine

La 38e édition du Challenge Spi Dauphine, un nouveau succès. Comment est organisé cet événement sportif itinérant ?

Réussir sa passation avec les Heavenation

A l’heure de la passation, le BDE Heavenation NEOMA Reims partagent ses conseils pour unir une promo toujours prête à kiffer !

Faire durer sa Junior-Entreprise avec Marketing Méditerranée

Marketing Méditerranée, la Junior-Entreprise de KEDGE Business School Marseille, fête ses 50 ans. Retour sur ce qui a fait perdurer ce cabinet de conseil.

Organiser le plus grand forum de recrutement de Bretagne avec le Forum Grand Ouest

RDV le 21 novembre 2019 pour le plus grand forum de recrutement de Bretagne. 75 entreprises et 1 500 étudiants attendus : l’occasion rêvée de créer un lien professionnel privilégié.

Un observatoire pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur

L’association de HEC Paris diffuse un questionnaire sur les violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur. Vous aussi participez !

Une médecine sans frontières avec le MIT Paris Grand Hack 2019

Le MIT Paris Grand Hack est un hackathon santé organisé par Les Cartésiens, le MIT Hacking Medecin et l’Association Médecine Pharmacie et Sciences (AMPS). RDV du 21 au 23 juin 2019 sur le campus d’Epitech Paris !

SEIO Junior-Entreprise de l’ESEO remporte le Prix de la Meilleure Étude en Ingénierie

En avril dernier, le Service d’Electronique et d’Informatique de l’Ouest – SEIO – Junior-Entreprise de l’ESEO Grande Ecole d’ingénieurs, présentait son étude ayant pour objectif le développement d’un système électronique permettant la détection des potentiels écarts d’ouverture des stalles de départ (pour les courses de chevaux). Grâce à cette étude innovante – réalisée pour le GIE GTAMCO mettant à disposition aux Sociétés de courses, des moyens humains et matériels pour le bon déroulement des concours équins – la Junior-Entreprise s’est vu remettre le 11 mai dernier, le Prix de la Meilleure Étude en Ingénierie lors du Congrès National d’Été 2019 de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE), en partenariat avec ALTEN, leader mondial de l’Ingénierie et du Conseil en Technologies.