Gestionnaire de patrimoine, conseiller de gestion de patrimoine ou gestionnaire de fortune, trois mots pour une même réalité : une profession méconnue. Bien qu’indispensables pour faire fructifier ses épargnes, les gestionnaires de patrimoine jouissent aujourd’hui d’une médiatisation moindre. Retour sur un métier oublié qui offre plein d’opportunités d’embauche.

Mais tout d’abord à quoi ça sert un gestionnaire de patrimoine ? Aujourd’hui du fait de la complexité des instruments financiers, les particuliers disposant d’un patrimoine ne savent généralement pas dans quoi investir pour valoriser leur patrimoine. Ils se tournent donc vers ce professionnel qui leur trouvera une solution sur-mesure. Le gestionnaire va donc les aider en établissant d’abord très précisément la situation patrimoniale de ses clients afin de les conseiller au mieux. Ensuite, il les seconde en définissant leurs besoins et objectifs. Il peut ensuite les orienter vers des placements classiques (immobilier, assurances ou valeurs mobilières) mais aussi vers des solutions originales : achat d’œuvres d’art, d’antiquités, de métaux, de pierres précieuses ou de vignobles. Toutefois, de plus en plus, ces professionnels exercent en parallèle une activité de commercial en recherchant de nouveaux clients ou encore de conseil en informant les chargés de clientèle quant aux investissements les plus rentables du moment. Quelles sont ses compétences ? Le gestionnaire de portefeuille doit bien entendu être spécialisé en finance mais également en droit et en fiscalité afin de conseiller au mieux ses clients patrimoniaux. Il doit être intéressé par l’actualité financière et économique afin de se tenir au courant des moindres changements risquant d’impacter la valeur de tel ou tel bien. Il doit aussi faire preuve de qualités humaines lui permettant de nouer des relations de confiance avec ses clients et les opérateurs et analystes financiers avec lesquels il travaille. Bien que travaillant majoritairement seul, il doit donc savoir travailler en équipe. De plus, il doit être capable de prendre des décisions rapidement. Enfin, il maîtrise les outils informatiques et l’anglais de manière quasi courante. Et question rémunération, ça donne quoi ? La rémunération d’un conseiller en gestion de patrimoine varie selon son expérience, le fait qu’il soit indépendant ou salarié ou encore en charge de petits ou grands comptes. Cependant, un débutant gagne en moyenne entre 27 000 et 30 000 € par an. Il peut espérer par la suite atteindre 35 000 voire 60 000 € pour les plus expérimentés. Quelles évolutions de carrière peut-on espérer ? On peut évoluer tout d’abord dans sa fonction passant ainsi de petits clients pour atteindre des clients extrêmement fortunés. Mais ses compétences dans de nombreux domaines lui permettent également de travailler dans d’autres branches de secteur bancaire : fonctions d’encadrement et banque d’affaires sont à sa portée.
Comment devenir gestionnaire en patrimoine ? Cette profession demeure fermée aux débutants. En effet, une première expérience en banque est généralement requise. Les plus chanceux deviendront gestionnaires vers 30 ans, pour d’autres il faudra attendre la cinquantaine pour accéder au poste convoité. Les employeurs recherchent des profils bac +5 toujours plus spécialisés : un profil master en gestion du patrimoine ou grande école de commerce est à privilégier. Cependant le CESB gestion de patrimoine et l’Institut Technique de Banque proposent des formations continues qui permettent d’accéder à cette profession.

 

Anne Vibert,
membre de Transaction EDHEC

 

Contacts :
Fédération Bancaire Française (FBF) http://www.fbf.fr
Transaction EDHEC transaction@edhec.com
Un journal en ligne pour se tenir informé de l’actualité économique et financière en temps réel :
http://e-delit.com/