L’Università Commerciale Luigi Bocconi de Milan est la première université en économie et management d’Italie. Elle se révèle attractive aux yeux des étudiants français. Ils y viennent après le bac pour leur formation initiale, en double diplôme, pour se doter d’une expérience internationale ou pour se spécialiser. Ils ont choisi la Bocconi pour sa réputation, son campus aux standards internationaux et sa situation privilégiée au cœur de Milan. Sept d’entre eux ont partagé leur expérience avec le Journal des Grandes Ecoles et des Universités.

Dimension internationale

Béatrice a intégré le Bachelor International Politics ans Government après un bac S. Elle est en 1e année.

« Le premier semestre a été très animé ! Nous avons suivi une remise à niveau en maths et étudié les bases de l’italien en plus de nos cours du Bachelor ! »

Béatrice voulait étudier l’économie et la politique. Elle se renseigne sur des formations en France et en Grande-Bretagne, puis découvre parmi d’autres programmes européens le Bachelor de la Bocconi. « Une personne de la Bocconi est venue présenter l’université et ses programmes dans mon lycée. J’ai été séduite par un cursus international, j’ai déposé mon dossier et suis venue passer l’examen à Milan. La sélection est fondée sur ces deux éléments à 50/50. »

Ici les examens durent entre 45 mn et 1h30. « J’ai eu l’impression de travailler deux fois plus que pour mon bac français pour mes premiers partiels ! Il faut un temps d’adaptation à de nouvelles matières, à écrire en anglais, à intégrer une nouvelle pédagogie donc de nouvelles attentes de nos professeurs. »

La Bocconi est la première université en économie et management d’Italie. ©Paolo Tonato

 

Un nom intéressant sur son CV

Louis est en 1e année du Bachelor International Politics ans Government.

Titulaire d’un Bac S, Louis recherche d’abord un programme en économie et politique en Grande-Bretagne. « J’ai regardé les classements, et discuté avec des personnes qui connaissent bien le milieu de la finance et de l’entreprise. Ils m’ont parlé de la Bocconi, de sa bonne réputation. C’est un nom intéressant à avoir sur son CV pour ensuite intégrer un master dans une autre université à l’étranger, ou revenir en France et profiter d’une passerelle avec une grande école en management. »

Louis constate très vite que « l’intégration est extrêmement facile, le contenu des cours très riche. Je me suis très vite adapté à ce système, à la pédagogie et à l’optique internationale. »

 

Un cursus très intense et de haut niveau

Jules est en 1e année du Bachelor International Economics and Management.

Son bac S en poche, Jules pense d’abord à intégrer une prépa « la fac ce n’est pas trop pour moi… ». Il est également attiré par l’idée d’étudier à l’étranger. « J’avais envie d’une expérience internationale et je ne voulais pas aller en Grande-Bretagne. J’en ai parlé autour de moi et je n’ai eu que des échos positifs sur la Bocconi. C’est aussi un système d’études proche du français. C’est un atout pour la poursuite d’études. »

Jules se dit impressionné par le niveau des professeurs et des cours. « Le cursus est très intense ! Nous avons eu des partiels au bout de deux mois… » Il est surpris par le contenu de ses premiers examens : pas de rédactionnel comme en France, plus de QCM et surtout tout écrire en anglais. « L’idée est d’être très structuré, d’aller à l’essentiel. »

Jules a monté avec Louis une association des francophones de la Bocconi, la French Students Society. « Notre ambition est de proposer des échanges de cours de langues, d’organiser des évènements pour parler de la francophonie, de favoriser les rencontres entre étudiants français et étrangers de l’université. » Louis a retrouvé deux anciens de son lycée à la Bocconi, « l’association est une manière de formaliser nos relations tout en nous ouvrant aux autres. »

La Bocconi et la France

217 étudiants français en cursus à la Bocconi (2015-2016)

700 alumni en France

1 visiting professor français pour 2014, Bernard Cova de KEDGE Business School (marketing esperienziale)

217 étudiants français suivent un cursus à la Bocconi (2015-2016).

La Bocconi a noué 14 accords d’échange avec des établissements français

Chaque année plus de 100 étudiants de la Bocconi ont l’opportunité de venir étudier un semestre en France. Le même nombre d’étudiants français passent un semestre à Milan

Universités partenaires : ESSEC Business School (collaboration depuis 1974 !), HEC Paris (depuis 1982), Sciences Po Paris (depuis 1997), Université Panthéon-Assas (depuis 2001), Université Paris Est Créteil Val-de-Marne (depuis 2001), Université de Strasbourg (depuis 2002), EMLYON Business School (depuis 2004), Université Paris-Dauphine (depuis 2006), EDHEC Business School (depuis 2010), Grenoble Ecole de Management (depuis 2011), KEDGE Business School (depuis 2014), Toulouse Business School (depuis 2014), Université Panthéon-Sorbonne (depuis 2014) et Audencia Business School (depuis 2014).

Doubles diplômes avec HEC Paris et Sciences Po Paris (depuis 2006-2007), et avec l’ESSEC Business School (depuis 2015, le programme débutera en 2016-2017. Il sera dispensé sur les 4 campus des écoles : Paris, Milan, Bombay et Singapour)

La Bocconi a aussi noué des relations avec des multinationales françaises, membres de son « Associate Enterprises Program » et de son groupe de « Corporate Partners ».

La Bocconi a organisé son premier career event à Paris en 2015 avec 23 entreprises et 141 étudiants et jeunes diplômés sélectionnés pour les rencontrer. La seconde édition est prévue le 8 février 2016 au Crowne Plaza Paris-République bit.ly/23vwEKF.

133 stages ont été réalisés dans des sociétés françaises en 2014.

Sortir du contexte franco-français

Marguerite, élève en 3e année du Bachelor International Economics and Finance.

Marguerite a découvert la Bocconi lors d’une présentation à un salon étudiant en France. « J’hésitais au départ entre Dauphine à Paris ou McGill à Montréal. J’ai opté pour la Bocconi car elle a beaucoup de visibilité à l’international. Je voulais sortir du contexte franco-français. J’ai beaucoup appris ici. La formation est vraiment du meilleur niveau . »

Dès la 2e année Marguerite est devenue ambassadeur de la Bocconi auprès d’étudiants candidats ou qui souhaitent en savoir plus sur les formations et l’université.

La situation centrale de la Bocconi à Milan est un atout supplémentaire pour les étudiants étrangers.

Une excellente réputation

Aadit (étudiant belge) est en 1e année du Bachelor International Economics and Finance.

Aadit est déterminé à faire carrière dans la finance et à intégrer une banque d’affaires. « J’ai choisi la formation de la Bocconi car elle bénéficie d’une excellente réputation en finance. Je sais que j’aurai de nombreuses opportunités professionnelles grâce à mon diplôme. C’est un programme international et en anglais. »

 

 

 

Jade, étudiante en master 1 en Marketing Management après un Bachelor en Grande-Bretagne.

Au cours d’un échange aux Etats-Unis, elle croise des étudiants de la Bocconi. Convaincue par leur expérience, elle postule. « J’ai envoyé mon dossier, mon GMAT et passé un test en anglais, c’est très simple et j’ai trouvé ici la spécialité que je voulais. »

Un cursus très concret et multiculturel

Johan, étudiant en master 2 en International Management, double diplôme CEMS (Alliance des formations européennes en management).

Après des études en économie à l’université de Rouen dont un an de stage et séjours à l’étranger, Johan souhaite poursuivre l’aventure internationale. Il passe le GMAT et discute avec des amis déjà à la Bocconi. « Leurs retours très positifs m’ont convaincu et après renseignements, j’ai ciblé le double diplôme dans le cadre du CEMS. Le contenu du cursus est très orienté cas, application de la théorie. C’est très intéressant d‘aborder les connaissances de cette manière. J’apprécie aussi les nombreux travaux de groupe que nous menons, en équipes composées de plusieurs nationalités. »

L’université poursuit son développement avec bientôt une nouvelle aile pour le campus.

Marier passion pour l’Italie et spécialisation de haut niveau

Maud, en double diplôme HEC Paris, elle passe sa dernière année de cursus à la Bocconi au sein du master 2 en Management.

Maud a choisi l’italien comme 2e langue dès la 4e. Passionnée par l’Italie, dès son entrée à HEC elle identifie le double diplôme avec la Bocconi et décide de le suivre. « La notoriété de l’université milanaise a achevé de me convaincre ! J’avais en plus le choix entre 4 masters. J’ai opté pour celui en management car mon ambition professionnelle est de m’orienter vers les RH. »

Envie d’en savoir plus sur la Bocconi, lire aussi la rencontre avec son recteur, Gianmario Verona

La Bocconi c’est fait pour moi si ….

L’Università Commerciale Luigi Bocconi de Milan est la première université en économie et management d’Italie. Elle se révèle attractive aux yeux des étudiants français. Ils y viennent après le bac pour leur formation initiale, en double diplôme, pour se doter d’une expérience internationale ou pour se spécialiser. Ils ont choisi la Bocconi pour sa réputation, son campus aux standards internationaux et sa situation privilégiée au cœur de Milan. Sept d’entre eux ont partagé leur expérience avec le Journal des Grandes Ecoles et des Universités.

Dimension internationale

Béatrice a intégré le Bachelor International Politics ans Government après un bac S. Elle est en 1e année.

« Le premier semestre a été très animé ! Nous avons suivi une remise à niveau en maths et étudié les bases de l’italien en plus de nos cours du Bachelor ! »

Béatrice voulait étudier l’économie et la politique. Elle se renseigne sur des formations en France et en Grande-Bretagne, puis découvre parmi d’autres programmes européens le Bachelor de la Bocconi. « Une personne de la Bocconi est venue présenter l’université et ses programmes dans mon lycée. J’ai été séduite par un cursus international, j’ai déposé mon dossier et suis venue passer l’examen à Milan. La sélection est fondée sur ces deux éléments à 50/50. »

Ici les examens durent entre 45 mn et 1h30. « J’ai eu l’impression de travailler deux fois plus que pour mon bac français pour mes premiers partiels ! Il faut un temps d’adaptation à de nouvelles matières, à écrire en anglais, à intégrer une nouvelle pédagogie donc de nouvelles attentes de nos professeurs. »

Un nom intéressant sur son CV

Louis est en 1e année du Bachelor International Politics ans Government.

Titulaire d’un Bac S, Louis recherche d’abord un programme en économie et politique en Grande-Bretagne. « J’ai regardé les classements, et discuté avec des personnes qui connaissent bien le milieu de la finance et de l’entreprise. Ils m’ont parlé de la Bocconi, de sa bonne réputation. C’est un nom intéressant à avoir sur son CV pour ensuite intégrer un master dans une autre université à l’étranger, ou revenir en France et profiter d’une passerelle avec une grande école en management. »

Louis constate très vite que « l’intégration est extrêmement facile, le contenu des cours très riche. Je me suis très vite adapté à ce système, à la pédagogie et à l’optique internationale. »

Un cursus très intense et de haut niveau

Jules est en 1e année du Bachelor International Economics and Management.

Son bac S en poche, Jules pense d’abord à intégrer une prépa « la fac ce n’est pas trop pour moi… ». Il est également attiré par l’idée d’étudier à l’étranger. « J’avais envie d’une expérience internationale et je ne voulais pas aller en Grande-Bretagne. J’en ai parlé autour de moi et je n’ai eu que des échos positifs sur la Bocconi. C’est aussi un système d’études proche du français. C’est un atout pour la poursuite d’études. »

Jules se dit impressionné par le niveau des professeurs et des cours. « Le cursus est très intense ! Nous avons eu des partiels au bout de deux mois… » Il est surpris par le contenu de ses premiers examens : pas de rédactionnel comme en France, plus de QCM et surtout tout écrire en anglais. « L’idée est d’être très structuré, d’aller à l’essentiel. »

Jules a monté avec Louis une association des francophones de la Bocconi, la French Students Society. « Notre ambition est de proposer des échanges de cours de langues, d’organiser des évènements pour parler de la francophonie, de favoriser les rencontres entre étudiants français et étrangers de l’université. » Louis a retrouvé deux anciens de son lycée à la Bocconi, « l’association est une manière de formaliser nos relations tout en nous ouvrant aux autres. »

La Bocconi et la France 217 étudiants français en cursus à la Bocconi (2015-2016). 700 alumni en France 1 visiting professor français pour 2014, Bernard Cova de KEDGE Business School (marketing esperienziale) La Bocconi a noué 14 accords d’échange avec des établissements français. Chaque année plus de 100 étudiants de la Bocconi ont l’opportunité de venir étudier un semestre en France. Le même nombre d’étudiants français passent un semestre à Milan. Universités partenaires : ESSEC Business School (collaboration depuis 1974 !), HEC Paris (depuis 1982), Sciences Po Paris (depuis 1997), Université Panthéon-Assas (depuis 2001), Université Paris Est Créteil Val-de-Marne (depuis 2001), Université de Strasbourg (depuis 2002), EMLYON Business School (depuis 2004), Université Paris-Dauphine (depuis 2006), EDHEC Business School (depuis 2010), Grenoble Ecole de Management (depuis 2011), KEDGE Business School (depuis 2014), Toulouse Business School (depuis 2014), Université Panthéon-Sorbonne (depuis 2014) et Audencia Business School (depuis 2014). Doubles diplômes avec HEC Paris et Sciences Po Paris (depuis 2006-2007), et avec l’ESSEC Business School (depuis 2015, le programme débutera en 2016-2017. Il sera dispensé sur les 4 campus des écoles : Paris, Milan, Bombay et Singapour). La Bocconi a aussi noué des relations avec des multinationales françaises, membres de son « Associate Enterprises Program » et de son groupe de « Corporate Partners ». La Bocconi a organisé son premier career event à Paris en 2015 avec 23 entreprises et 141 étudiants et jeunes diplômés sélectionnés pour les rencontrer. La seconde édition est prévue le 8 février 2016 au Crowne Plaza Paris-République bit.ly/23vwEKF. 133 stages ont été réalisés dans des sociétés françaises en 2014.

Sortir du contexte franco-français

Marguerite, élève en 3e année du Bachelor International Economics and Finance.

Marguerite a découvert la Bocconi lors d’une présentation à un salon étudiant en France. « J’hésitais au départ entre Dauphine à Paris ou McGill à Montréal. J’ai opté pour la Bocconi car elle a beaucoup de visibilité à l’international. Je voulais sortir du contexte franco-français. J’ai beaucoup appris ici. La formation est vraiment du meilleur niveau . »

Dès la 2e année Marguerite est devenue ambassadeur de la Bocconi auprès d’étudiants candidats ou qui souhaitent en savoir plus sur les formations et l’université.

Une excellente réputation en finance

Aadit (étudiant belge) est en 1e année du Bachelor International Economics and Finance.

Aadit est déterminé à faire carrière dans la finance et à intégrer une banque d’affaires. « J’ai choisi la formation de la Bocconi car elle bénéficie d’une excellente réputation en finance. Je sais que j’aurai de nombreuses opportunités professionnelles grâce à mon diplôme. C’est un programme international et en anglais. »

Jade, étudiante en master 1 en Marketing Management après un Bachelor en Grande-Bretagne.

Au cours d’un échange aux Etats-Unis, elle croise des étudiants de la Bocconi. Convaincue par leur expérience, elle postule. « J’ai envoyé mon dossier, mon GMAT et passé un test en anglais, c’est très simple et j’ai trouvé ici la spécialité que je voulais. »

Un cursus très concret et multiculturel

Johan, étudiant en master 2 en International Management, double diplôme CEMS (Alliance des formations européennes en management).

Après des études en économie à l’université de Rouen dont un an de stage et séjours à l’étranger, Johan souhaite poursuivre l’aventure internationale. Il passe le GMAT et discute avec des amis déjà à la Bocconi. « Leurs retours très positifs m’ont convaincu et après renseignements, j’ai ciblé le double diplôme dans le cadre du CEMS. Le contenu du cursus est très orienté cas, application de la théorie. C’est très intéressant d‘aborder les connaissances de cette manière. J’apprécie aussi les nombreux travaux de groupe que nous menons, en équipes composées de plusieurs nationalités. »

Marier passion pour l’Italie et spécialisation de haut niveau

Maud, en double diplôme HEC Paris, elle passe sa dernière année de cursus à la Bocconi au sein du master 2 en Management.

Maud a choisi l’italien comme 2e langue dès la 4e. Passionnée par l’Italie, dès son entrée à HEC elle identifie le double diplôme avec la Bocconi et décide de le suivre. « La notoriété de l’université milanaise a achevé de me convaincre ! J’avais en plus le choix entre 4 masters. J’ai opté pour celui en management car mon ambition professionnelle est de m’orienter vers les RH. »

Envie d’en savoir plus sur la Bocconi, lire aussi la rencontre avec son recteur, Andrea Sironi : http://www.mondedesgrandesecoles.fr/bocconi-recteur-andrea-sironi/