Le 19 octobre 2017, l’Ambassadeur de Suisse, Monsieur Bernardino Regazzoni, organisait un déjeuner sur le thème « Quel est le moteur de l’innovation en Suisse ? ». Son invité d’honneur, le Dr Lino Guzzella, est le président de la prestigieuse ETH Zürich (Ecole polytechnique fédérale de Zürich). L’occasion de découvrir les secrets d’une université de rang mondial et ses atouts pour un étudiant français. Entretien.

Pourquoi choisir ETH Zürich pour un étudiant français ?

Ce ne sont pas des raisons scientifiques qui doivent le motiver. Le système universitaire français est excellent et offre des formations de niveau mondial dans toutes les disciplines. La raison d’aller étudier à l’étranger, c’est l’ouverture, la volonté de changer de perspective, d’environnement, de manière de travailler, de façon de voir les choses, d’envisager les sciences.

ino Guzzella, Président d'ETH Zürich

Lino Guzzella, Président d’ETH Zürich ©ETH Zurich – Markus Bertschi

Se doter de cette capacité d’ouverture est essentiel pour l’épanouissement personnel et une nécessité pour être en mesure d’apporter une contribution de valeur en tant que professionnel. Avoir des idées nouvelles, être ouvert sur le monde et sur les autres, sur les sciences, ne s’apprend pas en cours : cela se vit.

« Avant d’être des ingénieurs vous êtes des Hommes »

La formation à la pensée critique et créative est d’ailleurs un pilier d’ETH Zürich ?

Le moto d’ETH Zürich est «Avant d’être des ingénieurs vous êtes des Hommes ». Ce qui fait la différence dans une formation scientifique de haut niveau, c’est d’être capable de prendre du recul en tant que scientifique et d’avoir une pensée critique envers soi-même.. Cela passe par les enseignements en SHS et Humanités.

ETH Zürich en chiffres

20 000 étudiants dont 4 000 doctorants

38 % d’étudiants internationaux en master et 70 % en doctorat

500 professeurs dont 70 % de non-suisses

21 lauréats du Nobel

+ de 350 spin-offs fondées depuis 1996

Découvrir ETH Zürich en 120 secondes :

Vous devez autoriser Youtube sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies

Comment intégrez-vous les jeunes français pour leur permettre de s’ouvrir au maximum ?

Les étudiants internationaux sont particulièrement suivis et accompagnés au moment de leur arrivée puis via du tutorat tout au long de leur cursus. La vie associative est un autre vecteur privilégié d’intégration : via l’association des étudiants internationaux, les clubs sportifs et culturels. Ce qui importe c’est la démarche, la posture, la volonté de chacun de s’ouvrir et de s’intégrer. Il faut aller vers les autres, se mettre en colocation avec des étudiants d’autres pays, former des groupes de travail multiculturels.

Votre conseil aux étudiants ?

Bougez vous ! Allez découvrir d’autres réalités. Vivez des expériences. Voyager est très formateur et vous en ressortirez grandis. C’est la meilleure façon de vous forger un profil complet et riche.

Comment postuler ?

Il y a un site d’admissions pour chacun des départements pour les masters. Pour le doctorat, deux possibilités : postuler auprès de l’école doctorale de son choix, ou être recommandé par un chercheur de son établissement d’origine auprès d’un chercheur d’ETH Zürich. Je précise que nous sommes extrêmement sélectifs. On ne peut passer que deux fois les examens, et dans un certain délai.

ETH Zürich, campus du centre-ville

ETH Zürich, campus du centre-ville ©ETH Zurich – Gian Marco Castelberg

ETH Zürich, campus de Hönggerberg

ETH Zürich, campus de Hönggerberg © ETH Zurich Marco Carocari

L’excellence appelle l’excellence

 

Pourquoi cette sélectivité ?

Créée en 1855, ETH Zürich a été l’un des premiers enfants du nouvel état fédéral.. Le pays avait alors estimé qu’il était fondamental de se doter d’une école technique pour former des ingénieurs afin d’ industrialiser le pays.. Depuis ce moment, il a toujours investi dans notre institution. Une université d’excellence recrute des étudiants et des enseignants-chercheurs d’excellence. Le plus difficile est de recruter le premier Prix Nobel ! Après le cercle vertueux est enclenché : l’excellence appelle l’excellence.

Points forts de la recherche et de l’enseignement

Sciences des données & systèmes cyber-physiques

Energie, climat & ressources

Sciences de la santé & médecine

Une institution libre et autonome

 

Comment construit-on une université de rang mondial ?

Il y a trois ingrédients indispensables et indissociables :

L’argent, ETH Zürich est dotée d’1.2 Mds CHF par an par l’Etat complétés par 500 M CHF issus de contrats de recherche et des levées de fonds. Une équipe de 50 personnes gère les relations entreprises.

L’ouverture dans tous les sens du terme. C’est la seule manière d’avoir accès aux meilleurs étudiants et enseignants-chercheurs. Nous avons 70 % de professeurs internationaux, je pense que nous sommes la seule université au monde à afficher un tel ratio. Etre ouvert, c’est également la capacité à se réinventer en permanence, la volonté d’innover, une prédisposition à l’esprit critique.

L’autonomie, vis-à-vis de l’extérieur et en interne. Mon rôle est d’organiser les choses de telle manière à rendre possible ce processus. Je suis pour un management bottom-up, les bonnes idées viennent des personnes. Nous sommes également très attentifs à la liberté d’allocation des fonds levés par la Fondation pour préserver notre liberté d’enseignement et de recherche. ETH Zürich ne vend pas ses brevets, elle les passe sous licence. Notre objectif est d’abord de créer de l’emploi au travers de la création de spin-offs.