Dans un livre « 100 % opérationnel » destiné aux étudiant et jeunes actifs, Maxime Maeght démystifie le networking (ou réseautage), terme aussi populaire que mystérieux pour beaucoup, de par ses usages et coutumes.

« Décomplexons le réseautage »

Ancien journaliste, Maxime Maeght utilise depuis 6 ans le networking comme outil de travail du développement clientèle de son cabinet d’avocats. Pour son second livre, il est parti d’un postulat : « tout le monde répète « le réseau c’est important » mais concrètement on ne sait pas vraiment comment ça marche. » Il s’est donc donné comme mission de proposer un livre qui en donne les codes et décomplexe les jeunes actifs, afin de leur faire adopter dès maintenant de bons réflexes pour éviter le « si j’avais su ».

Eclairer sur le « networking » mais pas que…

Inspiré de sa propre expérience mais aussi de témoignages d’une soixantaine d’étudiants et professionnels « de toutes générations et backgrounds », Maxime Maeght structure son livre à l’aide de chapitres courts agrémentés de petites parenthèses telles que « piège à éviter » ou « le bon réflexe ». Des « bonus » sont aussi intégrés avec des exemples concrets allant de l’entretien d’embauche aux emails types en passant par les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux.  Rien n’est laissé au hasard. Pas même le très bref mais complexe et essentiel objet d’email ou la question : « qui inviter à son pot de départ ? » Autre point majeur, l’auteur assure ses jeunes lecteurs d’une chose : leur valeur. « Les personnes expérimentées ont besoin des jeunes ».

« Le réseautage, c’est comme le sport. Si je m’y remets après des années d’inactivité, cinq fois par semaine, je vais m’en dégoûter. Il faut donc répartir ses efforts et cultiver son réseau sur le long terme en essayant de de négliger aucun contact, d’autant plus qu’on ne sait jamais qui va devenir quoi. »

MAEGHTmaxime_1596r2v2

@AntoinedeRoux

Les 5 idées reçues à combattre selon Maxime Maeght :

je n’ai pas de réseau ; je ne peux donc pas m’en servir

je vais déranger

c’est réservé à une élite

le réseautage c’est forcément mondain

ce n’est que le piston

Une recette miracle ?

La ré-gu-la-ri-té ! On ne réseaute pas deux semaines par an ! Mais il n’y a pas une potion magique : « il n’existe pas une seule manière de réseauter » indique l’auteur, « en fonction de la finalité, on ne réseaute pas du tout de la même manière ». Il conseille d’opter pour celle qui nous ressemble simplement car elle est celle qui nous sera la plus adaptée. Il nous entraîne alors dans tous les environnements où de nouvelles branches de notre réseau pourraient se développer et où il est important de bien faire les choses. Mais la conclusion est claire : tout le monde a un réseau.

La différence du livre de Maxime Maeght :

Ici aucune allusion à la génération Y ou Z. L’auteur explique : « Je ne suis pas le plus à même de manier ces concepts. L’objectif de mon livre était d’abord de donner des conseils de bon sens aux lecteurs en leur expliquant comment réseauter tout en minimisant les risques ».

Par Barbara Boye